Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission propose des solutions pour rendre les prix des denrées alimentaires plus abordables et plus compétitifs en Europe

European Commission - IP/08/1931   10/12/2008

Other available languages: EN DE ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG

IP/08/1931

Bruxelles, le 10 décembre 2008

La Commission propose des solutions pour rendre les prix des denrées alimentaires plus abordables et plus compétitifs en Europe

La Commission européenne a adopté une communication visant à améliorer le fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement alimentaire afin de réduire les prix pour les consommateurs. Le prix des denrées alimentaires a largement baissé par rapport aux niveaux récords atteints plus tôt dans l'année, mais les causes sous-jacentes à la flambée du prix des matières premières agricoles à moyen terme (restrictions réglementaires, concurrence insuffisante et spéculation notamment) n'ont pas disparu et doivent être jugulées.

«L'inflation qui touche les produits alimentaires a constitué environ un tiers de l'inflation totale entre août 2007 et juillet 2008 et a particulièrement affecté les ménages à revenus modestes. Dans le contexte actuel de ralentissement économique, il est primordial d'envoyer un message clair indiquant que nous comptons sérieusement nous attaquer aux rigidités et autres facteurs qui empêchent le fonctionnement optimal des marchés. Cela permettrait non seulement de proposer aux consommateurs des prix plus compétitifs et non biaisés, mais aussi de protéger le pouvoir d'achat des personnes les plus vulnérables et de soutenir la création d'emplois,» a déclaré Joaquín Almunia, membre de la Commission européenne chargé des affaires économiques et monétaires.

«La politique agricole a un rôle clé à jouer pour assurer que les denrées alimentaires parviennent aux consommateurs à un prix raisonnable. Les changements intervenus lors du récent «bilan de santé» de la PAC ont permis aux agriculteurs de répondre plus librement aux signaux du marché. J'espère que nous pourrons désormais lever certaines restrictions aux échanges internationaux de denrées alimentaires en parvenant à un accord équilibré dans le cadre du cycle de négociations commerciales multilatérales de Doha,» a indiqué Mariann Fischer Boel, membre de la Commission responsable de l'agriculture et du développement rural.

La communication d'aujourd'hui propose des solutions pour améliorer le fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement alimentaire en Europe afin d'offrir aux ménages européens des prix en permanence compétitifs. Elle répond à une requête du Conseil européen de juin demandant d'examiner les causes des fortes augmentations du prix des denrées alimentaires qui ont suivi la hausse encore plus marquée du prix des matières premières.

La Commission propose:

  • de promouvoir la compétitivité de la chaîne d'approvisionnement alimentaire afin de renforcer sa résistance aux chocs des prix mondiaux. Le groupe de haut niveau sur la compétitivité de l'industrie agroalimentaire fera des recommandations début 2009;
  • de veiller, de façon ferme et cohérente, au respect de la concurrence aux niveaux communautaire et national, grâce au réseau européen de la concurrence, et de cibler les pratiques et les restrictions qui sont particulièrement nuisibles;
  • de revoir les réglementations potentiellement restrictives aux niveaux national et/ou communautaire. Les dispositions qui restreignent l'entrée sur le marché doivent être étudiées et supprimées, le cas échéant, tout en gardant à l'esprit leurs objectifs environnementaux et sociaux. Cette étude sera réalisée dans le cadre de l'exercice de surveillance du marché de détail et de la transposition de la directive sur les services. Les réglementations qui limitent la possibilité de mettre les prix en concurrence devraient être examinées au niveau national. Les retards de paiement de la part des détaillants ou les frais excessifs imposés aux producteurs pour des offres promotionnelles devraient être revus. La réglementation des heures d'ouverture pourrait aussi faire l'objet de consultations au niveau national;
  • Les consommateurs doivent pouvoir mieux comparer les prix. Une surveillance européenne permanente des prix sera mise en place;
  • En collaboration avec les régulateurs des marchés des matières premières, la Commission s'efforcera de trouver des solutions pour empêcher une instabilité excessive des marchés qui ne profite ni aux producteurs ni aux consommateurs.

Il faudrait renforcer les efforts visant à rééquilibrer l'offre et la demande de denrées alimentaires au niveau mondial, à stimuler la recherche agricole et à ouvrir les marchés internationaux.

Bien que le prix des produits de base ait fortement baissé, des facteurs structurels comme la croissance de la demande mondiale risquent, à moyen terme, de maintenir les prix à un niveau élevé.

La hausse des prix observée depuis 2006 s'est accompagnée d'une forte poussée des flux d'investissement dans les produits dérivés associés. La récente contraction brutale des investissements sur les marchés à terme pourrait signaler l'éclatement d'une bulle spéculative. L'instabilité reste néanmoins un sujet de préoccupation.

Les problèmes de fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, en termes de degré de concurrence et de réglementation, ont aussi joué un rôle important.

Les prix des denrées alimentaires dans les États membres ont réagi très différemment aux changements, ce qui montre que le marché communautaire est encore fragmenté. La consolidation du marché va générer des gains d'efficacité et faire baisser les prix. Ce phénomène ne doit cependant pas aggraver les conditions de concurrence au niveau local, au détriment des consommateurs et des entreprises.

Il semble y avoir suffisamment de marge pour améliorer le fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement alimentaire et ainsi garantir que l'intégration et la consolidation des secteurs iront de pair avec une meilleure compétitivité et des prix plus bas, ainsi qu'avec un plus grand choix de produits alimentaires.

La promotion d'une politique commerciale ouverte, qui repose sur le succès du cycle des négociations commerciales de Doha menées dans le cadre de l'OMC, serait bénéfique pour tous, notamment pour les pays en développement qui souffrent le plus de la hausse des prix. En adoptant le «bilan de santé» de la PAC, l'UE a pris des mesures décisives pour aider les agriculteurs à mieux réagir aux signaux du marché et à exploiter de nouvelles opportunités, tout en fournissant un filet de sécurité moderne en cas de véritables crises du marché.

Contexte

Le sommet de juin a demandé à la Commission de mieux surveiller l'évolution des prix des produits agricoles de base et des denrées alimentaires, d'analyser l'incidence de la spéculation sur les prix des produits de base agricoles, et d'étudier le fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Le texte de la communication peut être consulté dans son intégralité à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/economy_finance/thematic_articles/article13524_en.htm.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website