Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

IP/09/718

Bruxelles, le 7 mai 2009

Sommet européen sur l’emploi: des actions concrètes pour lutter contre la hausse du chômage

L’UE a tenu aujourd’hui à Prague un sommet spécial consacré aux mesures à prendre face aux conséquences de la crise économique sur l’emploi en Europe. Les présidences de la Troïka (les gouvernements tchèques, suédois et espagnols) ont rejoint la Commission européenne, le patronat et les syndicats afin de mettre en commun leurs meilleures idées concernant les moyens à mettre en œuvre pour aider les citoyens à conserver leur emploi ou à en trouver un nouveau. Le sommet a permis de définir dix actions visant à lutter contre le chômage et à créer de nouveaux emplois. La Commission s’appuiera sur les discussions du sommet quand elle présentera ses propositions au Conseil européen des 18 et 19 juin.

Le président Barroso a déclaré: «Le sommet européen sur l’emploi de ce jour marque une étape capitale vers une action plus importante et mieux coordonnée en faveur de l’emploi. Nous ne pouvons pas empêcher la crise d’engendrer du chômage. Mais le fait d’agir maintenant peut réduire les pertes d’emplois et aider des millions de personnes à trouver des emplois nouveaux et meilleurs. Agir maintenant signifie également ouvrir la voie à une reprise durable. Le sommet d’aujourd’hui ne marque ni le début ni la fin de l’action de l’UE en faveur de l’emploi. Il vise simplement à indiquer à nos citoyens que nous voulons faire de leur emploi l’objectif premier de l’Europe. J’invite tous les États membres à s’engager à œuvrer ensemble pour prendre rapidement des mesures en faveur de l’emploi».

«Dans cette crise, ce sont les citoyens qui constituent notre première priorité qui est de les aider à conserver leur emploi ou à en retrouver un nouveau aussi rapidement que possible. Nous devons nous servir de tous les outils à notre disposition pour limiter les conséquences de la crise sur l’économie réelle, et sur les citoyens et leurs sources de revenus en particulier» a déclaré M. Špidla, commissaire européen à l’emploi.

«Ce sommet a représenté un grand pas en matière de détermination des meilleurs moyens de lutter contre le chômage et de créer de nouveaux emplois. Notre stratégie doit se fonder sur un dialogue social fort, sur la collaboration et sur la recherche de synergies entre les politiques économiques et sociales. Il n’est nul besoin d‘arbitrages entre des valeurs sociales fondamentales et un marché intérieur concurrentiel».

À l’issue du sommet, les participants étaient manifestement unanimes quant à la voie à suivre. Le message principal sur lequel les participants se sont entendus est que les futures actions pour l’emploi devront être guidées par un certain nombre de principes et viser au maintien de l’emploi et à la création de nouveaux postes.

Il s’agira avant tout d’améliorer l’accès à l’emploi, en particulier pour les jeunes, de renforcer les compétences, de mieux répondre aux besoins du marché du travail et de promouvoir la mobilité. Dix actions concrètes ont été définies concernant à la fois les défis à court et à long terme; elles devront être mises en œuvre aux niveaux national et européen en collaboration avec les partenaires sociaux:

  • 1. aider autant de personnes que possible à conserver leur emploi par le biais d’un ajustement temporaire des horaires de travail combiné à des formations de reconversion, les pouvoirs publics (y compris le Fonds social européen) participant au financement des actions menées;
  • 2. encourager l’esprit d’entreprise et la création d’emploi, par exemple par une diminution des coûts salariaux indirects et par la flexisécurité;
  • 3. améliorer l’efficacité des administrations nationales du travail par un renforcement de leur offre de services de conseil, de formation et de recherche d’emploi lors des premières semaines de la période de chômage, en particulier pour les jeunes chômeurs;
  • 4. accroître de manière significative le nombre d’apprentissages et de formations de haute qualité d’ici à la fin de 2009;
  • 5. promouvoir des marchés du travail favorisant davantage l’inclusion en garantissant des incitations au travail, des politiques actives et efficaces du marché de l’emploi et une modernisation des systèmes de protection sociale, démarche qui se traduira également par une meilleure intégration des catégories défavorisées, y compris les handicapés, les personnes peu qualifiées ou les migrants;
  • 6. améliorer les compétences à tous les niveaux par l’apprentissage tout au long de la vie, en veillant en particulier à ce que tous les jeunes sortis du système scolaire possédent les compétences nécessaires pour trouver un emploi;
  • 7. avoir recours à la mobilité de la main-d’œuvre pour garantir du mieux possible l’adéquation entre l’offre et la demande de main-d’œuvre;
  • 8. identifier les perspectives d’emploi et les compétences requises, et anticiper les compétences qui deviendront nécessaires afin d’ajuster les offres de formation;
  • 9. aider les chômeurs et les jeunes à créer leur entreprise, en leur proposant des formations de soutien et un capital de départ, ou en réduisant ou supprimant les impôts pour les start-ups;
  • 10. anticiper et gérer les restructurations par l’intermédiaire d’activités d’apprentissage mutuel et d’échanges de bonnes pratiques.

Le sommet a également permis de discuter de la manière dont les actions aux niveaux national et européen pourraient être coordonnées de manière à produire les meilleurs résultats possibles et dont les outils et ressources communautaires, comme le Fonds social européen (FSE) et le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM), pourraient être utilisés de façon optimale. Ces deux Fonds ont été récemment révisés afin que leur efficacité soit optimale en ces temps de crise.

En préparation de ce sommet, la Commission européenne a organisé une série d’ateliers (qui se sont tenus à Madrid le 15 avril, à Stockholm le 20 avril et à Prague le 27 avril) avec les représentants de l’actuelle et de la future présidences. En outre, un débat spécifique sur la question a eu lieu le 5 mai au Parlement européen à Bruxelles. Ce processus de consultation a permis de rassembler les points de vue du plus large éventail possible de parties intéressés, allant des partenaires sociaux à tous les niveaux aux représentants de différentes institutions européennes, d’États membres, de services publics de l’emploi, des milieux universitaires et de la société civile.

Pour de plus amples informations:

Messages essentiels du sommet européen sur l’emploi:

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=88&langId=fr&eventsId=173&furtherEvents=yesConsolidated%20report%20from%20the%20preparatory%20workshops

http://ec.europa.eu/social/BlobServlet?docId=2623&langId=en

MEMO/09/223 relatif au sommet sur l’emploi

Site du Président Barroso consacré à la crise:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/president/focus/credit_crunch/index_fr.htm

Site de la DG Emploi et du commissaire Špidla concernant les conséquences sociales de la crise économique:

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=736

Infoclip: I-061271: Ralentissement économique: emploi

IP/09/703: Sur la voie de la reprise: la politique de cohésion va aider l’Europe à sortir de la crise, selon les commissaires Hübner and Špidla

MEMO/09/221: révision du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM)


Side Bar