Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Déclaration du commissaire européen Louis Michel sur la situation au Zimbabwe

Commission Européenne - IP/08/1229   31/07/2008

Autres langues disponibles: EN DE

IP/08/1229

Bruxelles, le 31 juillet 2008

Déclaration du commissaire européen Louis Michel sur la situation au Zimbabwe

Le commissaire européen chargé du développement et de l'aide humanitaire, M. Louis Michel, demande à toutes les parties engagées dans les négociations au Zimbabwe d'honorer leurs promesses de renoncer à la violence et de faciliter l'accès de l'aide humanitaire.

Le protocole d'accord négocié entre Robert Mugabe et Morgan Tsvangirai il y a un peu plus d'une semaine (le 21 juillet 2008) arrête des mesures provisoires claires qui doivent être prises sans délai, notamment la condamnation et la fin de toute violence politique, ainsi que l'ouverture immédiate de l'espace humanitaire dans tout le pays. L'aide humanitaire internationale, notamment l'assistance considérable fournie par la Commission européenne, est bloquée depuis la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle il y a plus d'un mois.

Pour M. Michel, «la signature par Robert Mugabe et les dirigeants du Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition) d'un protocole d'accord la semaine dernière représente une avancée importante vers une véritable résolution politique de la crise que traverse actuellement le Zimbabwe. Nous espérons sincèrement que les négociations en cours entre les parties zimbabwéennes aboutiront. Toutefois, cela devra se traduire rapidement en actes tangibles sur le terrain afin de rétablir la confiance et d'instaurer un vrai climat de réconciliation. Je suis préoccupé par la poursuite de la violence et de l'intimidation à grande échelle. Je suis aussi profondément inquiet du maintien des restrictions imposées aux activités humanitaires. Cette situation est inacceptable et met en danger la vie de milliers de civils innocents, notamment des femmes et des enfants. J'appelle donc les autorités du Zimbabwe à dénoncer et à abandonner le recours à la violence, ainsi qu'à autoriser l'acheminement sans restriction de l'aide humanitaire dans tout le pays afin qu'elle puisse parvenir aux plus vulnérables. La pleine application de ces mesures est essentielle pour instaurer un environnement propice aux négociations, tant attendues, qui mettront un terme à la crise politique que traverse le Zimbabwe».


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site