Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Des mesures globales en faveur d'une croissance équilibrée: le Président Barroso et le Président Van Rompuy au sommet du G20 à Séoul les 11 et 12 novembre

Commission Européenne - IP/10/1489   10/11/2010

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/10/1489

Bruxelles, le 10 novembre 2010

Des mesures globales en faveur d'une croissance équilibrée: le Président Barroso et le Président Van Rompuy au sommet du G20 à Séoul les 11 et 12 novembre

Jamais auparavant les effets des décisions et des développements économiques dans un pays donné n'avaient été ressentis aussi fortement qu'aujourd'hui dans les autres pays. La crise économique et financière a révélé notre interdépendance et nos vulnérabilités. Lors de la prochaine réunion à Séoul des dirigeants du G20, l'Union européenne incitera le «premier forum de coopération économique internationale» à mettre en œuvre la coordination dont l'économie mondiale a besoin pour une croissance forte et équilibrée. Il faudra pour cela une action de coopération collective.

Le Président Barroso a déclaré: «Le soutien à la relance et la mise en place des fondements d'une croissance forte et mieux équilibrée restent un défi politique majeur. Au moment où nous entrons dans une nouvelle phase économique, le risque existe de voir faiblir l'élan en faveur de l'action collective. Nous avons franchi avec succès le premier cap et nous avons empêché le bateau de sombrer. Nous devons à présent le ramener au port. Je salue tout particulièrement le fait que le G20 va désormais inscrire à son ordre du jour des questions de développement, et j'espère que ce sommet donnera une orientation claire pour le cycle de Doha sur le développement du commerce.»

Le Président Van Rompuy a souligné: «Le centre d'intérêt du G20 a changé: d'abord axé sur la réaction immédiate aux crises, il est à présent voué à la coordination économique mondiale à long terme. Avec cet ordre du jour ambitieux, le sommet de Séoul constituera un véritable test sur la capacité du G20 à agir en tant que premier forum de coopération économique internationale. Nous sommes convaincus qu'il peut sortir l'économie mondiale de la crise et trouver des solutions de coopération pour apaiser les récentes tensions. Les enjeux à Séoul sont élevés - pour la crédibilité du G20 et pour chacun de ses membres. Les résultats des négociations de Séoul prépareront le terrain pour l'avenir.»

Les principaux thèmes du sommet de Séoul sont les suivants: la mise en œuvre du cadre pour une croissance forte, stable et durable; l'approbation et l'avancement de la réforme du Fonds monétaire international; le maintien de la dynamique de réforme de la réglementation financière; l'impulsion politique en faveur d'une conclusion rapide du cycle de Doha et la réussite de la conférence de Cancún sur le climat. Le développement, qui sera pour la première fois à l'ordre du jour du G20, facilitera les échanges et les investissements dans les pays en développement dans un esprit de coopération entre les économies avancées et émergentes.

Dans une lettre commune du 5 novembre adressée aux autres dirigeants du G20, le Président Barroso et le Président Van Rompuy ont exposé leurs vues sur ces questions essentielles qui sont à l'ordre du jour du G20.

Les deux présidents invitent le G20 à reconnaître que les déséquilibres économiques sont une préoccupation commune, et que toutes les grandes économies doivent contribuer à un rééquilibrage. Ils proposent de prendre les déséquilibres de la balance courante comme indicateur pour susciter une évaluation des causes premières qui font potentiellement obstacle aux ajustements, tout en renvoyant au mécanisme d'alerte interne de l'UE pour détecter les déséquilibres économiques. Ils en appellent également à un engagement politique clair en faveur de solutions de coopération durables face aux tensions actuelles sur les marchés monétaires, pour permettre de fixer les taux de change en conformité avec les principes fondamentaux du marché et pour prévenir une dévaluation concurrentielle des monnaies. Les membres du G20 doivent tenir compte des incidences possibles sur leurs partenaires et sur l'économie mondiale et s'abstenir de prendre des mesures susceptibles d'avoir des retombées négatives.

Contexte

Au sommet du G20, l'Union européenne sera représentée par M. José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, et M. Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen.

L'Union européenne est membre à part entière du G20, aux côtés de 19 pays: Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Inde, Indonésie, Italie, Japon, Mexique, Russie, Arabie saoudite, Afrique du Sud, Corée du Sud, Turquie, Royaume-Uni et États-Unis.

La présidence coréenne du G20 a également invité plusieurs organisations internationales et les cinq pays suivants: l'Éthiopie (présidence du NEPAD - Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique), le Malawi (présidence de l'Union africaine), Singapour (présidence du Groupe de gouvernance mondiale), l'Espagne et le Viêt Nam (présidence de l'ANASE - Association des nations de l'Asie du Sud-Est).

L'Union européenne, qui représente 7 % de la population du globe et 30 % du PIB mondial, est à la fois le plus grand exportateur et le plus grand importateur du monde de biens et de services.

Le sommet commencera par un dîner-débat sur les perspectives mondiales et le cadre d'une croissance forte, équilibrée et durable, thèmes dont les dirigeants continueront à débattre en plénière lors de la première séance du lendemain matin. Ensuite, ils aborderont la réforme des institutions financières internationales et le renforcement des filets de sécurité financiers mondiaux et, lors d'une séance distincte, le nouvel ordre du jour du G20 sur le développement. Ces séances seront suivies par un déjeuner-débat consacré au commerce (Doha et protectionnisme) et ensuite au changement climatique (Cancún et croissance verte). Dans l'après-midi, les dirigeants s'attelleront à la réforme de la réglementation financière et au futur ordre du jour du G20 (aspects se rapportant à l'énergie: subventions aux combustibles fossiles, volatilité des prix du pétrole et protection marine; et lutte contre la corruption). Juste avant la réunion du G20, le Président Barroso participera au sommet d’affaires, où il présentera et présidera une table ronde sur la responsabilité sociale des entreprises.

Pour de plus amples informations

Lisez la lettre commune du 5 novembre 2010 adressée aux dirigeants du G20 par le Président Barroso et le Président Van Rompuy.

Consultez le site internet du Président Barroso.

Suivez l'équipe de presse du président sur Twitter.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site