Navigation path

Left navigation

Additional tools

Neuf Européens sur dix souhaitent des mesures d’urgence pour lutter contre la pauvreté

European Commission - IP/09/1585   27/10/2009

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/ 09/1585

Bruxelles, le 27 octobre 2009

Neuf Européens sur dix souhaitent des mesures d ’urgence pour lutter contre la pauvreté

Pour 73 % des Européens, la pauvreté est un problème très répandu dans leur pays, et ils sont 89 % à souhaiter que leur gouvernement prenne des mesures d’urgence pour y remédier – voilà ce qu’indiquent les principaux résultats d’un nouveau sondage Eurobaromètre sur les attitudes vis-à-vis de la pauvreté et de l’exclusion sociale, présentés aujourd’hui par la Commission européenne à l’approche de l’Année européenne de lutte contre la pauvreté (2010).

«Ces résultats montrent que les Européens sont très sensibles aux problèmes de pauvreté et d ’exclusion sociale dans la société actuelle et qu’ils souhaitent voir davantage de mesures pour les résoudre», a déclaré Vladimír  Š pidla, commissaire européen aux affaires sociales. «Si la majorité des citoyens considèrent que ces mesures relèvent avant tout de la responsabilité de leur gouvernement, trois quarts d’entre eux attendent aussi de l’Union européenne qu’elle joue un rôle important. L’Année européenne organisée en 2010 sera l’occasion parfaite de placer la lutte contre la pauvreté au centre des préoccupations dans toute l’Union.»

Dans un contexte morose où près de 80 millions de personnes – soit 16 % de la population de l ’Union européenne – vivent en dessous du seuil de pauvreté et sont confrontées à des obstacles majeurs pour accéder à l’emploi, à l’éducation, au logement et aux services sociaux et financiers, le sondage présenté aujourd’hui met en lumière les nombreuses facettes de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

Les citoyens européens ont conscience de la pauvreté et de l’exclusion sociale: 73 % d’entre eux estiment que la pauvreté est très répandue dans leur pays.

Les causes «sociétales» de la pauvreté le plus souvent citées sont le chômage élevé (52 %) et les salaires insuffisants (49 %), de même que le montant trop faible des prestations sociales et des pensions (29 %) et le coût excessif des logements décents (26 %). Les principales causes «personnelles» perçues, quant à elles, sont le manque d’instruction, de formation ou de compétences (37 %), la pauvreté «héritée» (25 %) et l’addiction (23 %).

Plus de la moitié des Européens (56 %) considèrent que les chômeurs sont ceux qui courent le plus grand risque de pauvreté, tandis que 41 % estiment que les personnes âgées sont les plus vulnérables et que 31 % mentionnent les personnes dont le niveau d’instruction, de formation ou de compétences est faible.

Près de neuf Européens sur dix (87 %) pensent que la pauvreté entrave l ’accès à un logement décent, huit sur dix sont convaincus qu’elle fait obstacle à la participation à l’enseignement supérieur ou à l’éducation des adultes et 74 % considèrent qu’elle réduit les chances de trouver un emploi. La majorité des citoyens (60 %) estiment qu’elle a une incidence sur les possibilités d’accès à un enseignement scolaire fondamental décent et 54 % sont d’avis qu’elle limite la capacité de créer et conserver un réseau d’amis et de connaissances.

En moyenne, 89 % des Européens estiment que leur gouvernement national doit prendre des mesures d ’urgence pour lutter contre la pauvreté. Dans toute l’Europe, ils sont 53 % à penser que la responsabilité de cette lutte incombe avant tout à leur gouvernement. Même si les citoyens ne considèrent pas que la responsabilité première revient à l’Union européenne, ils sont nombreux à juger le rôle de cette dernière important (28 % le jugent «très important» et 46 % «assez important»).

Ce sondage Eurobaromètre a été réalisé entre le 28 août et le 17  septembre 2009. En tout, près de 27 000 citoyens de tous les États membres de l’Union ont été interrogés en face-à-face après avoir été sélectionnés de manière aléatoire.

Contexte

Il y a dix ans, les dirigeants de l ’Union européenne se sont engagés à «donner un élan décisif à l’élimination de la pauvreté» pour 2010. Cependant, aujourd’hui encore, un nombre important d’Européens vivent dans la pauvreté et ont un accès limité à des services fondamentaux tels que les soins de santé. La pauvreté et l’exclusion ne nuisent pas seulement au bien-être des individus et à leur capacité de jouer un rôle dans la société; elles portent également atteinte au développement économique. Compte tenu de cette situation, l’Union européenne souligne l’importance d’une responsabilité collective dans la lutte contre la pauvreté, associant les décideurs et les acteurs des secteurs public et privé. L’Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (2010) tentera de donner voix aux personnes qui souffrent au quotidien.

Pour plus d ’informations

MEMO/09/480

Rapport du sondage Eurobaromètre

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_321_en.pdf

Année européenne de lutte contre la pauvreté

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=637

Abonnement au bulletin d ’information électronique gratuit de la Commission européenne sur l’emploi, les affaires sociales et l’égalité des chances

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=371&langId=fr


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website