Navigation path

Left navigation

Additional tools

La crise met en lumière le besoin urgent de coordination et de surveillance macroéconomiques plus larges et plus profondes dans la zone euro

European Commission - IP/09/1429   07/10/2009

Other available languages: EN DE ES IT PT

IP/09/1429

Bruxelles, le 7 octobre 2009

La crise met en lumière le besoin urgent de coordination et de surveillance macroéconomiques plus larges et plus profondes dans la zone euro

L'euro a joué un rôle précieux de bouclier face aux ondes de choc liées à la crise économique et financière la plus grave depuis la guerre. Mais la crise montre également combien il est important pour tous de corriger sans tarder les différences de compétitivité. Dans ce sens, la déclaration annuelle 2009 sur la zone euro préconise d'opérer un ajustement interne efficace qui place la zone euro sur une trajectoire de croissance soutenue et équilibrée et restaure la viabilité de ses finances publiques à long terme.

«L'euro a joué un rôle précieux de bouclier durant la crise, même pour les pays non membres. Toutefois, il ne peut à lui seul corriger les déséquilibres internes et externes. La zone euro et l'Eurogroupe doivent redoubler d'efforts et considérer les politiques économiques et budgétaires comme des matières présentant un intérêt commun, et s'attaquer aux divergences sur le plan de la compétitivité», a déclaré Joaquín Almunia, le commissaire responsable des affaires économiques et monétaires, avant d'ajouter: «Avec la mise en place d'un nouveau cadre pour la croissance, décidée par les responsables du G20 à Pittsburgh, il est désormais primordial pour la zone euro de s'exprimer efficacement d'une seule voix afin de défendre correctement ses intérêts au niveau mondial.»

L'euro a protégé la zone euro des fluctuations de taux de change et de taux d'intérêt qui avaient été si néfastes lors de crises précédentes. Il a également joué un rôle appréciable pour l'ancrage de politiques macroéconomiques saines de la part des États membres qui préparent activement l'adoption de l'euro ou dont les monnaies sont liées à l'euro. La capacité de la BCE à agir rapidement en collaboration avec les principales banques centrales a contribué à la stabilité du système monétaire international dans son ensemble.

Mais la crise a également mis en lumière la vulnérabilité de certains États membres qui ont accumulé des déséquilibres macroéconomiques. Les conditions macroéconomiques favorables qui ont facilité l'expansion du crédit dans le monde entier ont également permis à certains États membres de la zone euro de financer une croissance économique rapide mais de plus en plus déséquilibrée, dans la mesure où les flux de capitaux entrants n'étaient pas toujours utilisés aux fins les plus productives. À l'inverse, les pays affichant un excédent de leurs opérations courantes ont vu leur croissance chuter dès que la demande mondiale a faibli, dès lors que la demande intérieure n'a jamais véritablement pris le relais. L'assainissement inachevé des comptes publics, les mesures non finalisées de supervision financière et la manière dont les États membres coordonnent leurs politiques économiques à l'intérieur de l'UEM ont encore amplifié ces faiblesses et ont pesé sur la capacité de la zone euro à réagir à la crise.

Le G20 augmente les enjeux pour la zone euro

Comme la Commission l'a déjà souligné 2008 EMU@10 dans sa communication sur le bilan de dix années d'Union économique et monétaire, pour profiter au maximum de la monnaie unique, les membres de la zone euro doivent mieux coordonner leurs politiques macroéconomiques, étendre la surveillance aux aspects liés à la stabilité macrofinancière et à la compétitivité et renforcer leur capacité à s'exprimer d'une seule voix.

Il est particulièrement important à ce stade de relever ces défis, pour assurer une transition en douceur d'une relance encore fragile vers une croissance équilibrée et soutenue et pour ramener les finances publiques sur une trajectoire viable. La zone euro n'est pas la seule à devoir relever son potentiel de croissance, notamment en recherchant des sources de croissance nouvelles et plus équilibrées, et à devoir réduire les niveaux d'endettement gonflés par l'inflation. Mais dès lors que les membres de la zone euro partagent une même monnaie et les mêmes taux d'intérêt et de change, ils ont encore plus à gagner de la coordination des politiques, et la correction des causes sous-jacentes d'une évolution pernicieuse de la compétitivité entre les pays membres doit faire partie intégrante de la stratégie de sortie de crise de la zone. L'abandon bien préparé et coordonné des mesures d'impulsion budgétaire et de soutien aux entreprises au moment opportun, accompagné de projets crédibles de réforme structurelle, permettrait d'améliorer les perspectives de stabilité des prix et faciliterait la gestion de la politique monétaire unique. La coordination devrait principalement prendre la forme d'approches communes sur le calendrier, le rythme et le séquençage de la normalisation des politiques.

La déclaration annuelle préconise également une représentation plus efficace dans les organisations et les enceintes économiques et financières internationales. Le G20 s'étant affirmé comme la nouvelle plateforme pour la coordination des politiques économiques au niveau mondial, il y a lieu de reconnaître l'identité économique et institutionnelle unique de la zone euro. Dans ce sens, l'Eurogroupe doit s'efforcer d'arrêter une position commune contribuant à la mise en œuvre du cadre mondial pour une croissance forte, durable et équilibrée approuvé par le G-20 à Pittsburgh.

La Commission invite les États membres à faire preuve de volonté politique et de leadership pour transformer l'approche commune en action politique concertée. Espérons que le traité de Lisbonne donnera un nouvel élan pour l'amélioration de la gouvernance économique de la zone euro, en reconnaissant officiellement l'Eurogroupe et son président et en renforçant le rôle de surveillance de la Commission.

Les questions économiques soulevées dans la déclaration annuelle sont examinées plus en détail dans le rapport annuel qui l'accompagne et qui analyse notamment de manière détaillée la réaction politique à la crise et l'émergence du G20 en tant que principale plateforme pour la gouvernance économique mondiale.

http://ec.europa.eu/economy_finance/thematic_articles/article15859_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website