Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/09/407

Bruxelles, le 17 mars 2009

Un petit pas pour GÉANT, un grand pas pour la région de la mer Noire

Avec la mise en service du plus grand réseau informatique au service de la recherche et de l’enseignement dans la région de la mer Noire, la Commission a accru aujourd'hui la capacité internet disponible pour les chercheurs des pays du Caucase méridional (Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie). L’interconnexion de la mer Noire (Black Sea Interconnection, ou BSI) est un réseau régional de recherche et d'enseignement financé par l'Union européenne. Il établit un lien entre les pays du Caucase méridional et les relie à GÉANT, le réseau paneuropéen à large bande qui figure au premier rang mondial et dessert déjà 30 millions de chercheurs. Ce nouveau lien permettra aux chercheurs et aux étudiants de collaborer avec leurs pairs européens dans 40 pays en utilisant le réseau pour partager de gros volumes de données.

«La Commission souhaite orienter l'évolution de l'internet de façon à s'assurer qu'il n'existe pas de zones "oubliées" dans le paysage mondial de la recherche», a déclaré Viviane Reding, membre de la Commission européenne chargée de la société de l’information et des médias. «Nous consacrons 1,4 million d’euros au financement de ce projet pour réduire une fracture numérique importante en équipant les universités et les centres de recherche du Caucase méridional de connexions internet à haut débit qui permettront de relier les scientifiques de la région de la mer Noire à la communauté mondiale des chercheurs. J'espère qu'une meilleure collaboration avec les 4000 instituts de recherche de l'UE qui participent à GÉANT améliorera la recherche et aboutira à de meilleurs résultats en Europe et au-delà de ses frontières.»

«Ce projet important vient en appui de nombreux objectifs essentiels de la politique de l’UE dans la région de la mer Noire», a ajouté Benita Ferrero-Waldner, membre de la Commission chargée des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage. «Il met en œuvre la synergie de la mer Noire dans ce domaine crucial qu'est la société de l'information puisqu'il fournit une infrastructure de collaboration qui ne servira pas seulement à la recherche, mais qui permettra également de mettre en place, à l'avenir, de nouveaux services par internet tels que l’administration en ligne, le commerce électronique, la santé en ligne et l’utilisation des technologies d’information et de communication à des fins éducatives pour l’ensemble de la société.»

Les réactions d'autres personnalités politiques de la région et de l'OTAN au sujet de cette étape importante sont disponibles sur le site web de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/information_society/newsroom/cf/itemlongdetail.cfm?item_id=4771

Dans le domaine de la recherche de pointe, il faut disposer de grandes banques de données et d’une puissance de traitement considérable pour travailler sur des sujets tels que la prévision des séismes ou le décodage d'informations génétiques, la simulation des changements climatiques et de la demande énergétique ou la prévision et la gestion de la diffusion des épidémies. Le projet d’interconnexion de la mer Noire relie les pays du Caucase méridional au réseau universitaire paneuropéen GÉANT (MEMO/09/110) avec des vitesses comprises entre 34 et 100 mégabits/seconde, soit des débits jamais atteints jusqu'ici. Ces débits permettent la mise en place dans toute la région de services avancés, tels que l’augmentation du nombre d’adresses IP grâce au protocole internet le plus récent (Internet Protocol version 6, ou IPv6, qui constitue une source potentiellement inépuisable d'adresses IP/08/803 ou tels que le multicast qui permet davantage de transmission effective en continu (de vidéos, par exemple). Ces services avancés constituent des innovations des réseaux de recherche à haut débit existant de par le monde.

Les connexions à haut débit permettront une coopération beaucoup plus étroite entre les chercheurs et les scientifiques de la région. Relier 377 universités et instituts de recherche du Caucase méridional au réseau paneuropéen GÉANT2 — qui regroupe déjà 34 réseaux de recherche nationaux dans le monde — permettra d’élargir le champ de la recherche et de l’enseignement dans le Caucase méridional comme en Europe. Cette évolution aura également des répercussions sur la vie quotidienne dans la région en améliorant la qualité des soins médicaux et en les rendant plus accessibles, notamment en permettant aux médecins d’établir des diagnostics à distance et de prescrire des traitements pour les personnes vivant dans des zones rurales isolées (pour plus d’exemples, voir MEMO/09/110°.

Le projet d’interconnexion de la mer Noire se déroulera sur une période de 24 mois, à compter du 17 mars 2008.

Contexte:

Le projet d’interconnexion de la mer Noire trouve son origine dans le projet Porta Optica qui était financé par la Communauté européenne. Il remplace le projet SOIE financé par l’OTAN (http://www.silkproject.org/project.htm) qui procurait des liaisons par satellite permettant une connexion à GÉANT par internet à haut débit des pays du Caucase méridional et d'Asie centrale, mais qui ne permettait pas de faire face aux besoins croissants de la communauté scientifique en matière de connectivité et de coopération.

http://www.blacksea-net.org/

Ce projet est coordonné par le Tübitak-Ulabkim, le réseau national turc pour la recherche et l’enseignement qui constitue le plus important projet coordonné par la Turquie dans le cadre du 7ème programme-cadre de la Commission européenne (http://cordis.europa.eu/fp7/home_fr.html). Les réseaux nationaux pour la recherche et l'enseignement du Caucase méridional y participent également: GRENA (Géorgie), AzRENA (Azerbaïdjan) et ASNET-AM/ARENA (Arménie).

Lancé en 2000, GÉANT a acquis une dimension planétaire en février dernier avec la mise en place de liaisons à haut débit avec l'Asie, l'Afrique australe et l'Amérique latine (IP/08/354). Il a récemment permis de relier le Pakistan à la communauté mondiale des chercheurs (IP/08/1590), ainsi que les chercheurs européens dans le domaine de la fusion avec les centres de supercalcul (IP/09/117). La contribution actuelle de la Commission européenne à GÉANT est financée au titre du programme global de l’UE pour la recherche (2004-2009), à hauteur de 93 millions d’euros sur 58 mois.

http://www.geant2.net/

MEMO/09/110

Pour plus de réactions, consulter le site web de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/information_society/newsroom/cf/itemlongdetail.cfm?item_id=4771

Un dossier de presse sur GÉANT est disponible à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/information_society/newsroom/cf/itemlongdetail.cfm?item_id=3915

Annex

GÉANT connectivity across Europe

[ Les tableaux et graphiques sont disponibles en formats PDF et Word Processed ]

GÉANT's Global Reach

[ Les tableaux et graphiques sont disponibles en formats PDF et Word Processed ]


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website