Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES

IP/08/1504

Bruxelles, le 15 octobre 2008

Hausse des investissements en R&D: les entreprises européennes dépassent les entreprises américaines pour la première fois en cinq ans

Les investissements en recherche et développement (R&D) réalisés par les entreprises de l’UE ont augmenté de 8,8 %, contre 8,6 % pour ceux des entreprises des États-Unis, selon l’édition 2008 du tableau de bord sur les investissements en R&D industrielle de la Commission européenne, qui est publiée aujourd’hui. Trois entreprises de l'UE figurent parmi les dix mieux classées: Nokia occupe la cinquième position (au lieu de la dix-septième) avec 5,3 milliards d'euros d'investissements en R&D, Volkswagen se classe neuvième (au lieu de quatorzième) et Daimler dixième (alors qu’elle était cinquième l’an dernier). Le plus grand investisseur en R&D du monde pour 2008 est Microsoft, avec 5,6 milliards d'euros. Les chiffres du tableau de bord témoignent d'une hausse des ventes et de la rentabilité des entreprises de l'UE. Alors que cet outil existe depuis 2004, c’est la première fois que les entreprises de l'UE affichent une croissance des investissements en R&D plus forte que leurs homologues américaines.

«Nous sommes heureux de l'augmentation des investissements en R&D réalisés par les entreprises de l'UE, dans un contexte de légère diminution du taux de croissance à l'échelon mondial», a déclaré Janez Potočnik, Commissaire européen chargé de la science et de la recherche. «En particulier, les entreprises du secteur de l’énergie accroissent rapidement leurs investissements en R&D, répondant ainsi à la nécessité d'utiliser plus efficacement les ressources énergétiques limitées. Cependant, la R&D du secteur privé en Europe reste équivalente à 1 % du PIB, un signe parmi d’autres qui peut vouloir dire que les entreprises de l’UE réalisent une part croissante de leurs investissements en R&D hors d’Europe. Nous devons donc poursuivre nos efforts pour attirer davantage de R&D des entreprises en Europe, notamment en créant un véritable Espace européen de la recherche, afin de remplir les objectifs de la stratégie de Lisbonne».

Le tableau de bord de l’UE sur les investissements en R&D industrielle est publié annuellement par la Commission européenne dans le contexte de son activité de suivi des investissements dans la recherche industrielle. Il indique que la croissance mondiale des investissements en R&D des entreprises a diminué, passant de 10 % dans le tableau de bord de l’année dernière à 9 % cette année, mais que celle des entreprises de l’UE a crû dans le même laps de temps, passant de 7,4 % à 8,8 %. Les entreprises de l’UE comblent presque leur retard du point de vue de taux de croissance de la R&D par rapport à l’ensemble des entreprises non européennes (Figure 2), et dépassent légèrement le taux de croissance des investissements en R&D des entreprises américaines qui figurent dans le tableau de bord, celui-ci chutant fortement de 13,3 % à 8,6 % (Figure 1).

Tendances des entreprises

Trois entreprises de l’UE figurent parmi les dix investisseurs les plus importants dans la R&D. Nokia, la première d'entre elles, est passée de la dix-septième place l’an dernier à la cinquième cette année; Volkswagen, quatorzième l’an dernier, est désormais neuvième; tandis que Daimler, cinquième l'an dernier, redescend à la dixième place. Glaxo Smith Kline et Siemens sont sorties du top 10. Trois entreprises des États-Unis occupent les premières places: Microsoft, General Motors et Pfizer (Figure 3).

Au cours de l’année écoulée, les performances des entreprises qui figurent dans le tableau de bord se sont encore améliorées. Les ventes des entreprises de l’UE ont crû de 7 %, ce qui a donné lieu à une légère augmentation de l’intensité de la R&D, tandis que les ventes des entreprises hors UE ont crû de 9,2 %. La rentabilité des entreprises de l’UE a augmenté, passant à 12,2 %, contre 11,3 % pour les entreprises hors UE.

