Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/10/1070

Bruxelles, le 25 août 2010

Thon rouge: la reproduction en captivité, une avancée de la recherche européenne

Des scientifiques de l’UE ont réussi à obtenir des dépôts d’œufs viables de thon rouge atlantique en captivité, par des moyens naturels, sans aucune induction hormonale. Si l’élevage de cette espèce menacée pouvait être développé à une échelle commerciale, la pression exercée sur les stocks sauvages serait nettement réduite. Ce résultat est le fruit de la troisième année de réalisation de SELFDOTT, un projet de recherche financé par l'Union européenne à hauteur de 2,98 millions d'euros et coordonné par l’Institut espagnol d’océanographie (IEO). Les résultats du projet ont fait l’objet d’un film, qui sera diffusé le 26 août dans le cadre de Futuris, l'émission scientifique de la chaîne de télévision Euronews.

Mme Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne responsable de la recherche, de l’innovation et de la science, a déclaré: «Avec le projet SELFDOTT, la recherche financée par l’UE contribue à nouveau à relever les grands défis du monde actuel. Les résultats de ces recherches, s'ils sont commercialisés à terme, permettront d’accroître les ressources alimentaires tout en contribuant à la croissance et à l’emploi, ainsi qu’à la gestion durable du thon rouge.»

Selon les chercheurs de l’IEO, ces résultats montrent la capacité du thon à s’adapter, après plus de trois ans de domestication. Dix millions d’œufs au total ont été pondus en une seule journée.

L’obtention naturelle d’œufs de thon rouge atlantique en captivité représente un grand pas en avant dans la recherche sur l’élevage de cette espèce et en améliore les perspectives d’exploitation commerciale. Cette commercialisation pourrait contribuer à la gestion durable du thon rouge.

L’équipe de SELFDOTT va à présent étudier le développement embryonnaire et larvaire de ces œufs et s'efforcer d'améliorer le taux de survie et la croissance des juvéniles. Le projet vise aussi à mettre au point des aliments durables pour les juvéniles de thon rouge et à établir un protocole pour l'élevage larvaire à l'échelle commerciale.

Contexte

SELFDOTT est un consortium où sont représentés 13 organismes publics, instituts de recherche et entreprises du secteur établis en France (IFREMER, CNRS, université Montpellier 2), en Allemagne (université de Düsseldorf), en Grèce (HCMR), en Israël (NCM-IOLR), en Italie (université de Bari), à Malte (MCFS, Malta FishFarming), en Norvège (Skretting) et en Espagne (université de Cadix, groupe Ricardo Fuentes, IEO, ce dernier assurant la coordination).

L’année dernière, les chercheurs ont réussi à faire se reproduire des thons rouges atlantiques en captivité après stimulation hormonale et ont entamé le travail d'élevage larvaire.

L’aquaculture est l’une des réponses les plus prometteuses à l’appauvrissement des ressources alimentaires qui résulte entre autres de la croissance démographique, de la surpêche, de la pollution et des atteintes à l’environnement. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que la production mondiale de l’aquaculture a atteint 63 millions de tonnes en 2006 (pour une valeur de près de 65 milliards d’euros). Elle estime également que, sur les quelque 41 millions de personnes qui travaillent dans le secteur de la pêche, un quart sont employées dans l'aquaculture. Selon les prévisions, la production mondiale de l’aquaculture devrait doubler d’ici à 2045 pour répondre à la demande en poissons et fruits de mer d’une population croissante.

Pour de plus amples informations: www.selfdott.org

Pour voir l'émission Futuris sur SELFDOTT (lien actif à partir du 27 août):

http://fr.euronews.net/sci-tech/futuris/


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website