Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

La Commission débloque 14,9 millions d'euros pour la sécurité alimentaire en République du Niger

Commission Européenne - IP/10/1044   10/08/2010

Autres langues disponibles: EN DE LV

IP/10/1044

Bruxelles, le 10 août 2010

La Commission débloque 14,9 millions d'euros pour la sécurité alimentaire en République du Niger

Compte tenu de l'aggravation de la crise alimentaire au Sahel, la Commission a convenu aujourd'hui de verser 14,9 millions d'euros en faveur de la sécurité alimentaire au Niger, le pays le plus touché de la région. Cette intervention fait suite à la récente proposition de la Commission visant à rétablir l'octroi de l'aide au développement européenne au Niger, d'un montant de 458 millions d'euros entre 2008 et 2013. L'aide fournie vient s'ajouter à l'aide humanitaire déjà accordée en 2010 par l'intermédiaire du service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission (ECHO), d'un montant de 25 millions d'euros. Les fonds accordés aujourd'hui compléteront les efforts les plus récents déployés par la Commission en vue de mobiliser 30 millions d'euros supplémentaires pour la région du Sahel et notamment pour le Niger, afin d'éviter une nouvelle crise alimentaire.

Le commissaire européen chargé du développement, M. Andris Piebalgs, a fait la déclaration suivante: «Cette aide alimentaire survient à une période critique pour le Niger et pourrait sauver jusqu'à 700 000 familles de la faim et de la famine. Il convient toutefois de trouver une solution à plus long terme. Le mois dernier, j'ai proposé de rétablir le programme d'aide au développement de la Commission européenne en faveur du Niger. Il est primordial que cette initiative soit suivie par les autres donateurs et s'inscrive dans le cadre d'une stratégie coordonnée à long terme, et que le gouvernement nigérien s'engage pleinement dans la lutte contre la pauvreté».

La crise alimentaire en cours au Sahel met en péril plus de 7 millions de personnes au Niger, dont 3 millions nécessitent une aide alimentaire d'urgence. L'aide supplémentaire permettra de répondre à des besoins essentiels, tels que l'achat d'une quantité suffisante d'aliments de base pour couvrir la période critique qui précédera la prochaine récolte.

La satisfaction des besoins de base fait partie d'une approche cohérente de l'UE en matière de développement, fondée sur un partenariat avec les pays en développement dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. De solides garde-fous et garanties visent à assurer que l'aide accordée parvient aux bénéficiaires ciblés, des contrôles internes étant effectués à tous les moments clés de la procédure.

La Commission a récemment proposé de rétablir l'octroi de l'aide au Niger, d'un montant de 458 millions d'euros entre 2008 et 2013. Il est toutefois primordial que le gouvernement nigérien s'engage sur la voie de l'amélioration de la gouvernance et de la réalisation du processus de transition démocratique. Le respect des conditions établies dans la feuille de route convenue le mois dernier entre l'UE et le Niger continue de revêtir une importance capitale. La Commission continuera à suivre de près l'évolution de la situation et à appuyer la transition démocratique, tout en aidant les populations vulnérables se trouvant dans de telles situations critiques.

Contexte

Au titre du 10e Fonds européen de développement (FED), la République du Niger devrait recevoir une aide d'un montant total de 458 millions d'euros entre 2008 et 2013. Le 26 juillet dernier, la Commission a proposé de reprendre cette coopération. Le décaissement total de ces fonds ne pourra s'effectuer que lorsque le Conseil aura formellement adopté la décision. Les fonds accordés aujourd'hui concernent exclusivement l'aide alimentaire, dans le cadre d'une situation d'urgence exceptionnelle, et viennent s'ajouter à l'aide humanitaire supplémentaire déjà accordée au pays par la Commission et les États membres de l'UE.

Dans le cadre du processus de transition démocratique, il est prévu d'organiser un référendum sur une nouvelle constitution ainsi que des élections locales et présidentielles. Selon la feuille de route, ces étapes devraient être finalisées d'ici à mars 2011.

Les principaux domaines prioritaires de la coopération à plus long terme avec le Niger au titre du 10e FED sont le soutien à la bonne gouvernance, le développement des infrastructures de transport, l'amélioration de la sécurité alimentaire ainsi que d'autres opérations qui profitent directement à la population (telles que l'accès à l'eau potable et aux équipements sanitaires).

En 2010, la Commission européenne a jusqu'à présent apporté une aide humanitaire d'un montant de 54 millions d'euros dans les pays du Sahel touchés par la crise alimentaire, dont 25 millions d'euros pour la République du Niger. Compte tenu des besoins croissants au Sahel, la commissaire chargée de l'aide humanitaire, Mme Georgieva, a récemment demandé la mobilisation de 30 millions d'euros supplémentaires pour financer des opérations humanitaires au Sahel, et notamment au Niger. Le nombre d'enfants souffrant de malnutrition aiguë a continué à augmenter et les opérations d'aide alimentaire doivent être renforcées pour venir en aide aux populations les plus touchées.

Pour de plus amples informations

Pour de plus amples informations concernant les projets réalisés en République du Niger avec le soutien de la CE: soins de santé, transport et protection sociale et emploi.

Pour de plus amples informations concernant la crise alimentaire en République du Niger, veuillez consulter le MEMO/10/340 et le IP/10/1004 ainsi que le IP/10/1021.

Voir également le site web du commissaire M. Piebalgs:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

ainsi que celui de la commissaire Mme Georgieva:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/georgieva/index_en.htm


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site