Navigation path

Left navigation

Additional tools

Les chercheurs souhaitent que la recherche en Europe devienne plus européenne

European Commission - IP/08/637   24/04/2008

Other available languages: EN DE

IP/08/637
Bruxelles, le 24 avril 2008

Les chercheurs souhaitent que la recherche en Europe devienne plus européenne

Selon un rapport publié récemment par la Commission européenne, la carrière et la mobilité, la coopération internationale, les infrastructures de recherche, la programmation conjointe et le partage des connaissances constituent aujourd’hui les principales préoccupations des acteurs de la recherche européenne. Ce rapport s’appuie sur les nombreuses réponses (plus d’un millier) à la consultation publique sur le Livre vert intitulé «L’Espace européen de la recherche: nouvelles perspectives» et publié en avril 2007. Ces réponses montrent que la poursuite de la consolidation de l’Espace européen de la recherche par la mise en œuvre de nouvelles actions plus ambitieuses à tous les niveaux de l’UE – régional, national et transnational – bénéficie d’un large soutien.

«Le septième programme-cadre de recherche européen (2007-2013), qui est doté d’un budget total de 54 milliards d’euros, tourne maintenant à plein régime, mais la consultation publique montre que cela ne suffit pas. Des faiblesses structurelles empêchent l’Europe d’exploiter tout le potentiel de sa capacité de recherche et rendent nécessaires de nouvelles actions au niveau national ou au niveau européen, ou les deux. Nous devons poursuivre nos efforts pour réaliser l’Espace européen de la recherche (EER). Lors d’une réunion informelle la semaine dernière, les ministres de la recherche ont rappelé le rôle fondamental de l’EER en tant que moteur de la compétitivité de l’Europe. Ils ont également reconnu que l’Europe devait désormais élaborer une vision commune et améliorer la gouvernance politique de l’EER», a déclaré Janez Potočnik, membre de la Commission chargé de la science et de la recherche.

En 2000, l’UE a demandé qu’il soit réalisé un espace européen de la recherche, créant un espace unique en Europe, et remédié à la situation de sous-capacité, à la fragmentation et au manque de coordination des programmes de recherche nationaux et européens. Entretemps le contexte européen de la recherche a changé: les difficultés socioéconomiques ne cessent de croître et l’impact de la mondialisation sur la science et la technologie exige des mesures dans le domaine de la R&D.

Il ressort de la consultation que les objectifs initiaux de l’EER restent valables et pertinents, mais qu’une action demeure nécessaire pour résoudre les problèmes exposés dans le Livre vert sur l’EER. La plupart des répondants considèrent que le «partage des connaissances» et le «développement d’infrastructures de recherche d’envergure mondiale» sont les deux objectifs les plus importants, le premier étant jugé prioritaire par les universités, les organismes de financement de la recherche et les ONG et le second, par les entreprises et les organismes gouvernementaux. «La carrière et la mobilité des chercheurs», «la coopération internationale» et «les infrastructures» sont les domaines qui nécessitent en priorité une action au niveau de l’UE.

Les répondants attirent également l’attention sur les interactions cruciales entre la recherche, l’éducation et l'innovation. La quasi-totalité des États membres soulignent la nécessité de tenir compte du rôle des entreprises dans l’EER et de leurs liens avec une politique plus générale en matière d’innovation et d’éducation. Les entreprises elles-mêmes déplorent que le Livre vert se concentre davantage sur les difficultés rencontrées par les systèmes publics de recherche que sur le rôle central de la R&D privée dans l’EER et sur les liens entre la recherche et l’innovation.

Les répondants approuvent l’utilisation d’une variété d’instruments pour promouvoir l’EER: incitations financières, hausse du budget de l’UE, coordination et lignes directrices. Même s’ils sont peu à réclamer une législation contraignante, de nombreux répondants soutiennent l’idée d’une action législative pour améliorer la carrière et la mobilité des chercheurs, et d’un nouveau cadre juridique non contraignant pour les infrastructures de recherche paneuropéennes.

Quant à la recherche publique, plus de 70 % des répondants réclament un accès plus ouvert et plus facile aux données scientifiques et 84 % une diffusion plus rapide, plus accessible et plus large des publications scientifiques.

Plus de 80 % des répondants soutiennent l’idée d’une collaboration entre la CE et les États membres afin de définir des priorités communes pour la recherche européenne, qui permettraient d’assurer une utilisation coordonnée, efficace et cohérente des instruments et des ressources juridiques et financiers.

Les répondants sont favorables, dans leur majorité, à ce que l’Europe adopte une démarche plus active pour définir le programme international dans les domaines scientifique et technologique. 75 % souhaitent que l’Europe «parle d’une seule voix» et 69 % considèrent que cet objectif pourrait être atteint en mettant l’accent sur un petit nombre de thèmes de recherche à priorité élevée.

Un thème domine dans les réponses: la nécessité pour les États membres de s’engager en faveur d’un vaste programme politique ambitieux concernant l’EER, étant donné qu’un véritable espace européen de la recherche ne pourra être pleinement réalisé que si les États membres, les parties prenantes et la Commission travaillent en partenariat et reconnaissent chacun que sa concrétisation relève de leur responsabilité.

Dans le prolongement de la consultation, cinq nouvelles initiatives spécifiques seront lancées au cours des prochains mois. Elles concerneront en particulier:

  • la gestion de la propriété intellectuelle par les organismes publics de recherche (recommandation adoptée le 10 avril 2008),
  • la promotion de la mobilité et de la carrière des chercheurs européens,
  • le cadre juridique des infrastructures de recherche paneuropéennes,
  • la programmation et les programmes conjoints, et
  • la coopération scientifique et technologique internationale.

De plus amples informations sur l’EER et le rapport complet relatif à la consultation sont disponibles aux adresses suivantes:

http://ec.europa.eu/research/era/index_fr.html

http://ec.europa.eu/research/era/progress-on-debate/stakeholder-consultation_fr.html


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website