Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE

IP/08/482

Bruxelles, le 31 mars 2008

La Commission propose que 2009 soit l’Année européenne de la créativité et de l’innovation

L’Europe doit stimuler sa capacité de créer et d’innover, pour des raisons tant sociales qu’économiques. La Commission a donc adopté aujourd’hui une proposition proclamant l’année 2009 «Année européenne de la créativité et de l’innovation». La décision sera prise dans le courant de l’année par le Conseil et le Parlement européen.

Le monde moderne met l’accent sur une utilisation plus performante du savoir et sur un développement rapide de l’innovation. Il requiert par conséquent une multiplication des forces créatrices dans toute la population. Dans une société de la connaissance caractérisée par la diversité culturelle, la population a notamment besoin de qualifications et de compétences lui permettant d’appréhender le changement comme une occasion à saisir et d’accueillir l’évolution des idées avec un esprit ouvert. L’enseignement et la formation sont, à cet égard, des facteurs déterminants.

Selon le commissaire à l'éducation, formation, culture et jeunesse, M. Jan Figel’, une telle Année européenne «constitue un moyen d’action efficace, car elle permet de sensibiliser l’opinion publique, de diffuser des informations sur les bonnes pratiques, de stimuler l’enseignement, la recherche, la créativité et l’innovation, et enfin de promouvoir le débat et le changement. En associant des mesures à l’échelon communautaire, national, régional et local, l’Année européenne peut engendrer des synergies et contribuer à orienter le débat sur des questions précises.»

La Commission ne propose pas qu’un budget spécifique soit alloué à cette Année européenne, faisant observer que celle-ci peut s’articuler autour des programmes communautaires actuels et mettre à profit les ressources administratives déjà prévues. La Commission envisage d’inviter les États membres à désigner des coordonnateurs nationaux qui pourront collaborer via un petit comité directeur créé à l’échelon de l’Union.

Les activités de l’Année européenne devraient avant tout viser à instaurer un environnement propice à la créativité et à l’innovation et susciter un fort mouvement en faveur de la transformation de ces questions en priorités politiques durables. À titre d’exemple, il conviendrait de privilégier l’enseignement d’une large gamme de matières, dont les mathématiques, les sciences, l’informatique et d’autres technologies. Mettre en valeur la créativité grâce à de telles compétences devrait favoriser la résolution des problèmes et l’utilisation pratique des connaissances et des idées. Toutes les formes d’innovation, dans le domaine social comme dans le monde des entreprises, devraient être prises en considération.

Il conviendrait également d’accorder toute l’attention voulue à la création artistique et à l’innovation culturelle, vecteurs importants de la communication entre les peuples d’Europe, qui joueront aussi un rôle majeur dans les suites à donner à l’Année européenne du dialogue interculturel, qui est en cours.

L’Année européenne de la créativité et de l’innovation se veut une initiative transversale englobant non seulement l’éducation et la culture, mais d’autres secteurs d’activité, tels ceux de l’entreprise, des médias, de la recherche, des politiques sociales et régionales, ou encore, du développement rural. Elle devrait, d’une part, comprendre des campagnes d’information et de sensibilisation, la mise en relief des bonnes pratiques, des débats, réunions et conférences et, d’autre part, apporter son appui à un vaste éventail de projets sur le triple plan régional, national et européen.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site