Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

IP/09/ 1826

Bruxelles, le 26 novembre 2009

La Commission approuve une enveloppe de 275 millions d’euros pour l’éradication, la surveillance et le contrôle des maladies animales

Aujourd’hui, la Commission européenne a adopté une enveloppe de 275 millions d’euros destinés à financer les programmes d’éradication, de contrôle et de surveillance des maladies animales en 2010. Les 224 programmes annuels ou pluriannuels retenus en vue d’un financement par l’Union européenne porteront sur les maladies animales qui ont des incidences à la fois sur la santé humaine et sur la santé animale. L’ampleur de la contribution communautaire à ces programmes témoigne de l’importance considérable que revêtent les mesures d’éradication de ces maladies, dans un souci de protection de la santé animale et de la santé publique.

La commissaire à la santé, M me  Androulla Vassiliou, a déclaré: «Mieux vaut prévenir que guérir, telle est la devise de notre stratégie de santé animale. Si la propagation de certaines maladies animales n’est pas stoppée, elle peut nuire à la santé des animaux et des personnes. C’est pourquoi nous donnons la priorité à des programmes portant sur des maladies susceptibles de se transmettre à l’homme».

Chaque année, la Commission approuve des programmes d’éradication et de surveillance des maladies animales, de lutte contre les zoonoses telles que la salmonellose, de surveillance et d’éradication des EST et de surveillance de la grippe aviaire. Les programmes approuvés bénéficient d’une participation financière de l’Union européenne.

Pour 2010, 224 programmes d’éradication, de contrôle et de surveillance des maladies animales et des zoonoses ont été approuvés et les États membres souhaitent bénéficier, au titre de ces programmes, d’une participation financière de l’Union.

Programmes d’éradication des maladies animales

Pour l’année 2010, des fonds communautaires ont été octroyés à 76 programmes annuels ou pluriannuels d’éradication de dix maladies animales majeures. La contribution communautaire totale à ces programmes s’élève à environ 174 millions d’euros. L’augmentation des ressources allouées en 2010 s’explique essentiellement par les fonds consacrés à la lutte contre la fièvre catarrhale dans de nombreux États membres et par l’approbation, pour la première fois, d’un programme d’éradication de la tuberculose bovine au Royaume-Uni. Les programmes qui se rapportent à la tuberculose bovine ont un coût élevé et l’Union européenne attribuera donc 12 millions d’euros à l’Irlande, 10 millions au Royaume Uni et 7,5 millions à l’Espagne.

Dans le cadre de ce budget, la priorité est accordée aux maladies susceptibles de se transmettre à l’homme. Des sommes importantes sont consacrées à l’éradication de la brucellose, de la tuberculose et de la rage. Après les bons résultats des programmes de ces dernières années, qui ont abouti à la quasi-éradication de la rage dans la partie occidentale de l’Union, les mesures prévues pour 2010 seront essentiellement ciblées sur les États membres d’Europe orientale. Une enveloppe de près de 12 millions d’euros a été allouée à cet effet. La rage étant propagée par des animaux sauvages infectés, les programmes visent à immuniser les animaux sauvages par vaccination orale, au moyen d’appâts contenant le vaccin.

Programmes de lutte contre les zoonoses

Les programmes de lutte contre la salmonellose ont encore été étoffés cette année avec l’instauration de mesures dans les élevages de dindes (ces programmes s’étendent désormais aux dindes, aux poulets de chair, aux poules pondeuses et aux éleveurs). L’expérience montre qu’il est difficile de prévoir l’utilisation des fonds alloués à la lutte contre la salmonellose, et que ces fonds ont souvent été sous-exploités dans la mesure où les coûts sont, en grande partie, induits par l’abattage des volailles infectées, dont la valeur varie considérablement en fonction du stade de production auquel elles se trouvent.

Une contribution financière de 26 millions d’euros a été octroyée dans 25 États membres pour la lutte contre les salmonelles zoonotiques chez les volailles de l’espèce Gallus Gallus et chez les dindes du type Meleagris gallopavo .

Surveillance de la grippe aviaire

En 2010, les États membres poursuivront également la surveillance de la grippe aviaire chez les volailles et les oiseaux sauvages avec une aide financière de l’Union qui concernera les analyses de laboratoire et l’échantillonnage des oiseaux sauvages. L’Union européenne dégagera plus de 4 millions d’euros de son budget.

La surveillance constitue le moyen le plus efficace de détecter rapidement les foyers de grippe aviaire hautement ou faiblement pathogène; elle a été extrêmement utile les années précédentes car elle a permis la détection précoce de la maladie chez des oiseaux sauvages avant que les volailles d’élevages ne soient contaminées.

Programmes de surveillance et d’éradication des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST).

La tendance générale est positive et s’améliore d’année en année grâce à la bonne application des programmes de surveillance et d’éradication dans la plupart des États membres.

La Commission a accepté de dégager 67 millions d’euros du budget de l’Union pour aider les États membres à effectuer le contrôle obligatoire des EST, et pour financer les mesures d’éradication de l’ESB et de la tremblante. Les demandes d’éradication de l’ESB (c’est-à-dire l’abattage des cohortes d’animaux infectés) ont baissé dans les États membres, parallèlement à la diminution de nouveaux cas d’ESB, qu’il est désormais difficile de prévoir. La deuxième année du programme pluriannuel spécial d’éradication de la tremblante soumis par Chypre a été acceptée et plus de 8 millions d’euros ont été attribués comme prévu.

Pour en savoir plus:

http://ec.europa.eu/food/animal/diseases/eradication/legisl_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website