Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/09/317

Bruxelles, le 25 février 2009

La Commission rencontre les employeurs et les syndicats pour faire face à la crise économique et agir en faveur de l’emploi

La Commission européenne a poursuivi ses travaux de mise en œuvre du plan européen pour la relance économique lors d'une réunion spéciale organisée aujourd'hui avec les représentants des syndicats et des employeurs au niveau européen. Un large consensus s’est dégagé sur le caractère opportun du marché intérieur et du plan de relance, qui offrent un tremplin pour lutter contre la crise et agir en faveur de l’emploi en Europe, et sur la nécessité de mesures complémentaires au niveau de l'Union européenne.

«Pour faire face à la crise et agir pour l’emploi, nous devons travailler main dans la main», a déclaré le Président Barroso. «La politique de la Commission vise à limiter les retombées de la crise sur l’économie réelle et l’emploi, à préparer les entreprises et la main-d’œuvre à la reprise et à aider les Européens à trouver des emplois qu'ils pourront conserver dans le futur. L’impact de la crise sur l’emploi est évident. Pour enrayer le déclin, limiter la perte d’emplois ainsi que les fermetures d’entreprises et remettre l’Europe sur la voie de la croissance et de l’emploi, nous avons besoin d'un partenariat. Je me réjouis de pouvoir discuter avec les partenaires sociaux sur la manière la plus efficace d’orienter nos travaux et de conjuguer nos efforts pour obtenir des résultats.»

Lors de la réunion d’aujourd’hui, la Commission et les partenaires sociaux européens (CES, Business Europe, CEEP et UEAPME) se sont accordés sur la nécessité de travailler ensemble pour préserver et renforcer les réalisations sociales et économiques de l'Union européenne et de son marché intérieur en tant que source de prospérité, de croissance et d'emploi en Europe.

Les partenaires sociaux européens ont également salué le plan européen pour la relance économique comme un bon point de départ et se sont dits prêts à veiller à sa bonne mise en œuvre et à mener à bien les initiatives ultérieures avec l'ambition nécessaire.

Le plan européen pour la relance économique proposé par la Commission et adopté en décembre par le Conseil européen définit un large éventail de mesures qui visent à préserver et créer des emplois et à maximiser la capacité de l'économie européenne à surmonter la récession.

Parmi les grands points du plan de relance, beaucoup auront des répercussions directes sur la main-d’œuvre. C’est le cas de la formation, qui doit aider les citoyens à conserver leur emploi ou à en trouver un nouveau. Les fonds communautaires sont accessibles par l'intermédiaire du Fonds social européen et du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation, et de nouvelles sources de financement sont ouvertes aux PME.

Les discussions avec les représentants des partenaires sociaux ont permis d’examiner leurs propositions de mesures pour renforcer la croissance et l’emploi, appliquer les principes de flexisécurité et soutenir les entreprises ainsi que les travailleurs pendant la période de récession, pour encourager l’investissement et préserver le pouvoir d’achat ainsi que la demande, pour respecter la libre circulation des travailleurs et les conventions collectives, et enfin pour assurer la continuité du marché intérieur. Leur avis se reflétera dans les propositions que formulera la Commission lors de la réunion informelle des chefs d’État et de gouvernement qui se tiendra le 1er mars, lors du Conseil européen de printemps et à l'occasion du sommet sur l’emploi qui aura lieu en mai. La Commission et les partenaires sociaux ont convenu de travailler en étroite collaboration et de trouver des solutions pour que les employeurs et les syndicats de toute l’Union européenne puissent concourir à la réussite de la relance économique en Europe.

Les représentants des partenaires sociaux qui ont participé à cette réunion sont, pour Business Europe: Ernest-Antoine Seillière, Président; pour le CEEP: Carl Cederschiöld, Président; pour la CES: John Monks, Secrétaire général; pour l’UEAPME: Georg Toifl, Président.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website