Les entreprises des économies émergentes continuent à afficher une forte croissance des investissements en R&D. Ces trois dernières années, par exemple, Petroleo Brasiliero, Petro China et Tata Motors ont connu respectivement un taux de croissance annuel des investissements en R&D de 52,6 %, 22,2 % et 42,6 %.

Tendances sectorielles

Produits pharmaceutiques et biotechnologie – Ce secteur, qui rassemble beaucoup d'entreprises suisses et de l'UE, a consolidé sa première place: il représente plus de 19 % du total des investissements en R&D réalisés par les entreprises qui figurent dans le tableau de bord. Plusieurs entreprises pharmaceutiques ont particulièrement augmenté leurs investissements en R&D (en partie à la suite d'acquisitions): Schering-Plough (+33,7 %), AstraZeneca (+29,8 %), Roche (+25,9 %) et Novartis (+21,1 %), par exemple.

Automobiles et pièces pour automobiles – Dans ce secteur, le plus important de l'UE du point de vue des investissements en R&D, la hausse des investissements (6,9 %) a nettement dépassé le taux de croissance annuel moyen des trois dernières années (4,9 %). Tandis que Volkswagen et Toyota Motor ont accru fortement leurs investissements en R&D (respectivement de 16,1 % et 9,6 %), c’est General Motors qui a connu la plus forte croissance (22,7 %).

Secteur énergétique – Plusieurs grandes entreprises européennes ont affiché des taux de croissance annuels élevés de la R&D au cours des trois dernières années (Figure 4). Par exemple, sur cette période, Royal Dutch Shell a multiplié ses investissements en R&D par 2,2, et AREVA par 1,7. Certaines entreprises du secteur des énergies alternatives connaissent des taux de croissance encore plus importants. Ainsi, dans le secteur de la technologie éolienne, Vestas Wind Systems a multiplié sa R&D par 2,2, et Nordex par 3. Dans le secteur de la technologie solaire photovoltaïque, Q-Cells a fait son apparition dans le tableau de bord pour la première fois en 2008, après avoir multiplié ses investissements en R&D par 15,4 au cours des trois dernières années.

Méthode de réalisation du tableau de bord

Ce rapport examine les données relatives aux investissements en R&D tirées des comptes des 2 000 entreprises participantes pour l'exercice 2007/2008. L’échantillon inclut les 1 000 entreprises de l’UE et les 1 000 entreprises extérieures à l’UE qui investissent les plus fortes sommes dans la R&D.

Toutes les données proviennent de comptes vérifiés accessibles au public. Les données sont établies selon le lieu où se trouve le siège statutaire de l'entreprise qui dirige la R&D, et non selon l’endroit où se déroulent les activités de R&D.

Le tableau de bord de l’UE sur les investissements en R&D industrielle de 2008 a été réalisé conjointement par la DG Recherche et le Centre commun de recherche; il peut être téléchargé à l’adresse suivante: http://iri.jrc.ec.europa.eu

Figure 1. Growth of R&D investment in the Scoreboard
[ Les tableaux et graphiques sont disponibles en formats PDF et Word Processed ]
Source: The EU Industrial R&D Investment Scoreboards (of 2004, 2005, 2006, 2007, 2008)
Note: For samples of comparable companies

Figure 2. Growth of R&D investment by EU and non-EU Scoreboard companies
[ Les tableaux et graphiques sont disponibles en formats PDF et Word Processed ]
Source: The EU Industrial R&D Investment Scoreboards (of 2004, 2005, 2006, 2007, 2008)

Figure 3. Ranking of the world top 50 R&D companies by their total R&D investment in the 2008 Scoreboard (€ million).
[ Les tableaux et graphiques sont disponibles en formats PDF et Word Processed ]
Note: The numbers in brackets after the names of the companies indicate their rankings in last year’s Scoreboard.
Source: The 2008 EU Industrial R&D Investment Scoreboard.

Figure 4. R&D investment growth of some companies in the field of energy
[ Les tableaux et graphiques sont disponibles en formats PDF et Word Processed ]
Source: The EU Industrial R&D Investment Scoreboard 2008


Side Bar