Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/09/360

Bruxelles, le 5 mars 2009

Une stratégie communautaire coordonnée peut atténuer les répercussions sociales de la crise

Les politiques sociales peuvent aider à atténuer les répercussions de la crise économique sur les groupes les plus vulnérables en Europe et sur l’économie dans son ensemble, tout en préparant le chemin de la reprise. Le Rapport conjoint sur la protection sociale et l’inclusion sociale de cette année, qui sera examiné le 9 mars par les ministres de l’Emploi, se concentre sur la contribution des politiques en question à une riposte à la crise et sur les nouvelles versions des stratégies mises au point par les États membres pour atteindre les objectifs sociaux qui leur sont communs au sein de l’Union européenne. Ce rapport sera pris en compte lors du Conseil européen de printemps, qui se tiendra les 19 et 20 mars.

« La solidarité est une valeur européenne commune et nous devons agir de manière coordonnée pour parer efficacement aux conséquences sociales de la crise. Notre double objectif doit être la prévention de l’exclusion et la protection des plus vulnérables. Les réformes déjà menées dans le contexte de notre stratégie pour la croissance et l’emploi forment un point de départ idéal pour les actions que nous engageons maintenant » a déclaré le commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’égalité des chances, M. Vladimír Špidla. « À brève échéance, il est vital de préserver les revenus des ménages, de favoriser le maintien dans l’emploi et d’empêcher le chômage de longue durée. En même temps, nous devons continuer à agir pour rendre nos modèles sociaux durables à long terme. »

Le rapport de cette année analyse le rôle des politiques sociales en période de régression économique, de même que les nouvelles versions des stratégies nationales présentées à l’automne dernier dans le contexte de la méthode ouverte de coordination appliquée, précisément, aux politiques sociales. Il distingue les domaines sur lesquels devront porter les efforts à venir :

  • Une coordination des politiques sociales à l’échelon communautaire peut amortir les répercussions de la crise économique et favoriser la reprise grâce à la poursuite de réformes à long terme équilibrées par des mesures à court terme visant à prévenir les pertes d’emplois et à préserver les revenus des ménages.
  • Il conviendrait d’exploiter le Fonds social européen au maximum de ses capacités, de manière souple et en temps utile, pour atténuer les conséquences sociales de la crise en aidant au retour rapide des chômeurs sur le marché du travail et en s’occupant en priorité des plus vulnérables.
  • Il faut appliquer des stratégies globales d’« inclusion active » combinant et équilibrant entre elles des mesures destinées à l’instauration de marchés de l’emploi ouverts à tous, l’accès à des services de qualité et un revenu minimal adéquat.
  • Il y a lieu de poursuivre les efforts engagés pour concrétiser l’objectif de Lisbonne consistant à atteindre un taux d’emploi de 50 % pour les travailleurs plus âgés, de manière à garantir l’adéquation et la viabilité à long terme des régimes de retraite.
  • Les États membres doivent s’employer davantage à améliorer le rapport coût-efficacité dans la fourniture de soins de santé et à réduire les inégalités en matière de santé, notamment en prêtant une plus grande attention aux soins primaires, à la prévention, à la promotion de la santé, à l'amélioration de la coordination et à l'utilisation rationnelle des ressources.
  • Ils doivent aussi continuer à tout mettre en œuvre pour créer ou consolider des systèmes assurant des soins de longue durée de qualité en établissant une base financière solide, en améliorant la coordination des soins, en veillant à la mise à disposition de ressources humaines suffisantes et en venant en aide aux soignants ponctuels.
  • Un recul décisif de la pauvreté passe par des engagements forts. En 2010, l’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale réaffirmera ce but. La fixation d’objectifs nationaux à partir de données probantes, une qualité et une continuité renforcées dans l’association des parties prenantes et une prise en compte accrue, à tous les niveaux, des considérations d’ordre social peuvent donner de meilleurs résultats. Il est nécessaire, par ailleurs, de déployer des efforts soutenus pour faire pièce à la pauvreté chez les enfants et à la grave exclusion dont sont victimes les groupes les plus vulnérables, dont les personnes sans domicile fixe et les membres de la communauté rom.

Le rapport conjoint est assorti de vingt-sept fiches analysant la situation sociale et les stratégies des États membres, ainsi que d’un document de travail des services de la Commission décrivant plus en détail les problèmes qui se posent et les politiques susceptibles de les résoudre.

Contexte

La « méthode ouverte de coordination dans le domaine social » – autrement dit, les objectifs communs, l’évaluation et les rapports en matière de protection sociale et d’inclusion sociale – s’applique parallèlement à la stratégie pour la croissance et l’emploi. Le rapport conjoint de 2009 sur la protection sociale et l’inclusion sociale sera présenté aux responsables de l’Union européenne en même temps que le rapport conjoint sur l’emploi et servira à la rédaction des conclusions du Conseil européen de printemps des 19 et 20 mars.

Voir aussi MEMO/09/96

Pour de plus amples informations

Rapport conjoint de 2009 sur la protection sociale et l’inclusion sociale, document annexe et fiches pays :

http://ec.europa.eu/employment_social/spsi/joint_reports_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website