Navigation path

Left navigation

Additional tools

Une enquête Eurobaromètre analyse le référendum irlandais sur le traité de Lisbonne

European Commission - IP/08/981   20/06/2008

Other available languages: EN DE

IP/08/981

Bruxelles, le 20 juin 2008

292/ Wave 68.2 – TNS Opinion & Social

Une enquête Eurobaromètre analyse le référendum irlandais sur le traité de Lisbonne

Un référendum national sur le traité de Lisbonne s'est tenu en Irlande le 12 juin 2008. Après la publication des résultats, une enquête Eurobaromètre Flash a été menée par l’institut Gallup du 13 au 15 juin, à la demande de la Représentation de la Commission européenne en Irlande. Un total de 2 000 personnes choisies au hasard, âgées de 18 ans ou plus, ont été interrogées au téléphone. Les principaux objectifs de ce sondage étaient de comprendre les raisons du «oui», du «non» et des abstentions, l’opinion des personnes interrogées sur la campagne et leur point de vue sur les conséquences du référendum.

Principales conclusions:

Tant les personnes qui ont voté «oui» que les partisans du «non» étaient fortement favorables à l’appartenance de l’Irlande à l’Union européenne: à 98% dans le camp du «oui» et à 80% du côté du «non».

Ceux ont voté «oui» étaient principalement motivés par le sentiment qu’il y allait de l’intérêt de l’Irlande (32%) et que leur pays tire profit de l’Union européenne (19%). D’autres raisons avancées étaient qu’il fallait soutenir l’économie (9%) et maintenir l’engagement de l’Irlande en Europe (9%).

Les opposants au traité ont évoqué un éventail beaucoup plus large de raisons pour expliquer leur choix. L’une des principales raisons avancées a été le manque d’informations sur le traité (22%), tandis que d'autres ont invoqué la sauvegarde de l’identité irlandaise (12%), le maintien de la neutralité du pays, le manque de confiance dans les politiciens, la perte du commissaire permanent et la protection du système fiscal (6% en tout).

Les électeurs qui ont voté «non» ont estimé que le résultat mettrait l'Irlande en position de force pour renégocier le traité (76%).

Les jeunes qui ont participé au vote ainsi que les femmes et les personnes sans emploi ont massivement soutenu le «non», tandis que de nombreux membres des professions libérales, cadres et retraités ont appuyé la campagne en faveur du «oui».

Plus de la moitié des personnes qui n’ont pas pris part au référendum ont déclaré que cela était dû à un manque de compréhension des questions en jeu.

Des enquêtes similaires ont été réalisées en France et aux Pays-Bas en 2005 suite aux référendums organisés sur le traité constitutionnel.
Le sondage Eurobaromètre Flash est disponible à l’adresse Internet suivante:
http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website