Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

IP/10/1116

Bruxelles, le 13 septembre 2010

Neuf Européens sur dix expriment leur engagement résolu en faveur de l'aide au développement, selon une enquête Eurobaromètre spéciale

D'après une enquête Eurobaromètre spéciale publiée aujourd'hui, les citoyens européens continuent d'afficher un soutien ferme à l'aide apportée aux pays en développement. Une semaine avant la réunion à haut niveau des Nations unies sur les objectifs du millénaire pour le développement (OMD), l'enquête révèle que 89 % des personnes interrogées considèrent que l'aide au développement est importante, voire très importante. Deux Européens sur trois sont d'avis que l'Union européenne devrait tenir sa promesse de faire passer l'aide au développement à 0,7 % du RNB d'ici 2015, l'échéance fixée pour la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement, voire aller au-delà encore. Ce soutien, qui est le fait d'une large majorité des citoyens, quelle que soit leur nationalité, n'a pas faibli en dépit de la crise financière et de la situation économique en Europe. Dans ce contexte, les trois quarts (76 %) des Européens pensent que la mise en commun des efforts des pays de l'UE apporte une valeur ajoutée permettant d'éviter les double-emplois et de garantir l'efficacité de l'aide.

Le commissaire européen chargé du développement, Andris Piebalgs, a déclaré: «Le message que nous ont adressé les citoyens européens est très clair: malgré le ralentissement économique, l'UE doit continuer à faire preuve de solidarité et de responsabilité envers les plus nécessiteux. Je considère personnellement qu'il s'agit là d'un mandat nous enjoignant de faire preuve d'une détermination sans faille dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Nous devons, à l'évidence, faire en sorte que l'aide de l'UE, la plus importante au monde, soit utilisée au meilleur escient».

Dans le cadre de cette enquête Eurobaromètre spéciale, 26 500 citoyens de l'ensemble des 27 États membres ont répondu, en juin 2010, à une batterie de questions ayant trait au développement. Il en ressort principalement que la crise économique n'a pas amoindri le soutien général en faveur du développement. Le pourcentage de personnes le considérant comme très important a même augmenté, passant de 39 % l'an dernier à 45 % aujourd'hui.

L'enquête a également révélé que, pour la première fois, la différence d'attitude entre les pays dits «UE 15» et «UE 12» était de moins en moins flagrante. La ligne de démarcation semble s'établir entre les pays les plus frappés par la crise et ceux jouissant d'une meilleure situation économique. Les citoyens soutiennent aussi indirectement la notion de cohérence des politiques au service du développement. 43 % d'entre eux estiment que les politiques commerciales et financières de l'UE ont une incidence favorable sur les pays partenaires. Les politiques de consolidation de la paix recueillent aussi 42 % des suffrages, suivies par l'agriculture (33 %) et les migrations (22 %).

L'enquête montre également que:

42 % des personnes interrogées voient la pauvreté comme le principal défi à relever par les pays en développement, suivie par la crise économique (36 %), les aspects alimentaires (20 %) et les problèmes sanitaires (19 %).

42 % également sont partantes pour aider les pays en développement, soit en s'engageant comme volontaires, soit en participant financièrement. 30 % versent de l'argent ou travaillent en tant que volontaires.

63 % jugent que les organisations internationales sont les mieux placées pour aider les pays en développement. L'UE arrive ici en troisième position (17 %), derrière les Nations unies (27 %) et la Banque mondiale (19 %).

Contexte

L'enquête Eurobaromètre spéciale intitulée «Les Européens, l'aide au développement et les objectifs du millénaire pour le développement» a pour objet d'évaluer l'engagement du grand public en faveur de l'aide au développement, compte tenu de la crise économique actuelle et dans la perspective de la réunion à haut niveau des Nations unies sur les objectifs du millénaire pour le développement, qui se tiendra à New York du 20 au 22 septembre. Ce sommet sera l'occasion de passer en revue les progrès réalisés au regard de l'initiative des Nations unies visant à éradiquer la pauvreté, mieux connue sous l'appellation «objectifs du millénaire pour le développement (OMD)», initiative à la réalisation de laquelle la totalité des 27 États membres de l'UE se sont engagés.

En 2009, l'Union européenne et ses États membres ont consacré au total 49 milliards d'euros à l'aide au développement, ce qui fait de l'UE le principal donateur et de loin, avec 56 % de l'aide mondiale. L'aide extérieure gérée par la Commission européenne s'est élevée à 12 milliards d'euros en 2009.

Voir également le MEMO/10/403

Lien vers l'intégralité de l'enquête Eurobaromètre spéciale n° 352.

En anglais - http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb_special_en.htm#352

En français - http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb_special_fr.htm#352

Site web de M. Piebalgs, commissaire au développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Site web de la DG Développement:

http://ec.europa.eu/development/index_fr.cfm

Site web d'EuropeAid (Aidco):

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site