Navigation path

Left navigation

Additional tools

Sortie de crise en vue pour les industries de la langue de l’Union européenne

European Commission - IP/09/1828   27/11/2009

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/09/1828

Bruxelles, le 27 novembre 2009

Sortie de crise en vue pour les industries de la langue de l’Union européenne

Selon une étude menée pour le compte de la Commission européenne, les industries de la langue ont été moins durement touchées par la crise que d ’autres secteurs économiques. Cette étude, la première qui ait cherché à déterminer la taille de ce domaine d’activité à l’échelle de l’Union, s’est intéressée à la traduction, à l’interprétation, à la localisation et à l’internationalisation, au sous-titrage et au doublage, aux outils de technologie linguistique, à l’organisation de conférences multilingues et à l’enseignement des langues. Elle estime le chiffre d’affaires du secteur au niveau de l’Union à 8,4 milliards d’euros (2008). Ce chiffre devrait progresser d’au moins 10 % par an au cours des années à venir, pour s’établir entre 16,5 milliards et 20 milliards d’euros en 2015. Tous secteurs d’activité confondus, ce taux de croissance est parmi les plus élevés dans l’Union.

« Les industries de la langue revêtent une importance à la fois économique et stratégique. Économique d’abord, du fait de la taille du secteur, de sa résistance à la crise actuelle et, particulièrement, de son potentiel de développement; stratégique ensuite, parce qu’elles jouent un rôle essentiel dans la préservation des identités et des cultures et dans l’adaptation à la mondialisation. Cette étude donne une image plus précise des industries de la langue dans l’Union et permet d’accroître leur visibilité sur le marché de l’emploi », a déclaré Leonard Orban, le commissaire au multilinguisme.

Le secteur des langues se caractérise par une concentration croissante des grands opérateurs, mais aussi par de faibles barrières à l ’entrée dans la traduction et l’interprétation, en conséquence de quoi le nombre des opérateurs présents sur ce marché est élevé et la concurrence y est forte. Parallèlement, le processus de mondialisation nécessite le recours à des services de traduction et d’interprétation dans de «nouvelles» langues ainsi que de nouveaux services linguistiques.

« Ce secteur a changé au fil des années. De nouveaux domaines d’activité sont apparus, comme le sous-titrage, la localisation et le contrôle rédactionnel. Les professionnels du secteur doivent donc acquérir de nouvelles compétences. La Commission européenne favorise le développement de ces compétences, par exemple par le soutien qu’elle apporte au master européen en traduction », a indiqué M. Orban.

L ’analyse présentée dans l’étude a été réalisée sur la base de questionnaires envoyés à des associations professionnelles, à des autorités nationales, à des particuliers, ainsi qu’à des prestataires de services et des départements linguistiques. Plus de 1 000 réponses ont été reçues. L’étude contient des fiches d’information spécifiques pour chacun des États membres couverts.

Pour en savoir plus:

La conférence au cours de laquelle sera présentée l ’étude sera diffusée en ligne à l’adresse suivante:

http://webcast.ec.europa.eu/eutv/portal/_vi_fl_300_en/player/index_player.html?id=7853&userlocale=en

L ’étude est disponible à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/dgs/translation/publications/studies/index_en.htm

Direction générale de la traduction: http://ec.europa.eu/dgs/translation


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website