Navigation path

Left navigation

Additional tools

L’UE approuve une aide budgétaire de 100 Mio € en faveur de la Serbie et un ensemble de mesures de lutte contre la crise financière (85 Mio €) en faveur des Balkans occidentaux1 et de la Turquie

European Commission - IP/09/1213   31/07/2009

Other available languages: EN DE

IP/ 09/1213

Bruxelles, le 31 juillet 2009

L’UE approuve une aide budgétaire de 100 Mio € en faveur de la Serbie et un ensemble de mesures de lutte contre la crise financière (85 Mio €) en faveur des Balkans occidentaux 1 et de la Turquie

Aujourd’hui, la Commission européenne a octroyé à la Serbie une aide budgétaire générale de 100 Mio € afin de contribuer à la stabilisation du pays et d’atténuer les conséquences économiques et sociales de la crise. Elle a également approuvé un ensemble considérable de mesure s destinées à aider les pays adhérents à faire face aux difficultés économiques actuelles. La subvention de 85 Mio € de la Commission européenne fait partie des mesures anticrise en faveur des Balkans occidentaux, qui devraient représenter au total 150 Mio € sous forme de subventions de la Commission et 600 Mio € sous forme de prêts des institutions financières internationales partenaires, dont la Banque européenne d’investissement et la BERD. Le paquet de réponse à la crise pour la Bosnie-Herzégovine pour un montant total de EUR 39 millions sera adopté dans les jours à venir.

Appui budgétaire à la Serbie

Le déficit budgétaire serbe s’accentue rapidement du fait de la crise actuelle, raison pour laquelle un programme visant à assurer la stabilité macroéconomique du pays a été élaboré, avec le soutien du FMI et de la Banque mondiale. L'appui budgétaire de la Commission européenne viendra compléter cette initiative.

Comme l’a déclaré M. Rehn, commissaire chargé de l’élargissement: «Les fonds accordés au titre de l’appui budgétaire aideront la Serbie à poursuivre les réformes liées à son intégration dans l’UE qui, sans cela, aurait pu être reportée à une date ultérieure en cette période de crise. De cette manière, nous soutenons les efforts que déploie la Serbie pour maintenir son processus d’intégration dans l’UE sur les rails pendant la crise économique».

L’aide budgétaire de la CE a essentiellement pour but:

  • de contribuer au redressement économique du pays; et

  • d’atténuer les conséquences sociales pour les citoyens.

Le respect total du programme du FMI constitue une condition importante pour les décaissements effectués au titre de ce programme. En outre, en collaboration avec les autorités serbes, la Commission a établi un certain nombre de conditions spécifiques à remplir avant le versement de l’aide. Ces conditions portent principalement sur la réforme à court terme de la gestion des finances publiques et sur l'intégration dans l'UE. La Serbie veillera également à ce que les législations adoptées récemment dans les domaines de la concurrence et du contrôle des aides d'État soient mises en œuvre et appliquées effectivement. La Serbie s’est aussi engagée à maintenir et à renforcer les capacités administratives des établissements et des organismes importants pour son intégration dans l’UE.

Les 100 Mio € ont été prélevés sur le budget de l’instrument d’aide de préadhésion (IAP). Il est prévu que le décaissement se fasse en deux tranches, d’un montant de 50 Mio € chacune, en automne 2009 et au cours du premier semestre de 2010, sous réserve du respect des conditions énoncées dans le programme.

Ensemble de mesures anticrise

Cet ensemble de mesures financières a pour but:

  • d’assurer la disponibilité des fonds pour les opérateurs des secteurs public et privé afin de garantir le flux d’investissements dans l’économie;

  • de soutenir la réforme du système de surveillance et de régulation du secteur bancaire, qui vise à assurer la stabilité financière de l'environnement des entreprises;

  • de garantir que le processus d’élaboration des politiques se concentre sur des mesures renforçant la compétitivité de l’économie en associant les systèmes d’éducation et de formation professionnelle au secteur privé et en contribuant ainsi à créer des emplois et des investissements, ce qui aura pour effet de soutenir la croissance.

Ces décisions seront bénéfiques à l’ensemble de l’Europe car, comme l’a souligné le commissaire Olli Rehn: «Au cours des dix dernières années, les entreprises européennes ont créé de nombreux emplois et généré une croissance substantielle dans les pays des Balkans occidentaux et en Turquie, ce qui a rapproché la région de l’Europe et contribué à la croissance et à la prospérité générales de l’Europe. Il est donc d’un intérêt capital pour l’Union européenne de préserver la stabilité économique et financière de la région en période de crise».

1 :

Croatie, ancienne République yougoslave de Macédoine, Albanie, Bosnie‑et‑Herzégovine, Monténégro, Serbie et Kosovo (tel que défini par la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies).


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website