Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission européenne sonde l'opinion sur les opportunités et les défis du cinéma numérique

European Commission - IP/09/1534   16/10/2009

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/ 09/1534

Bruxelles, le 16 octobre 2009

La Commission européenne sonde l'opinion sur les opportunités et les défis du cinéma numérique

La Commission européenne a lancé aujourd'hui une consultation publique des professionnels de l'audiovisuel européen sur les meilleurs moyens de saisir les opportunités et de relever les défis de la «révolution numérique» dans l'industrie cinématographique de l'UE. Le cinéma numérique, en rendant la distribution des films moins coûteuse et plus souple, peut permettre à davantage de films européens de circuler. Le passage au numérique exige toutefois des investissements importants. Un tiers des cinémas européens risqueraient de fermer à cause du coût élevé de l'équipement numérique à moins que, dès maintenant, ne soient instaurés de nouveaux modèles économiques et des régimes d'aide publique viables. Le retour d'information obtenu des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel ainsi que des centres cinématographiques nationaux et d'autres parties intéressées, au cours de la consultation de deux mois lancée aujourd'hui par la Commission, alimentera une communication prévue pour le début de l'année prochaine et exposant la politique de la Commission en matière de cinéma numérique.

«La révolution numérique est en train de se produire et le cinéma européen doit bien s'y préparer!» , a déclaré Viviane Reding, membre de la Commission européenne chargé de la société de l'information et des médias. «La convergence entre contenu traditionnel et technologies numériques modifie complètement la façon dont les films sont produits, distribués et visionnés. Cette évolution technologique peut déboucher sur de nouveaux créneaux commerciaux, de nouveaux emplois et de nouveaux services au consommateur si nous instaurons le cadre approprié pour favoriser le processus. C'est pourquoi la Commission souhaite consulter toutes les parties intéressées au sujet de leurs expériences, besoins et attentes concernant la numérisation qui est essentielle pour l'avenir du cinéma européen.»

« Il est grand temps qu'un débat public sur l'impact du cinéma numérique en Europe soit organisé», a déclaré Neelie Kroes , membre de la Commission européenne responsable de la concurrence. « Il faudra réaliser des investissements considérables, et les subventions publiques pourront également avoir un rôle à jouer dans le soutien à la numérisation. Il est par conséquent essentiel de bien comprendre la dynamique du secteur, afin de faire en sorte que le passage au numérique se révèle bénéfique pour les opérateurs du secteur cinématographique et, en dernière analyse, pour les consommateurs.»

Les technologies numériques sont de plus en plus utilisées par les réalisateurs de film. Caméras et formats nouveaux rendent la production de films plus facile. D'autres outils numériques sont utilisés pour produire des effets spéciaux étonnants et des films en 3D. En termes de distribution, une copie numérique de film peut revenir jusqu'à dix fois moins cher qu'une copie 35 mm classique et le cinéma numérique pourrait donc faciliter la diffusion des films européens dans le monde. Cependant, le matériel numérique de projection peut s'avérer trop onéreux pour les cinémas européens dont 31 % sont des monosalles et seulement 10 % des multiplexes.

Par la consultation lancée aujourd'hui , la Commission européenne souhaite déterminer l'impact que le cinéma numérique pourrait avoir sur l'industrie cinématographique européenne et, en particulier, sur les 30 000 salles d'Europe. Elle invite les exploitants, les distributeurs, les centres nationaux du cinéma et les organismes cinématographiques publics et privés à échanger leurs points de vue.

Actuellement, les États-Unis sont à l'avant-garde du cinéma numérique. Un master numérique existe pour 90 % des nouveaux films américains tandis que, en France (plus gros producteur de films de l'UE), moins de la moitié des nouveaux films sont disponibles en numérique. En outre, les États-Unis ont mis au point le modèle VPF (Virtual Print Fee) en vertu duquel une partie des sommes économisées par les distributeurs est collectée par des tiers et peut ensuite servir à financer de l'équipement numérique. En Europe, seulement 2 428 salles ont été converties à la projection numérique jusqu'à maintenant. Dans le monde, quelque 12 000 salles, sur un total d'environ 110 000, ont été équipées de matériel numérique. D'ici à 2012, on estime que près de 20 % des cinémas dans le monde seront transformés.

Certains gouvernements nationaux envisagent de subventionner le passage au cinéma numérique. Ainsi, l'Italie a déjà notifié un régime d'aide d'État qui fait actuellement l'objet d' une consultation publique ( IP/09/1181 ). D'autres pays (la France, l'Allemagne et la Norvège notamment) planifient ou finalisent leurs régimes nationaux d'aide, mais la plupart des salles d'art et d'essai (celles qui projettent des films européens indépendants, comme les membres du réseau Europa Cinemas soutenu par le programme MEDIA) ne bénéficient pour l'instant d'aucun financement public ou privé pour les aider à passer au numérique.

Outre des questions aux professionnels du film et du cinéma en Europe, la Commission a publié aujourd'hui une analyse sur le cinéma numérique et exposé sa politique en la matière, y compris les aspects relatifs aux aides d'État. L'analyse et le retour d'information de la consultation publique qui se déroulera jusqu'au 16 décembre 2009 permettront à la Commission de mettre la dernière main à une communication sur les «opportunités et défis pour le cinéma européen à l'ère du numérique» en 2010.

Contexte

Cette consultation publique fait suite aux discussions d'un groupe d'experts institué par la Commission au printemps 2008 afin d'étudier les risques éventuels pour la diversité des cinémas européens et la nécessité d'autres modèles économiques.

Dans l'UE, l'actuel programme MEDIA 2007 aura permis au secteur audiovisuel de bénéficier de 755 millions d'euros entre  2007 et 2013, et d'aider les professionnels européens à se former et à élaborer, distribuer et promouvoir leurs œuvres dans toute l'Europe ( IP/07/169 ) .

Depuis 1991, le programme MEDIA a été continuellement adapté pour soutenir l'audiovisuel européen. Plus récemment, de nouvelles technologies ont été intégrées au programme, qui vont de la formation à l'exploitation. L'un des volets formation soutenu par MEDIA est consacré aux technologies numériques dans la production, la distribution ou l'exploitation. Plusieurs projets pilotes ont également été lancés, les coûts liés à la distribution numérique des films européens sont éligibles aux aides du programme MEDIA depuis des années et un régime spécifique d'aide à la projection numérique de films européens a été instauré avec Europa Cinemas.

Lien vers la consultation publique et le document de référence:

http://ec.europa.eu/information_society/media/overview/consultations/index_fr.htm

MEDIA 2007 Decision :

http://ec.europa.eu/information_society/media/overview/consultations/index_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website