Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/10/1058

Bruxelles, le 19 août 2010

«Ne tirez pas! Je suis un travailleur humanitaire.» À l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, la Commission appelle au respect des principes humanitaires

Le 19 août est la Journée mondiale de l’aide humanitaire. À cette occasion, la Commission européenne rend hommage aux travailleurs humanitaires qui ont perdu la vie ou la liberté, ou qui ont été blessés dans l’accomplissement de leur mission. La Commission européenne, par l’intermédiaire de son service d’aide humanitaire (ECHO), dispose de personnel présent en permanence sur les foyers de crise dans le monde. ECHO coopère étroitement avec des organisations d’aide humanitaire partenaires, telles que les agences spécialisées des Nations unies, le mouvement de la Croix‑Rouge/du Croissant-Rouge et les organisations non gouvernementales. Ensemble, ils assurent l’acheminement de l’aide aux populations civiles à travers le monde de manière impartiale et non discriminatoire. Toutefois, l'acheminement de l'aide humanitaire et la sécurité du personnel humanitaire comportent des risques croissants.

Kristalina Georgieva, commissaire européenne chargée de la coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises, a déclaré à ce propos: «La Journée mondiale de l’aide humanitaire est l’occasion pour nous de réfléchir à l'importance que revêt l'action humanitaire pour sauver des vies et apporter l’assistance nécessaire aux personnes dans le besoin où qu’elles se trouvent. Les travailleurs humanitaires sont au service de l’humanité, souvent dans des conditions très périlleuses. On les voit prêter assistance aux victimes de séismes, d’incendies et d’inondations, mais c’est avant tout dans les zones de conflit qu’ils mettent leur vie en danger. Or ces travailleurs dévoués sont de plus en plus souvent pris pour cible, ce qui est très préoccupant. Nous devons protéger les travailleurs humanitaires pour qu’ils puissent travailler en toute sécurité là où leur présence est nécessaire. À cette fin, je continuerai de sensibiliser l'opinion publique à la dégradation des conditions de sécurité de ceux qui risquent leur vie pour sauver celle des autres. Il est fondamental que nous comprenions et respections les principes essentiels de l’aide humanitaire: l’humanité, l’impartialité, la neutralité et l’indépendance. La prise pour cible de travailleurs humanitaires doit cesser: lorsqu’ils sont blessés, c’est l’espoir dans l’avenir de nos enfants qui est atteint.»

En 2009, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (BCAH), 102 travailleurs humanitaires ont été tués (et beaucoup plus encore blessés) au cours d’incidents et 92 ont été enlevés.

La Journée mondiale de l’aide humanitaire a été créée par l’Assemblée générale des Nations unies en 2008 et célébrée pour la première fois en 2009, «afin de contribuer à sensibiliser le public aux activités humanitaires dans le monde et à l’importance de la coopération internationale dans ce domaine et de rendre hommage à tout le personnel humanitaire, au personnel des Nations unies et au personnel associé qui s’emploient à promouvoir la cause humanitaire, ainsi qu’à celles et ceux qui ont perdu la vie dans l'exercice de leurs fonctions». Cette date commémore l’attentat à la bombe perpétré en 2003 contre le Bureau des Nations unies en Iraq, qui avait fait 22 morts. Cette année, le message de la Journée mondiale de l’aide humanitaire est: «Nous sommes des travailleurs humanitaires.»

Le partenariat entre les Nations unies et la Commission européenne est un rouage essentiel du système humanitaire mondial. L’Union européenne et les Nations unies poursuivront leur coopération afin de garantir le respect de la sécurité des travailleurs humanitaires et des principes humanitaires.

Pour de plus amples informations: http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm

MEMO/10/379


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website