Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/09/1771

Bruxelles, le 19 novembre 2009

Le Nigeria signe un accord de 677 millions d’euros, prélevés sur le FED, pour des actions en matière de gouvernance, de commerce et de paix

La Commission européenne a signé ce jour un accord d’un montant de plusieurs millions d'euros visant à aider le Nigeria à relever les défis liés à son développement dans les domaines de la gouvernance, du commerce et de la paix. Signé à Bruxelles par le commissaire européen chargé du développement et de l'aide humanitaire, Karel De Gucht, et le secrétaire exécutif nigérian de la commission nationale de planification, le professeur Sylvester Monye, cet accord représente une avancée importante en matière de coopération et le fruit du dialogue politique mené entre l'UE et le Nigeria. Il renforce la coopération dans trois secteurs stratégiques: la paix et la sécurité, la gouvernance et les droits de l'homme, ainsi que le commerce et l’intégration régionale. Il prévoit une enveloppe de  677 millions d’euros pour la période 2009-2013, qui sera financée sur le Fonds européen de développement.

Le commissaire européen chargé du développement et de l’aide humanitaire, Karel De Gucht, a fait la déclaration suivante: «Cet accord montre que l’Europe est aux côtés du Nigeria et de sa population pour l'aider à relever les défis inhérents à son développement. Je me félicite qu’une part importante de ce financement soit affectée à l'aide au règlement des conflits et au processus de paix dans le delta du Niger, région ravagée par des années de troubles. Nous sommes pleinement déterminés à soutenir le gouvernement nigérian dans son action pour rétablir la paix dans la région et assurer son développement.»

L’accord, qui porte sur le «document de stratégie pays et le programme indicatif national» (DSP/PIN) relevant du 10 e Fonds européen de développement (FED), prévoit une enveloppe totale de 677 millions d'euros afin de financer, dès maintenant et jusqu’en 2013, les actions suivantes:

  • paix et sécurité (166 millions d’euros);

  • gouvernance et droits de l'homme. Un volet important de la nouvelle stratégie de coopération (44 % - 297 millions d'euros) appuiera les réformes menées dans le domaine de la gouvernance aux trois niveaux de pouvoir, la lutte contre la corruption et la réforme électorale dans la perspective du cycle électoral 2011-2015;

  • commerce, intégration régionale et énergie (105 millions d’euros);

  • changement climatique, santé, coopération culturelle, scientifique et technique (99 millions d’euros).

Près d’un tiers du budget global (29 %, soit 199 millions d'euros) est consacré aux mesures visant à s’attaquer aux causes profondes de la violence et de la pauvreté dans le delta du Niger.

Contexte

Ce document de stratégie pays et le programme indicatif national associé diffèrent sensiblement des stratégies de coopération antérieures lancées avec les autres pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique au titre du 10 e Fonds européen de développement (2008-2013). En effet, il lie pour la première fois la politique de coopération au dialogue politique au plus haut niveau. Le document de stratégie et le programme se fondent sur les priorités définies lors des réunions ministérielles UE-Nigeria de Ljubljana (mai 2008) et de Prague (juin 2009). La nouvelle stratégie de coopération est exposée dans le document intitulé Nigeria-EU Joint Way Forward , qui, adopté à Prague, constitue un outil novateur pour dynamiser les relations et la coopération entre ces deux partenaires de longue date. Par ailleurs, le DSP/PIN s’appuie non seulement sur ce document, mais également sur le partenariat stratégique entre l’Union européenne et l’Union africaine.

Cette nouvelle stratégie de coopération rassemble le Nigeria et l’UE autour d’une conception commune de la paix et de la sécurité, de la gouvernance et des droits de l’homme et de l'intégration régionale.

L’enveloppe financière indicative en faveur du Nigeria s’élève à 677 millions d’euros de fonds programmables (incluant une tranche incitative de 97 millions d'euros), auxquels s’ajoutent 12 millions d'euros pour les besoins imprévus.

Les fonds programmables seront utilisés aux fins suivantes:

  • paix et sécurité: 166 millions d’euros (25 % du montant total) seront investis, notamment, dans la lutte contre la criminalité organisée, l’amélioration de la gestion des flux migratoires et la prévention de la traite des êtres humains, le soutien au processus de paix et à la prévention des conflits dans le delta du Niger, ainsi que le soutien aux mandats internationaux pour la prévention des conflits;

  • gouvernance et droits de l'homme: 297 millions d'euros (44 %) seront utilisés, entre autres, pour soutenir la réforme des systèmes judiciaire et pénitentiaire, les organismes chargés de lutter contre la corruption, le cycle électoral 2011-2015, les réformes de la gouvernance fédérale et les réformes de la gouvernance locale dans des États prioritaires, ainsi que pour renforcer l'efficacité des acteurs non étatiques et des communications dans les médias;

  • commerce, intégration régionale et énergie: 105 millions d'euros (16 %) seront utilisés, entre autres, pour soutenir le commerce et l'intégration régionale, le programme APE pour le développement, l'amélioration de la compétitivité dans le secteur privé et la sécurité énergétique;

  • secteurs hors concentration: 99 millions d'euros (15 %) seront répartis entre trois principaux secteurs: protection de l'environnement et changement climatique, santé et immunisation et coopération culturelle, scientifique et technique; il est également prévu un soutien, entre autres, aux services de l'ordonnateur national et pour des études et formations.


Side Bar