Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/10/1506

Bruxelles, le 15 novembre 2010

Santé animale: proposition de la Commission en vue d’améliorer la prévention de la fièvre catarrhale et de réduire les coûts pour les agriculteurs

La Commission européenne profite d’avancées technologiques pour parachever l’éradication de la fièvre catarrhale dans l'Union européenne. La proposition de modification de la directive 2000/75/CE, adoptée ce jour et dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2011, actualise les règles en matière de vaccination en les adaptant aux récentes évolutions technologiques dans le domaine de la production de vaccins, permettant ainsi l’utilisation des vaccins sur tout le territoire de l’Union européenne. L’utilisation plus large et plus souple des vaccins devrait également limiter l’impact économique de la maladie, grâce à une réduction des pertes directes et indirectes subies par les agriculteurs (morbidité, mortalité, perturbation des échanges de bovins, d’ovins et de caprins vivants).

John Dalli, commissaire à la santé et à la politique des consommateurs, s’est exprimé en ces termes: «Au cours de la dernière décennie, la fièvre catarrhale a eu tendance à se propager dans des zones où elle n’était jamais apparue auparavant. La restriction des mouvements et les mesures de surveillance n’ont pas suffi à combattre la maladie, et la vaccination s'est révélée être l’instrument le plus efficace pour contrôler et prévenir le fléau et pour améliorer la sécurité des échanges d’animaux vivants. Grâce à une campagne de vaccination massive et au développement récent de nouveaux vaccins, seuls 120 foyers de la maladie ont été signalés dans toute l'Union européenne en 2010, contre 45 000 en 2008». Et de conclure: «Nous devons tirer les enseignements du passé et je pense qu’il est temps de modifier les règles de vaccination actuelles afin de mieux prévenir de futures épidémies.»

La maladie

La fièvre catarrhale est une maladie des ruminants – bovins, ovins et caprins –, qui a suscité de graves inquiétudes et infligé des pertes économiques considérables aux agriculteurs européens au cours de la dernière décennie. Elle se transmet par diverses espèces de moucherons piqueurs, semblables à des moustiques. C’est pourquoi l'infection est essentiellement saisonnière, la plupart des foyers se déclarant à la fin de l’été et en automne. Étant donné que la maladie est transmise par des moucherons, elle se peut se propager sur de grandes distances et franchir les frontières. C’est également la raison pour laquelle il est nécessaire d’agir à l’échelle de toute l'Union européenne afin de combattre la maladie et de prévenir son apparition et sa propagation.

La proposition

La proposition de modification de la directive 2000/75/CE obéit au principe selon lequel «mieux vaut prévenir que guérir» et laisse aux États membres une plus grande latitude dans l’élaboration de stratégies de vaccination nationales destinées à prévenir et à combattre la fièvre catarrhale.

À l’heure actuelle, les règles établies par la directive interdisent l’utilisation de vaccins dans les zones exemptes de la maladie. La modification de la directive abolit ce principe, ouvrant ainsi la voie à la vaccination préventive, dont l'importance est capitale dans la mesure où la localisation de nouveaux foyers éventuels est difficile à prédire.

La modification entrera en vigueur avant le début de la nouvelle saison de fièvre catarrhale en 2011.

Contexte

En 2006 et 2007, l’Union européenne a été confrontée à la plus importante épidémie de fièvre catarrhale jamais connue sur son territoire. Au cours des trois dernières années, le nombre de foyers n’a cessé de diminuer dans l’Union européenne. En 2008, le nombre total des foyers signalés était de 45 000 dans toute l’Union. Ce nombre est tombé à 1118 en 2009 et se limite pour l’instant à 120 pour 2010.

Ce succès est principalement attribué aux campagnes de vaccination que la Commission européenne cofinance dans les États membres depuis plusieurs années. Cette année, la contribution financière de l’Union européenne aux programmes d’éradication et de surveillance de la fièvre catarrhale dans les États membres s'élève à environ 66 millions d'euros.

Pour 2011, la Commission européenne a déjà prévu plus de 16 millions d’euros pour venir en aide aux États membres. En 2008 et 2009, au plus fort de la campagne de vaccination massive contre la fièvre catarrhale, elle a alloué environ 150 millions d’euros et 160 millions d’euros, respectivement, aux programmes d’éradication et de surveillance de la fièvre catarrhale mis en place par les États membres.

Pour en savoir plus:

http://ec.europa.eu/food/animal/diseases/index_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website