Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE NL

IP/10/1317

Bruxelles, le 12 octobre 2010

EurOcean 2010: la recherche européenne, prête à relever le défi maritime

La recherche est indispensable pour assurer une utilisation durable des eaux marines européennes. Plus de 300 chercheurs et décideurs participent à la conférence intitulée «EurOCEAN 2010: les grands défis de la prochaine décennie dans le domaine de la recherche maritime», organisée à Ostende aujourd'hui et demain dans le but d'établir les priorités de la recherche pour la prochaine décennie, ainsi que les politiques à adopter en la matière. Ils feront le point de la situation et expliqueront ce qu'il faut encore à l'Europe pour s'assurer un «avenir bleu». Deux membres de la Commission européenne, Mmes Maria Damanaki (affaires maritimes et pêche) et Máire Geoghegan-Quinn (recherche, innovation et science), vont participer à cette conférence et présenter la manière dont l'Union européenne envisage la recherche maritime en tant que moteur pour la croissance et la création d'emplois.

La commissaire Maria Damanaki a déclaré à ce propos: «Élaborer une politique maritime sans une recherche marine forte revient à construire un château de sable face à la mer qui monte. C'est la raison pour laquelle la recherche marine, et en particulier l'observation du milieu marin, occupe une place aussi importante dans la communication intitulée «Connaissance marine 2020», publiée récemment. Pour favoriser une croissance "bleue" et renforcer l'industrie et les services financiers maritimes, il faut augmenter la quantité des données et la recherche scientifiques et n'avoir de cesse d'en améliorer la qualité.»

La commissaire Máire Geoghegan‑Quinn a souligné le potentiel énorme que représentent les mers et les océans pour le bien‑être et la richesse de l'humanité. «Les océans sont un élément essentiel de l'Union pour l'innovation et de la réaction face à certains des principaux défis que doit relever l'humanité. La recherche et l'innovation marine sont nécessaires si l’on veut exploiter l'énergie houlomotrice et l’énergie éolienne en mer, ainsi qu’éviter des catastrophes telles que la marée noire dans le golfe du Mexique. Des ressources alimentaires marines durables sont nécessaires pour alimenter une population mondiale en pleine expansion. Nous devons nous servir du potentiel important qu'offre la biotechnologie marine dans notre lutte contre les maladies. À cet égard et à bien d'autres encore, la science et la mer sont de plus en plus inextricablement liées.»

Ce matin, la commissaire Damanaki a prononcé un discours d’ouverture, dans lequel elle a souligné l'importance de la collecte de données marines et la nécessité de faire en sorte que ces données soient faciles à trouver, à consulter et à traiter. Dans le discours de clôture qu’elle prononcera demain, la commissaire Geoghegan‑Quinn mettra en évidence l'importance de la science et de la technologie marines.

Depuis 2007, le 7e programme‑cadre de l'Union européenne pour la recherche a financé quelque 345 projets liés au milieu marin pour un montant de 733 millions €.

L'initiative intitulée «Connaissance du milieu marin 2020» est la réponse la plus récente de la Commission aux demandes des principaux acteurs dans le domaine des sciences marines. Elle plaide en faveur d'une réduction des coûts supportés par le secteur, d'un renforcement de l'innovation et d'une réduction des incertitudes concernant le comportement futur des océans. Elle couvre la directive «Inspire», le GMES (système de surveillance mondiale de l’environnement et de la sécurité), ainsi que le réseau européen d’observation et de données du milieu marin (EMODnet), né d'une demande explicite formulée lors de la dernière conférence EurOCEAN, en 2007. Lors de cette même conférence, les participants avaient appelé de leurs vœux la création d'un atlas européen des mers, dont la réalisation a déjà bien progressé. Pour l’avenir, la Commission souhaiterait que des recherches soient menées dans les domaines suivants: «bioprospection», c’est-à-dire découvrir des substances biologiques potentiellement utiles, ressources minérales non énergétiques, énergies renouvelables (en particulier énergies marémotrice et houlomotrice) et technologies sûres pour l'exploitation gazière en haute mer et le forage pétrolier sous des climats marqués par des phénomènes extrêmes.

EurOCEAN 2010 est une initiative de la présidence belge de l'Union européenne en étroite coopération avec la Commission européenne et le Conseil marin de la Fondation européenne de la science. La conférence abordera des thèmes tels que le changement climatique, la biotechnologie marine (sécurité alimentaire, santé environnementale et humaine), le transport maritime, l'énergie et l’aménagement de l’espace marin. L'adoption de la «Déclaration d'Ostende» sur les grands défis que les mers et les océans représentent pour la recherche et sur la manière de les relever constituera le point d'orgue de la conférence.

Liens utiles:

Site web de la conférence et programme complet: http://www.Eurocean2010.eu

Sites web de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/research/

http://ec.europa.eu/dgs/maritimeaffairs_fisheries/index_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website