Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE ES IT PT EL MT

IP/09/546

Bruxelles, le 6 avril 2009

Pêche: L'UE témoigne de son engagement total en faveur de la conservation du thon rouge.

Le Conseil a adopté aujourd'hui un règlement visant à transposer en droit communautaire le nouveau plan de reconstitution pluriannuel des stocks de thon rouge dans l'Atlantique Est adopté par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA) lors de sa réunion annuelle tenue à Marrakech, au Maroc, en novembre 2008. Il est essentiel que ce plan soit mis en œuvre cette année par toutes les parties contractantes de la CICTA pour le début de la principale campagne de pêche qui débutera le 16 avril prochain.

«Je suis heureux que le Conseil et le Parlement aient fait un très grand effort collectif pour que ce règlement soit adopté en un temps record. Il est extrêmement important que le plan de reconstitution soit mis en œuvre durant la campagne de pêche de l'année en cours par tous les acteurs de cette pêcherie. S'il est correctement appliqué, il constituera le meilleur moyen de garantir la protection du thon rouge et permettra de reconstituer les stocks décimés par une surpêche qui dure depuis trop longtemps. Je demande instamment à tous les autres membres de la CICTA de prendre les mêmes mesures pour que les efforts des uns ne soient pas anéantis par les autres. Nous devons agir tous ensemble de manière responsable si nous voulons réellement sauver nos pêcheries de thon rouge» a déclaré M. Joe Borg, commissaire européen chargé des affaires maritimes et de la pêche.

La Commission européenne a annoncé une approche stricte, de «tolérance zéro» en ce qui concerne la mise en œuvre du plan de reconstitution de la CICTA. Les opérateurs européens ne seront pas autorisés à travailler avec des navires de pêche ou des fermes d'élevage appartenant à des parties contractantes de la CICTA qui ne participent pas pleinement à la mise en œuvre du plan. En particulier, les opérations de pêche conjointes auxquelles participent des navires européens et la mise du thon rouge dans des cages européennes ne seront pas autorisées dans le cadre des opérations engagées par ces parties contractantes.

La Commission européenne lance par ailleurs des actions visant à renforcer la coopération entre les pays méditerranéens afin de garantir le succès du plan de reconstitution des stocks de thon rouge.

Campagne de contrôle et d'inspection 2009

Afin de garantir l'application correcte du plan de reconstitution, la Commission a mis sur pied un programme spécifique de contrôle et d'inspection visant à surveiller sa mise en œuvre et son application. Il s'agit d'un projet conjoint de l’UE, qui réunit les ressources de la Commission européenne, de l’Agence communautaire de contrôle des pêches (ACCT) et des États membres concernés par cette pêcherie. En effet, les mesures de contrôle et d'application resteront un facteur essentiel si l'on veut conserver les ressources à un niveau durable.

Le 1er avril, l'Agence communautaire de contrôle des pêches (ACCT) a adopté un plan de déploiement commun pour la pêche du thon rouge en mer Méditerranée et dans les eaux de l'Atlantique Est pour 2009, mettant ainsi en œuvre le programme spécifique de contrôle et d'inspection. Le plan rassemble la Commission, les États membres et l'ACCT, s'appuie sur les ressources de sept États membres engagés dans cette pêche – Chypre, France, Grèce, Italie, Malte, Portugal et Espagne – et s'applique à tous les niveaux, y compris la chaîne d'approvisionnement, les contrôles en mer, à terre et des établissements d'engraissement. Cette année, les opérations de contrôle seront renforcées. S'appuyant sur l'expérience de l'an dernier, les inspections ont été améliorées grâce à une meilleure planification et à l'utilisation de technologies modernes permettant l'échange d'informations en temps réel.

Dans la pratique, l'Agence communautaire de contrôle des pêches coordonne les opérations conjointes d'inspection et de contrôle auxquelles participent 12 grands patrouilleurs, 17 patrouilleurs côtiers et 12 avions. La campagne de contrôle prévoit 274 jours d'inspection en mer, 242 jours d'inspection à terre et 70 jours de surveillance aérienne durant lesquels 279 équipes communes d'inspecteurs seront mobilisées (composées d'inspecteurs en provenance de différents États membres). Les zones couvertes par le plan de déploiement commun sont l'Atlantique Est et la Méditerranée (occidentale, centrale et orientale), et s'étendront par conséquent aux Açores et aux îles Canaries, contrairement au plan de l'an dernier.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site