Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE IT

IP/10/1158

Bruxelles, le 22 septembre 2010

Accord avec la Norvège concernant deux stations terrestres de Galileo

La Norvège jouera un rôle actif dans le programme de satellites de Galileo, système de navigation par satellites de l'Europe qui fournira aux citoyens en Europe et dans le monde des signaux plus précis et plus largement disponibles. En vertu d'un accord de coopération signé aujourd'hui, la Norvège accueillera deux stations terrestres pour Galileo. Les industries norvégiennes seront aussi autorisées à fournir certaines technologies de niche pour Galileo

M. Antonio Tajani, vice-président de la Commission, chargé des entreprises et de l'industrie, a déclaré: "Bienvenue à la Norvège à bord de ce fleuron de l'Europe. Cette coopération ne contribuera pas seulement à obtenir de meilleurs résultats pour les services de navigation de Galileo. Elle ouvrira toute une série de perspectives économiques pour les petites et moyennes entreprises à la fois en Norvège et dans l'Union européenne".

Avec cet accord, les industries norvégiennes seront autorisées à fournir certaines technologies de niche pour Galileo et la Norvège sera plus activement impliquée dans les institutions et les comités qui participent à la gouvernance du programme. La Norvège contribuera aussi à hauteur de €70 millions au financement du programme. L'accord a été signé par M. Heinz Zourek, directeur général de la DG Entreprises, pour la Commission européenne, et par Mme Oda Helen SLETNES, ambassadeur de Norvège auprès de l'Union, pour le royaume de Norvège.

La Commission européenne sera en mesure d'installer deux stations terrestres pour Galileo en Norvège, l'une dans l'île du Spitzberg et l'autre sur le territoire antarctique de la Norvège. Cette dernière s'engage à protéger les fréquences radio de Galileo de toute interruption et de toute interférence et à protéger les installations terrestres de Galileo de toute intrusion.

Il est à noter que la Norvège avait déjà contribué sur les plans technique et financier à la phase de développement de Galileo en tant que membre de l'Agence spatiale européenne.

L'accord de coopération couvre les principes généraux de la coopération et les droits et obligations de la Norvège dans des domaines qui ne font pas partie de l'acquis existant de Galileo, et plus particulièrement les domaines liés à la sécurité, aux stations terrestres et à la bande de fréquence.

Contexte

Galileo est l'initiative européenne pour un système de pointe de navigation par satellites à l'échelle mondiale qui garantira l'indépendance politique de l'Europe dans un secteur qui est devenu critique à la fois pour son économie et le bien-être de ses citoyens. En combinaison avec le GPS américain et le Glonass russe, avec lesquels il sera interopérable, Galileo fournira des signaux de positionnement plus précis et plus largement disponibles.

Galileo se traduit aussi par de nouvelles perspectives d'activités économiques et d'emploi en Europe, dans les industries liées à l'espace mais aussi dans les secteurs des récepteurs satellite et des applications de navigation par satellites. Lorsqu'il sera entièrement déployé, le système comprendra 30 satellites en orbite autour de la Terre et l'infrastructure terrestre qui va avec.

Galileo commencera à fonctionner en 2014 avec une constellation initiale de 18 satellites. Cela permettra d'assurer trois services préliminaires, à savoir:

  • le service ouvert pour les applications normales de navigation (GPS renforcé),

  • le service de recherche et secours pour les opérations de secours et

  • le service public réglementé, crypté, destiné à être utilisé par les autorités.

Pour plus de renseignements concernant Galileo:

http://ec.europa.eu/galileo

http://satellite-navigation.eu


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website