Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE IT

IP/10/1382

Bruxelles, le 26 octobre 2010

Galileo: signature d’un grand contrat en vue de la mise en place de services initiaux en 2014

La Commission européenne a annoncé aujourd’hui la signature d’un quatrième contrat, sur un total de six, relatif à la mise en place de la capacité d’opération complète de Galileo, le programme européen de navigation par satellite. Le marché a été attribué à SpaceOpal GmbH, une coentreprise fondée par DLR GfR (Allemagne) et Telespazio S.p.A (Italie), qui assurera la gestion des infrastructures spatiales et terrestres. Ce contrat mènera au déploiement initial et à la fourniture des services Galileo en 2014.

Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne et commissaire chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a déclaré: «Galileo devient réalité. L’Europe disposera de son propre système indépendant de navigation par satellite, un système hautement précis et fiable. Nous sommes fermement déterminés à le mettre en place. Étant donné que les entreprises et les citoyens ont de plus en plus recours à la navigation par satellite, Galileo jouera un rôle important dans notre vie quotidienne. L’attribution du marché à SpaceOpal, une coentreprise germano-italienne, témoigne clairement de ce qu’il est possible de réaliser au niveau européen, avec des avantages économiques importants pour l’industrie et ses partenaires.»

Le contrat, estimé à 194 millions d’euros, est signé par l’Agence spatiale européenne au nom de la Commission européenne, par le biais d’une convention de délégation. Le marché attribué à SpaceOpal GmbH couvre les services industriels nécessaires pour aider l’Agence spatiale européenne à exploiter les satellites et les infrastructures terrestres.

SpaceOpal GmbH est une coentreprise fondée par le Centre aérospatial allemand (DLR GfR) et la société italienne Telespazio S.p.A. Les autres membres de l’équipe SpaceOpal sont originaires de divers États membres européens.

Le marché relatif à la capacité d’opération complète de Galileo est divisé en six contrats. En janvier 2010, trois d’entre eux ont été attribués pour ce qui est du volet logistique de l’ingénierie du système, des satellites et des lanceurs (voir IP/10/7). Les deux contrats restants, relatifs à l’achèvement des infrastructures de mission et de contrôle au sol, seront attribués début 2011.

Services Galileo

Galileo devrait être opérationnel en 2014 et assurera trois services initiaux: le service ouvert (gratuit), le service public réglementé (IP/10/1301) et le service de recherche et de sauvetage.

Contexte: Pourquoi l’Europe a-t-elle besoin de Galileo?

Galileo garantit l’indépendance de l’Europe dans le domaine de la navigation par satellite, qui revêt désormais une importance cruciale pour son économie et pour le bien-être de ses citoyens. Galileo permet en outre à l’Europe de développer son savoir-faire dans le domaine de la recherche spatiale, des récepteurs et des applications, et contribue ainsi à générer des revenus et à créer des emplois. La possibilité de recevoir simultanément des signaux Galileo et GPS au sein de récepteurs doubles ouvrira la voie à de nouvelles applications nécessitant un niveau de précision supérieur à celui qui est offert aujourd’hui par les seuls dispositifs GPS.

Sur une période d’environ 12 ans, Galileo devrait rapporter 90 milliards d’euros à l’économie européenne sous forme de revenus supplémentaires pour l’industrie et d’avantages publics, sans compter les gains en termes d’indépendance (IP/10/728).

Il est à noter que les États-Unis (GPS) ne sont pas le seul pays à avoir créé son propre système mondial de navigation par satellite; la Russie, le Japon, l’Inde et la Chine élaborent également leurs systèmes mondiaux et régionaux.

Pour de plus amples informations sur Galileo, veuillez consulter la page

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/satnav .


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website