Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES EL

IP/08/421

Bruxelles, le 11 mars 2008

Inondations en Équateur - l'Union européenne envoie une équipe d'experts du MIC à la rescousse

La Commission européenne, faisant appel à cet effet au mécanisme communautaire de protection civile et à son centre de suivi et d'information (MIC, pour Monitoring and Information Centre), a envoyé une équipe d'experts à Guayaquil, Équateur, afin d'aider la protection civile équatorienne et les Nations unies à faire face aux inondations qui ravagent le pays depuis treize semaines. L'équipe du MIC aidera à coordonner les mesures d'intervention, contribuera à la gestion logistique et à l'évaluation des dégâts provoqués par les inondations, et fournira l'expertise technique nécessaire pour l'actualisation des plans d'urgence. Le mécanisme communautaire de protection civile permet d'intervenir partout dans le monde, en réponse à une demande d'assistance.

«La catastrophe est loin d'être surmontée en Équateur», a déclaré M. Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l'environnement et de la protection civile. «La Commission européenne suivait la situation sur le terrain, par l'intermédiaire du MIC, et elle était donc prête à intervenir lorsque la demande d'assistance est arrivée. Notre savoir-faire a été grandement apprécié ces dernières années dans des situations d'urgence comparables et, comme à l'accoutumée, nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider la population équatorienne.»

Les précipitations les plus importantes de ces vingt-cinq dernières années se sont abattues sur l'Équateur. Imputables au phénomène «La Niña», elles ont provoqué des inondations de grande ampleur dans 13 des 24 provinces du pays, où l'on a dénombré 19 victimes. Les pluies ne devraient pas cesser avant avril. Jusqu'à présent, les inondations ont touché entre 250 000 et 300 000 personnes dont 100 000 ont besoin d'une assistance immédiate. Plus de 13 000 personnes sont hébergées dans des abris provisoires. Devant la gravité de la situation, les services de protection civile équatoriens ont décidé d'alerter le centre de suivi et d'information de la Commission européenne, via la délégation de la CE à Quito.

En réaction à cet appel, le MIC a déployé dimanche dernier une équipe d'experts sur le terrain. Elle se compose de cinq experts nationaux envoyés par la France, l'Allemagne, l'Autriche, la Suède et l'Espagne, ainsi que d'un agent de liaison du MIC. L'équipe s'installera dans les locaux du comité régional de coordination d'urgence, à Guayaquil, qui assure la coordination régionale dans la zone affectée. Sur place, elle travaillera en étroite collaboration avec l'office d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) et avec l'équipe des Nations unies chargée de l'évaluation et de la coordination en cas de catastrophe (UNDAC).

Le mécanisme communautaire de protection civile

Le mécanisme communautaire[1] est destiné à améliorer la coopération lors des interventions de secours relevant de la protection civile. Il assure la coordination de ces interventions, ce qui permet de porter rapidement secours et assistance à tout pays ayant besoin d'aide, qu'il s'agisse d'un État membre de l'Union européenne ou d'un pays tiers. L’objectif principal est de pouvoir réagir le mieux possible et sans improviser lorsque se présente une situation d’urgence majeure. Ces activités sont coordonnées par la Commission, qui s’appuie à cet effet sur son Centre de suivi et d’information (MIC), lequel est intégré dans la DG «Environnement», unité «Protection civile».

Trente États[2] participent au mécanisme communautaire, et les ressources ainsi mises en commun peuvent être mobilisées pour venir en aide aux pays frappés par des catastrophes partout dans le monde.

Depuis qu'il est devenu opérationnel en 2002, le mécanisme a été activé à plusieurs reprises pour un certain nombre de catastrophes dans le monde, notamment en 2004 lors du tsunami en Asie du Sud-est, en 2005 lors des incendies de forêt au Portugal, des inondations en Bulgarie et en Roumanie, de l'ouragan Katrina aux États-Unis et du tremblement de terre au Pakistan, et en 2006 lors de la crise au Liban. En 2007, le mécanisme a été mis en action à la suite d'inondations en Bolivie et de feux de forêt en Italie, en Grèce et à Chypre. Plus récemment, il a été activé pour des marées noires en Ukraine et en Corée du Sud, ainsi qu'après un tremblement de terre au Kirghizstan.

Pour de plus amples informations:
Protection civile européenne:

http://ec.europa.eu/environment/civil/index.htm


[1] Décision 2007/779/CE, Euratom du Conseil du 8 novembre 2007 (JO L 314 du 1.12.2007, p. 9).

[2] Il s’agit des vingt-sept États membres de l’Union ainsi que de l’Islande, du Liechtenstein et de la Norvège.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website