Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/08/1138

Bruxelles, le 14 juillet 2008

Consommateurs: comment bien se protéger du soleil cet été

Ce début de vacances offre à la Commission européenne l’occasion d’attirer l’attention des consommateurs sur les nouvelles règles d’étiquetage, plus claires, qui devraient faire leur apparition sur la plupart des produits de protection solaire commercialisés cet été. Les nouvelles étiquettes, qui prévoient entre autres un nouveau logo ou cachet U.V.A. sur les flacons et l’interdiction de termes trompeurs comme «écran total» ou «protection totale», constituent une réponse à la recommandation de la Commission sur les produits solaires adoptée en septembre 2006. Sensibiliser les consommateurs à ce nouvel étiquetage des crèmes solaires pour qu’ils puissent choisir en toute connaissance de cause leurs produits de l’été, mais aussi leur rappeler que, pour de multiples raisons, les produits solaires ne doivent être qu’un moyen parmi d’autres de se protéger des rayonnements ultraviolets du soleil, tel est l'objectif de la Commission. Cette dernière continuera de surveiller et de garantir la pleine application de la recommandation par les fabricants.

La commissaire en charge de la protection des consommateurs, Meglena Kuneva, a déclaré: «Cet été, notre message aux consommateurs est très clair : cherchez ces nouvelles étiquettes et choisissez en toute connaissance de cause les produits solaires que vous et votre famille utiliserez au cours de la saison estivale. Et surtout, n’oubliez pas que l’utilisation d'une crème solaire n’est que l’une des multiples mesures à adopter pour se protéger efficacement du soleil». «Une protection insuffisante contre le soleil est synonyme de risques graves pour la santé, de risque de cancer de la peau par exemple. Les citoyens de l'Union européenne doivent pleinement connaître les emplois et effets des produits de protection solaire afin de pouvoir les choisir sur la base d’informations pertinentes», a ajouté la commissaire à la santé, Androulla Vassiliou. Selon Günter Verheugen, vice-président et commissaire chargé du portefeuille «Entreprise et industrie», «cette nouvelle initiative de l'industrie sur un étiquetage adéquat des produits de protection solaire est un bon exemple de comportement responsable des entreprises. Elle montre qu’il n’est pas toujours nécessaire de légiférer pour mettre l’accent sur les problèmes de consommation et de santé».

Un meilleur étiquetage

Les informations exigées sur les étiquettes des crèmes solaires ont été définies dans une recommandation de la Commission de septembre 2006 concernant l'efficacité des produits de protection solaire et les allégations faites à leur sujet. Selon cette recommandation:

  • des allégations comme «écran total» ou «protection totale» ne devraient plus être utilisées. Bien que fréquentes, elles sont fausses, car aucun produit solaire n'offre une protection totale contre les rayonnements ultraviolets;
  • des descripteurs verbaux normalisés (protection «faible» – «moyenne» – «haute» et «très haute») devraient être utilisés parallèlement aux facteurs traditionnels de protection solaire (FPS) afin de guider le consommateur dans le choix du produit approprié;
  • l'étiquetage sur la protection contre les U.V.A. devrait être amélioré: si les rayons U.V.B. sont à l'origine des «coups de soleil», les rayons U.V.A. provoquent le vieillissement prématuré de la peau et perturbent le système immunitaire humain. En outre, l’exposition à ces deux types de rayonnement est un facteur majeur de risque de cancer de la peau. Le «facteur de protection solaire» (FPS) n'est qu'un indicateur comparatif de l'intensité d'un coup de soleil (rayonnement U.V.B.) et ne se réfère pas aux effets similaires provoqués par les rayons U.V.A. Les produits solaires protégeant uniquement contre les rayons U.V.B. peuvent donner un sentiment de sécurité illusoire parce qu'ils n'empêchent pas les rayons U.V.A. d'atteindre la peau;
  • l'industrie cosmétique commence maintenant à apposer sur les étiquettes de ses produits un cachet U.V.A. normalisé indiquant un niveau minimum de protection contre les U.V.A. qui s'accroît parallèlement à l'augmentation du facteur de protection solaire et qui procède d'une méthode d'essai standardisée.

Quelques données chiffrées sur l’application de la recommandation de la Commission

L’association européenne Colipa représentant l’industrie des produits cosmétiques, des articles de toilette et des parfums a réalisé au début de l’année une enquête sur la situation qui prévaudrait au début de la saison estivale de 2008:

  • les trois quarts des grands fabricants (soit une large majorité du marché) estimaient qu’entre 70 et 100 % de leurs crèmes solaires en vente dans l’Union au début de l’été 2008 respecteraient les dispositions de la recommandation de la Commission;
  • tous indiquaient que la quasi-totalité des produits fabriqués en 2008 et commercialisés dans l'Union la même année, au début de l'été, satisferaient aux prescriptions de la recommandation;
  • les résultats d’une enquête similaire auprès des associations nationales de Colipa révélaient une tendance similaire chez les petits fabricants;
  • en conclusion, on estime que tous les nouveaux produits appliqueront les principes énoncés dans la recommandation de la Commission, mais qu’il est difficile d'évaluer la situation des stocks restant de l'année dernière.

Que doivent savoir les consommateurs cet été?

Les consommateurs doivent rechercher les produits étiquetés selon les nouvelles règles de manière à choisir en toute connaissance de cause les protections solaires qu’ils utiliseront cet été. Entre-temps, il est conseillé aux consommateurs de ne voir dans les produits solaires que l'un des nombreux moyens de se protéger du soleil. Il faut aussi:

  • éviter les expositions prolongées aux heures d'ensoleillement maximum, habituellement entre 11h00 et 15h00;
  • en cas d'impossibilité de se mettre à l'abri du soleil, rester bien couvert; des chapeaux et des lunettes de soleil peuvent apporter un complément de protection;
  • ne pas exposer au soleil les bébés et les jeunes enfants;
  • utiliser des produits solaires offrant une protection contre les rayons U.V.B. et contre les rayonnements U.V.A.;
  • appliquer les produits solaires en quantité suffisante. Il est tout aussi important d'appliquer correctement le produit que de le choisir. Pour bénéficier du niveau de protection indiqué par le «facteur de protection solaire», il faut appliquer une couche de 2 mg/cm² de peau, ce qui correspond à environ 36 grammes (6 bonnes cuillères à café) de crème solaire pour le corps d'un adulte. Les consommat

Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website