Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE EL

IP/07/966

Bruxelles, 28 juin 2007

Contrôles relatifs à la sécurité des aliments: presque la moitié des notifications du système d'alerte rapide concernent des importations refusées aux frontières de l'UE

Quelque 45 % des notifications du système communautaire d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments des animaux (RASFF) en 2006 ont concerné des produits en provenance de pays tiers, bloqués à la frontière par les autorités de contrôle de l'UE à la suite de la détection de risques. Le commissaire européen chargé de la santé Markos Kyprianou a visité ce jour le poste d'inspection frontalier d'Anvers afin de mettre en évidence l'importance des contrôles réalisés et du système d'alerte rapide mis en place par l'UE pour garantir la sécurité des aliments. M. Kyprianou a présenté le rapport annuel 2006 sur le système communautaire d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments des animaux (RASFF), qui indique que les notifications de risques en matière de sécurité des aliments ont diminué de 5 % en 2006 par rapport à 2005. C'est la première fois depuis l'établissement de ce système que le nombre de notifications décroît. La baisse peut être expliquée en grande partie par la mise en œuvre de mesures efficaces pour régler le problème des colorants interdits et par l'application de nouveaux critères au niveau communautaire pour certains microbes pathogènes, qui remplacent les différents critères nationaux en vigueur jusqu'à présent. Au total, 6 840 notifications de risques concernant des denrées alimentaires et des aliments des animaux ont été transmises grâce au RASFF l'année dernière contre 7 170 en 2005. Les produits de la pêche constituent la catégorie qui a suscité le plus grand nombre d'alertes (21 %), suivie par la viande et les produits carnés (13 %) et par les céréales et les produits de boulangerie (12 %). Le rapport RASFF 2006 s'intéresse également à quelques-uns des principaux incidents survenus durant l'année en matière de sécurité des aliments et détaille les mesures qui ont été prises pour y remédier.

Markos Kyprianou, membre de la Commission chargé de la santé, a déclaré: «Le fait que près de la moitié des notifications relatives à la sécurité des aliments de notre système d'alerte rapide concernent des importations bloquées aux frontières de l'UE montre l'importance et l'efficacité de nos contrôles frontaliers. Le rôle du système communautaire d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments des animaux est essentiel pour garantir un niveau élevé de sécurité des aliments aux citoyens européens. Il nous permet de prévenir les crises avant qu'elles ne se déclenchent et de détecter les problèmes très tôt, réduisant ainsi au maximum les dangers potentiels pour la santé. Le système d'alerte rapide de l'UE se développe et devient de plus en plus efficace au fil des ans. Il sert de modèle aux autres pays qui cherchent un moyen d'augmenter leur niveau de protection des consommateurs.»

Système d'alerte rapide

Le système d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments des animaux (RASFF) est un outil permettant aux États membres et à la Commission d'échanger rapidement et efficacement des informations lorsque des risques pour la santé humaine sont détectés dans la chaîne alimentaire humaine ou animale. Tous les membres du RASFF (UE-27, Commission, EFSA et Norvège, Liechtenstein et Islande) assurent un service 24 h sur 24 afin de garantir que les notifications urgentes sont envoyées, reçues et répercutées dans le laps de temps le plus court possible. Grâce au RASFF, de nombreux risques en matière de sécurité des aliments ont été prévenus avant qu'ils ne puissent être néfastes aux consommateurs.

Alertes et informations

Le rapport RASFF précise pour toutes les notifications enregistrées en 2006 le nombre de notifications d'alerte (934) et le nombre de notifications d'information (1 989). Les notifications d’alerte sont envoyées lorsque des denrées alimentaires ou des aliments pour animaux présentant des risques se trouvent déjà sur le marché et qu’une action immédiate est nécessaire. La majorité (62 %) des notifications d'alerte en 2006 concernaient des produits originaires de l'UE et la plupart de ces problèmes ont été détectés grâce à des contrôles réalisés sur le marché. Les risques le plus signalés par ces alertes portaient sur la présence de micro-organismes potentiellement pathogènes, de métaux lourds (tels que du mercure dans le poisson) et de mycotoxines.

Les notifications d'information sont envoyées lorsqu'un risque a été détecté sans qu'une action immédiate des autres États membres soit nécessaire, le produit n'ayant pas atteint leurs marchés respectifs (par exemple, les expéditions bloquées aux frontières). La plupart des notifications d'information (75 %) concernaient des produits en provenance de pays tiers et 40 % portaient sur la présence de mycotoxines (par exemple, des aflatoxines dans les fruits à coque).

Garantir des importations sûres

Presque la moitié des notifications effectuées par l'intermédiaire du RASFF en 2006 ont concerné des produits rejetés aux frontières de l'UE parce qu'ils présentaient un risque pour la sécurité des aliments. Lorsqu'un tel produit est repéré, le RASFF informe le pays tiers en question afin d'éviter que le problème ne se reproduise. En 2006, 1 959 notes d'information ont été communiquées à des pays tiers à propos de risques dont ils étaient la source. Lors de la détection d'un problème grave et persistant, la Commission envoie une lettre aux autorités nationales du pays tiers concerné pour qu'elles prennent des mesures correctives telles que la radiation des établissements en cause, le blocage des exportations ou l'intensification des contrôles.

Promouvoir la sécurité des aliments à l'échelle mondiale

Le rapport RASFF présente également les activités futures prévues dans ce domaine. Parmi celles-ci figure un projet visant à promouvoir l'idée d'un système mondial d'alerte rapide pour la sécurité des aliments.

Le projet prévoit que la Commission aide au début les pays tiers intéressés par la mise en place d'un système national permettant d'améliorer la protection du consommateur; trois séminaires de formation sont organisés à cette fin en 2007 dans le cadre de l’initiative «Meilleure formation pour des aliments plus sains». À terme, il s'agira de rassembler tous ces systèmes nationaux dans un réseau mondial de systèmes d'alerte rapide en matière d'alimentation humaine et animale.

Pour plus d'informations, voir: http://europa.eu.int/comm/food/food/rapidalert/index_en.htm


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site