Navigation path

Left navigation

Additional tools

Une industrie pour l’Europe – une Europe pour l’industrie

European Commission - IP/10/1434   28/10/2010

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/10/1434

Bruxelles, le 28 octobre 2010

Une industrie pour l’Europe – une Europe pour l’industrie

Si l’Europe veut rester un leader économique mondial, elle doit placer l’industrie sur le devant de la scène. Voilà le message clé de la communication «Une politique industrielle intégrée à l’ère de la mondialisation» adoptée aujourd’hui par la Commission européenne, à l’initiative de son vice‑président, Antonio Tajani. Cette communication, une initiative phare de la stratégie Europe 2020, expose une stratégie dont l’objectif est de stimuler la croissance et la création d’emplois en maintenant et soutenant, en Europe, une base industrielle forte, diversifiée et concurrentielle qui offre des emplois bien rémunérés, tout en émettant moins de carbone. Elle est accompagnée d’un rapport sur les performances en matière de compétitivité dans les différents États membres (voir MEMO/10/533) et du rapport annuel sur la compétitivité européenne.

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire à l’industrie et à l’entrepreneuriat, a déclaré: «L’industrie est au cœur de l’Europe et elle est indispensable pour relever les défis actuels et futurs qui se présentent à notre société. L’Europe a besoin de l’industrie et l’industrie a besoin de l’Europe. Il nous faut exploiter tout le potentiel du marché unique, de ses 500 millions de consommateurs et de ses 20 millions de chefs d’entreprise.»

À l’ère de l’intensification de la mondialisation, le concept d’industries et de secteurs nationaux est obsolète. Des réponses stratégiques européennes coordonnées sont nécessaires. L’Europe a également besoin d’une approche qui considère l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis les infrastructures et les matières premières jusqu’au service après-vente. Il faut placer au cœur de la politique industrielle de l’UE la promotion de la création et du développement des petites et moyennes entreprises. Par ailleurs, la transition vers une économie durable doit être considérée comme une occasion de renforcer la compétitivité. Seule une politique industrielle européenne visant la compétitivité et le développement durable peut permettre de parvenir à la masse critique en matière d’évolution et de coordination qui est nécessaire pour réussir. Antonio Tajani a ajouté: «Il n’y aura pas de développement durable sans compétitivité et il n’y aura pas de compétitivité à long terme sans développement durable. Et il n’y aura ni l’un ni l’autre sans un bond en avant dans l’innovation!»

Voici dix actions clés pour la compétitivité industrielle européenne:

  • Un «examen explicite et détaillé de l’incidence sur la compétitivité» des nouvelles législations sera entrepris. L’incidence sur la compétitivité de toutes les propositions politiques sera soigneusement analysée et prise en compte.

  • Des «bilans de qualité» de la législation existante identifieront les possibilités de réduction des effets cumulés de la législation, de manière à diminuer les coûts pour les entreprises en Europe.

  • La création et le développement des PME seront soutenus: celles‑ci bénéficieront d’un accès plus facile au financement et d’une aide à l’internationalisation.

  • Une stratégie visant à renforcer la normalisation européenne sera présentée afin de répondre aux besoins de l’industrie.

  • Les infrastructures et services européens du transport, de l’énergie et des communications seront mis à niveau de manière à pouvoir servir plus efficacement l’industrie, en tenant mieux compte de l’environnement concurrentiel actuel en constante évolution.

  • Une nouvelle stratégie sur les matières premières sera présentée dans le but de créer les conditions-cadres adéquates pour un approvisionnement et une gestion durables des matières premières primaires domestiques.

  • Les performances d’innovation sectorielles feront l’objet d’actions dans des secteurs comme les technologies manufacturières avancées, la construction, les biocarburants et les transports routier et ferroviaire, en vue notamment d’améliorer leur efficacité en matière de ressources.

  • Les défis des industries à forte consommation d’énergie feront l’objet d’actions destinées à améliorer les conditions-cadres et à soutenir l’innovation.

  • Une politique spatiale sera menée et élaborée en collaboration avec l’Agence spatiale européenne et les États membres. La Commission mettra en place une politique de l’industrie spatiale afin de créer une base industrielle solide couvrant la totalité de la chaîne d’approvisionnement.

  • La Commission fera rapport sur la compétitivité de l’Europe et des États membres, ainsi que sur leurs performances et politiques industrielles sur une base annuelle (voir MEMO/10/533)

Pour être à la hauteur des ambitions affichées et conserver une base industrielle forte, diversifiée et concurrentielle en Europe, il faudra mettre en œuvre des politiques se renforçant mutuellement. C’est le cas notamment des différentes initiatives phares élaborées dans le cadre de la stratégie Europe 2020 et de stratégies telles que celle consacrée au marché unique de l’UE qui a été adoptée le 27 octobre (voir IP/10/1390).

Antonio Tajani a conclu en ajoutant: «L’Europe est davantage que la somme de ses parties. Nous devons élever nos ambitions communes dans le domaine de la politique industrielle, intensifier nos actions et renforcer la gouvernance européenne. Il est temps d’agir autrement.»

Contexte

L’industrie européenne se remet progressivement de la crise financière et économique qui a marqué les dernières années et on peut être confiant dans la capacité de l’industrie à relever les défis liés à un environnement économique mondial en mutation. Néanmoins, les niveaux de la production industrielle sont toujours inférieurs de plus de 10 % à leurs niveaux d’avant la crise, malgré la forte reprise de près de 10 % enregistrée récemment. Les industries manufacturières emploient un quart de la main-d’œuvre du secteur privé et un autre quart travaille dans les services liés à l’industrie. 80 % des activités de recherche et développement sont à mettre au compte des industries manufacturières.

Pour de plus amples informations

MEMO/10/532 : «Une politique industrielle à l’ère de la mondialisation» – Éléments de la stratégie de la Commission

MEMO/10/533 Examen de la compétitivité dans les 27 États membres

Rapport sur la compétitivité 2010

La communication «Une politique industrielle à l’ère de la mondialisation» est disponible à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/industrial-competitiveness/industrial-policy/index_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website