Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

IP/10/1333

Bruxelles, le 14 octobre 2010

Recherche dans le domaine des TIC: un projet financé par l'UE aide à cartographier la pollution

Des cartes en temps réel de la pollution de l'air, du sol et de l'eau peuvent maintenant être mises à la disposition de chacun grâce à un projet de recherche financé par l'UE et intitulé INTAMAP. Le projet INTAMAP a élaboré un logiciel de spécifications libre permettant d'établir des cartes de contours qui montrent non seulement l'emplacement exact des zones polluées mais aussi l'origine et la destination de la pollution. De telles informations permettent aux pouvoirs publics de prendre plus rapidement les décisions appropriées pour s'attaquer aux causes de la pollution et aux particuliers de l'éviter. Des chercheurs d'Autriche, de Belgique, d'Allemagne, de Grèce, des Pays-Bas et du Royaume-Uni ont travaillé sur le projet qui a bénéficié d'un financement de l'UE de l'ordre de 1,8 million d'euros. Les applications de la recherche dans le domaine des TIC au service des citoyens et des entreprises d'Europe sont un élément clé de la stratégie numérique pour l'Europe adoptée par la Commission en mai 2010 (voir IP/10/581, MEMO/10/199 et MEMO/10/200).

«Le projet INTAMAP est un bon exemple de la manière dont la recherche peut aider à améliorer la vie quotidienne en Europe» a déclaré Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique. «Les cartes de pollution en temps réel peuvent être un outil crucial pour aider les pouvoirs publics à repérer les causes des pollutions et à déterminer la meilleure façon de s'y attaquer. Elles peuvent également aider les particuliers à éviter une pollution telle que le smog.»

Jusqu'à présent, s'il y avait une marée noire dans les eaux européennes, les mesures pouvaient indiquer précisément la zone touchée par la pollution mais il était difficile d'évaluer l'ampleur de la pollution et de déterminer d'où elle venait. Sans ces informations, il était difficile pour les pouvoirs publics d'agir rapidement afin de s'attaquer efficacement à la pollution.

Les décisions telles que le moment de procéder à une évacuation d'urgence, par exemple, se fondaient sur des informations recueillies dans un nombre restreint de stations de surveillance qui, pour des raisons de coût, ne couvraient qu'un nombre restreint de lieux de pollution. Sans informations sur les niveaux de pollution entre les stations, les décideurs n'ont pas une idée complète de l'ampleur du problème.

Les chercheurs associés au projet INTAMAP ont élaboré un logiciel qui exploite les mesures prises à des endroits spécifiques en vue de créer une carte en ligne des contours de la pollution qui indique les concentrations de polluants actualisées en temps réel. Par l'application de méthodes dites d'«interpolation», cette carte montre ce qui se passe entre les lieux de mesure et donne donc une idée plus précise. Comme la durée de traitement des données peut parfois être très longue, le logiciel INTAMAP tient compte du temps disponible pour décider s'il faut appliquer les techniques d'interpolation les plus précises afin de produire une carte extrêmement détaillée ou s'il est préférable d'avoir une évaluation plus rapide, moins sophistiquée est préférable et de calculer une vue approximative.

Le logiciel d'interpolation à source ouverte qui est au cœur de ce projet est relié au monde extérieur par des services web. Le système accepte, par exemple, des données brutes publiées sur internet en utilisant des normes ouvertes élaborées par l'Open Geospatial Consortium (OGC). Une fois les données traitées, les services web qui se conforment également aux normes de l'OGC peuvent créer automatiquement des cartes, les afficher sur internet et les actualiser en fonction des besoins.

Applications

Les niveaux de particules de la pollution atmosphérique urbaine et industrielle, par exemple, peuvent varier sur de courtes distances, de sorte qu'une personne qui se rend en vélo à son travail pourrait utiliser INTAMAP pour calculer son exposition moyenne aux polluants et comparer plusieurs itinéraires. L'autorité allemande de radioprotection (Bundesamt für Strahlenschutz) utilise maintenant le système INTAMAP pour visualiser les relevés par heure du rayonnement nucléaire qui sont fournis par la plate-forme d'échange de données radiologiques de l'Union européenne (EURDEP).

Contexte

INTAMAP a été financé au titre du sixième programme-cadre pour la recherche de l'UE. Neuf centres de recherche d'Autriche, de Belgique, d'Allemagne, de Grèce, des Pays-Bas et du Royaume-Uni ont élaboré l'outil INTAMAP sur une période de trois ans.

Site internet de l'INTAMAP: http://www.intamap.org/index.php


Side Bar