Navigation path

Left navigation

Additional tools

Passage à l'euro à Chypre et à Malte

European Commission - IP/08/602   18/04/2008

Other available languages: EN DE EL MT

IP/08/602

Bruxelles, 18 avril 2008

Passage à l'euro à Chypre et à Malte

La grande majorité de la population de Chypre et de Malte, respectivement 95% et 90%, juge que le passage à l'euro dans leur pays s'est effectué en douceur et avec efficacité[1]. La vigilance des autorités sur les conversions de prix a permis de maîtriser tant les prix eux-mêmes que la perception des hausses de prix par la population, même dans le contexte actuel d'inflation accrue du fait de l'augmentation des prix de l'énergie et des produits alimentaires, qui touche Chypre et Malte au même titre que les autres pays de la zone euro et le reste du monde. L'impact du passage à l'euro est estimé entre 0,2 et 0,3 points de pourcentage, pratiquement le même que lors des passages à l'euro antérieurs[2]. Quelques leçons utiles pour de futurs passages à l'euro sont à tirer de l'expérience à Chypre et à Malte: il convient de prévoir une procédure simplifié pour permettre aux petites entreprises de se procurer des espèces avant le jour €, la production de pièces doit tenir compte de la demande des collectionneurs à l'étranger et, comme l'indiquait déjà l'expérience antérieure, il est absolument impératif d'organiser une campagne d'information approfondie pour renforcer la confiance des consommateurs.

Telles sont quelques-unes des principales conclusions d'une communication adoptée aujourd'hui par la Commission européenne sur l'introduction de l'euro à Chypre et à Malte le 1er janvier dernier[3]. L'entrée de ces deux pays dans la zone euro porte à 15 le nombre d'États membres de l'Union faisant monnaie commune, soit près de 320 millions de personnes utilisant habituellement l'euro. La communication, qui couvre la période allant jusqu'en février, présente les points saillants du passage à l'euro dans les deux pays et tire quelques enseignements importants pour les futurs passages à l'euro dans d'autres États membres.

Les particuliers se sont bien adaptés à la nouvelle monnaie

Les Maltais et les Chypriotes se sont rapidement adaptés à l'utilisation de l'euro, comme l'atteste les sondages effectués lors des premières semaines de l'année[4]. Le 4 janvier, plus de 70% de tous les paiements en espèces étaient déjà effectués en euros, une proportion plus forte que celle relevée dans la plupart des pays lors du premier passage à l'euro, en 2002, ainsi qu'en Slovénie en 2007.

Début février, près de 90% des Maltais et 95% des Chypriotes jugeaient très facile ou assez facile de distinguer entre les différents billets en euro; 75% et 81%, respectivement, n'avaient aucune difficulté à distinguer entre les différentes pièces en euro. 84% des Maltais et 73% des Chypriotes ont également déclaré que la conversion des lires maltaises et des livres chypriotes en euros était facile ou plutôt facile. Un mois après l'introduction de l'euro, huit Chypriotes sur dix et sept Maltais sur dix ont déclaré comprendre les valeurs en euros «bien» ou «assez bien».

On a observé de longues files d'attente dans certaines banques maltaises et chypriotes, ce qui montre l'importance d'une planification méticuleuse des travaux liés au passage à l'euro, ainsi que la nécessité de disposer, dans les premiers jours après le passage à l'euro, de ressources supplémentaires, notamment de davantage de guichets et de personnel.

Afin de permettre, lors des futurs passages à l'euro, à un plus grand nombre de détaillants de disposer à l'avance d'espèces en euro, et ainsi de réduire les files d'attente dans les banques après le jour €, la BCE étudie actuellement la possibilité de simplifier ses lignes directrices relatives à la sous-préalimentation (la fourniture d'espèces en euro aux détaillants avant le jour €), sur la base des procédures simplifiées de sous-préalimentation mises en œuvre à Chypre.

Les volumes relativement importants de pièces exportées portent à conclure que la demande des collectionneurs devrait être prise en considération lors de la planification de la production de pièces, car les commandes des collectionneurs peuvent réduire sensiblement le volume des pièces disponibles lors du passage à l'euro, en particulier dans les petits pays.

Les autorités des deux pays ont été très actives pour rassurer les populations quant à d'éventuels abus sur les prix au cours du passage à l'euro. Malte est le premier pays à avoir interdit le lissage des prix vers le haut lors de la conversion en euros. L'application stricte de cette interdiction à Malte, et le contrôle étroit des prix à Chypre par les observatoires de l'euro et les associations de consommateurs ont semble-t-il eu un effet positif sur les perceptions des particuliers en matière d'inflation, restées sous contrôle au cours des premiers mois de l'utilisation de l'euro, même si l'on a observé une accélération de l'inflation, comme dans les autres pays de l'UE.

Selon l'Eurobaromètre de février 2008, 84% des Maltais et 55% des Chypriotes jugent que la conversion des prix en euros a été faite de façon toujours ou généralement loyale. Parallèlement, les trois quarts des Maltais (77%) et les deux tiers des Chypriotes (68%) ont jugé le double affichage des prix «très utile». Ces pourcentages sont bien supérieurs à ceux relevés lors du précédent passage à l'euro, en 2007 en Slovénie, où seulement 47% de la population a jugé le double affichage très utile. Le double affichage des prix est obligatoire jusqu'au 30 septembre 2008 à Chypre et jusqu'au 30 juin 2008 à Malte.

Ce haut degré de satisfaction concernant le passage à l'euro dans le public peut également être attribué au succès des campagnes d'information et de communication. Plus de neuf personnes sur dix dans les deux pays se considéraient bien informées sur l'euro et se déclaraient satisfaites des informations fournies par les autorités nationales. Toutefois, l'enquête Eurobaromètre a révélé que davantage d'informations sur les pratiques correctes en matière d'arrondi et de tarification ainsi que sur les signes de sécurité de l'euro auraient été utiles.


[1] Flash Eurobaromètre 222-223, disponible à l'adresse:

http://ec.europa.eu/public_opinion/euro_en.htm

[2] Eurostat: passage à l'euro et inflation à Chypre et Malte, avril 2008.

[3] Communication de la Commission sur l'introduction de l'euro à Chypre et Malte, COM (2008) 204, disponible à l'adresse:

http://ec.europa.eu/economy_finance/thematic_articles/article12417_en.htm

[4] Flash Eurobaromètre 220-221, disponible à l'adresse:

http://ec.europa.eu/public_opinion/euro_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website