Navigation path

Left navigation

Additional tools

Un sondage paneuropéen révèle l'adhésion du public à des innovations responsables dans le domaine des sciences de la vie et des biotechnologies

European Commission - IP/10/1499   11/11/2010

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/10/1499

Bruxelles, le 11 novembre 2010

Un sondage paneuropéen révèle l'adhésion du public à des innovations responsables dans le domaine des sciences de la vie et des biotechnologies

Une nouvelle enquête Eurobaromètre sur les sciences de la vie et les biotechnologies montre que les Européens ont une vision optimiste de ce secteur. 53% des personnes interrogées sont d'avis que les biotechnologies auront des effets positifs dans le futur, et 20% seulement pensent qu'elles auront des effets négatifs. L'enquête révèle également d'importantes lacunes dans les connaissances, ce qui souligne la nécessité de renforcer la communication; la majorité des personnes interrogées n'avaient jamais entendu parler de certains des domaines abordés dans l'enquête, notamment les nanotechnologies (55%), les biobanques (67%) et la biologie synthétique (83%); scepticisme et inquiétude continuent de s'exprimer concernant certains domaines comme les denrées alimentaires génétiquement modifiées. Ce sondage Eurobaromètre, réalisé en février 2010, est le septième d'une série entamée en 1991, sur la base d'échantillons représentatifs dans 32 pays européens.

Mme Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne chargée de la recherche, de l'innovation et de la science, a déclaré à ce propos: «L'enseignement à tirer de cette enquête est triple. En premier lieu, les Européens sont pour la plupart plutôt favorables aux biotechnologies, même s'ils conservent des doutes sur tel ou tel aspect. En deuxième lieu, de nombreuses personnes considèrent qu'elles sont insuffisamment informées sur des aspects importants des biotechnologies: il y a donc un gros effort de communication à faire. J'ai l'intention de relever ce défi et invite toutes les parties prenantes à faire de même. Troisième et dernier point, toutes les décisions concernant les biotechnologies devraient reposer sur de solides données scientifiques et respecter des critères d'éthique, de santé et d'environnement: il ne faut pas se laisser emporter par des réactions émotionnelles ou des considérations commerciales à court terme.

Les biotechnologies peuvent contribuer très fortement à la réalisation des objectifs Europe 2020 pour une croissance durable et une meilleure santé et qualité de vie; elles resteront donc un domaine de recherche essentiel dans les programmes-cadres de l'UE.»

Comme lors des enquêtes Eurobaromètre précédentes sur les biotechnologies, le questionnaire utilisé a été préparé par une équipe indépendante d'experts en sciences sociales, qui ont également analysé les résultats, en l'occurrence sous la conduite de la London School of Economics. Ces experts concluent qu'il n'y a aucun refus de l'impulsion en faveur de l'innovation. D'une manière générale, les Européens sont favorables à une innovation responsable, avec une réglementation appropriée visant à équilibrer le marché, et souhaitent être associés aux décisions concernant les nouvelles technologies lorsque les valeurs sociales sont en jeu. Parallèlement, on observe depuis 2005 un accroissement de la confiance dans la plupart des acteurs clés (les médecins, les chercheurs, l'UE, les pouvoirs publics nationaux et les entreprises) en ce qui concerne les décisions relatives aux biotechnologies (voir le tableau 9 du rapport). Les considérations liées au caractère durable ont gagné en importance au fil du temps.

Parmi les 53% de résidents dans l'UE qui considèrent les biotechnologies avec optimisme (figure 2 du rapport), les habitants des pays suivants sont apparus particulièrement convaincus: Estonie (77%), Suède (72%), Finlande (69%). Un seul État membre comptait une majorité d'opinions négatives concernant les biotechnologies: l'Autriche, 41% contre 35% d'optimistes déclarés.

Les biocarburants rencontrent un large soutien dans toute l'UE. 72% des personnes interrogées sont favorables aux biocarburants d'origine agricole et 83% aux biocarburants obtenus à partir de matières non comestibles (figure 7 du rapport).

Les applications médicales des biotechnologies, pour autant qu'elles fassent l'objet d'un encadrement juridique strict, sont massivement approuvées (figure 21). 63% des personnes interrogées sont d'accord pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires, en hausse par rapport à 2005 (59%). 69% sont favorables, sous conditions, à des recherches sur d'autres cellules souches, en hausse par rapport à 2005 (65%), et 63% approuvent la thérapie génique, contre 54% il y a cinq ans. 15 à 18% supplémentaires sont prêts à accepter les applications précitées dans des situations particulières. Les pays comptant le plus de personnes favorables à ces applications dans l'ensemble sont le Royaume-Uni, l'Espagne et le Danemark.

Une nette majorité d'Européens (61% contre 57% en 2005) demeure globalement opposée aux aliments OGM (figure 13). Les personnes interrogées invoquent les questions de sécurité, ne voient pas de bénéfices associés aux OGM et expriment un malaise général sur cette question. On relève cependant un soutien circonspect aux nouvelles générations d'applications alimentaires, plus «douces», des techniques de manipulation génétique, par exemple l'introduction de gènes de pommes sauvages dans les pommes de table, qui recueille 46% d'opinions favorables contre 38% d'opposants (figure 18).

On relève également une forte opposition au clonage d'animaux à des fins alimentaires, avec seulement 18% d'opinions favorables.

L'analyse de cette enquête Eurobaromètre fait partie du projet de recherche STEPE (Sensitive Technologies and European Public Ethics) sur les technologies sensibles et les interrogations éthiques qu'elles suscitent, financé par le programme Science et société du septième programme-cadre de recherche et de développement technologique (7e PC). Les opinions présentées dans le rapport des experts en sciences sociales sont celles de ses auteurs et n'expriment pas nécessairement la position de la Commission.

Le rapport (assorti d'un résumé), les données et les fiches par pays sont disponibles sur le site Eurobaromètre:

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb_special_fr.htm#341


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website