Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/09/1503

Bruxelles , le 13 octobre 2009

22 pays ACP vont débattre de l'accès universel au planning familial, à la maternité sans risque et à la prévention du VIH/sida

La Commission européenne a fourni une aide de 32 millions d'euros à 22 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) 1 sur une période de six ans, pour contribuer à lutter contre la pauvreté et faciliter l'accès aux services et aux produits dans le domaine de la santé sexuelle et génésique et en augmenter la qualité. L'atelier international sur l'éradication de la pauvreté ainsi que sur la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation, organisé à Bruxelles les 14 et 15 octobre 2009, sera l'occasion d'évaluer la contribution de la Commission européenne dans le domaine de la santé et des droits en matière de sexualité et de procréation et de discuter des enseignements tirés et de la voie à suivre.

«La promotion de la santé et des droits universels en matière de sexualité et de procréation constitue une étape décisive pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement. Il est important de soutenir le droit des femmes à choisir en matière de planning familial et de lutter contre les taux intolérables de mortalité maternelle, afin de contribuer à bâtir un monde plus équitable, plus stable et plus pacifique. Je suis heureux que la Commission européenne ait contribué activement à mettre en œuvre le programme d'action du Caire» a déclaré Karel De Gucht, le commissaire européen chargé du développement.

Ce programme, qui s'est achevé en octobre 2008, a permis de fournir des services et des produits dans le domaine de la santé sexuelle et génésique aux personnes les plus vulnérables et mal desservies dans 22 pays ACP. Il a été mis en œuvre en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) et la Fédération internationale pour la planification familiale (FIPF).

La FIPF a fourni une aide par le biais de cliniques et de centres pour jeunes gérés par des ONG ainsi que de cliniques mobiles nouvellement créées dans 13 pays. Plus de 1,6 millions de personnes ont bénéficié de services dans le domaine de la santé sexuelle et génésique et quelque 750 professionnels et 3 400 bénévoles ont été formés. Cette aide a été complétée par des actions de sensibilisation tant du public que des hommes politiques et des décideurs.

Les efforts déployés par le FNUAP ont porté principalement sur le soutien des structures gouvernementales vis-à-vis de l'élaboration et de la mise en œuvre de politiques en matière de santé génésique et sur des actions de sensibilisation. Plus de 8 700 équipes médicales et 21 500 professionnels dans des domaines autres que la santé on été formés sur des questions relatives à la santé sexuelle et génésique, ce qui a permis de renforcer les capacités dans le domaine de la santé génésique parmi les professionnels de la santé dans dix pays. L'élaboration et l'adoption de plus de 30 lois nationales, documents stratégiques, plans d'action, protocoles, normes et directives ont également été appuyées.

L'atelier, qui se déroulera les 14 et 15 octobre, réunira des représentants des 22 pays ACP concernés, dont les pouvoirs publics et les bénéficiaires locaux, ainsi que des représentants de la FIPF, du FNUAP, de la Commission européenne et d'autres organisations intéressées. Ce sera l'occasion de partager les expériences pour voir notamment comment atteindre les jeunes par des services adaptés à leurs besoins, ainsi que les réfugiés et les personnes vivant dans des zones isolées, et comment améliorer les services fournis en formant le personnel et les bénévoles.

L'atelier a également pour but de formuler des recommandations pour les activités futures afin d'accélérer les efforts conjoints visant à assurer l'accès universel aux services dans le domaine de la santé sexuelle et génésique.

Contexte :

Le programme conjoint de services de santé génésique et sexuelle de la Commission européenne, des pays ACP, du FNUAP et de la FIPF a été élaboré conformément à l' accord de partenariat ACP-UE signé à Cotonou le 23 juin 2000 et révisé à Luxembourg le 25 juin 2005 pour promouvoir le développement d'une approche stratégique commune de lutte contre la pauvreté qui soit compatible avec les objectifs de développement durable et de l'intégration progressive des pays ACP dans l'économie mondiale. Pour la période 2007‑2013, la priorité est donnée à la poursuite du soutien apporté aux secteurs sociaux au moyen d'un appui budgétaire macroéconomique ou d'une implication directe dans le domaine de la santé et de l'éducation.

La coopération avec ces pays a débuté en 2003 après un accord conclu avec le groupe des États ACP en vue de renforcer sa contribution dans le domaine de la santé et des droits en matière de sexualité et de procréation.

L'Union européenne est résolue à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement en ce qui concerne l'accès universel à la santé génésique ainsi que l'étape de 2010 visant à ce que chaque année 35 millions de naissances supplémentaires soient assistées par du personnel médical qualifié.

Présentation des résultats de la coopération et possibilité d'entretien:

Quand : jeudi 15 octobre 2009 à 10 h 30.

: centre ALBERT BORSCHETTE, rue Froissart 36, 1000 Bruxelles, salle AB-0D.

Quoi : présentation des conclusions et des recommandations de l'atelier; possibilité d'entretiens bilatéraux avec les ministres des pays ACP et les bénéficiaires.

Qui : représentants de haut niveau et décideurs de premier plan de la Commission européenne, du FNUAP, de la FIPF, du Secrétariat ACP, des pouvoirs publics des pays ACP, des gouvernements donateurs ainsi que des bénéficiaires.

1 :

Burkina Faso, Éthiopie, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Ghana, Jamaïque, Niger, Rwanda, Suriname, Tanzanie, Congo, République dominicaine, Gambie, Haïti, Lesotho, Madagascar, Mauritanie, Nigeria, Sierra Leone, Soudan, Tuvalu et Zambie.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website