Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/07/962

Bruxelles, le 28 juin 2007

Ouverture au public d’une base de données terminologiques communautaires en vingt-trois langues

Une base de données terminologiques communautaires a été officiellement ouverte au public lors d’une cérémonie organisée par le Parlement européen et la Commission européenne. Terminologie interactive pour l’Europe, plus communément appelée « IATE », regroupe les bases de données terminologiques propres à chaque institution ou organe de l’Union européenne ; elle renferme 8,7 millions de termes et fonctionne dans les 23 langues officielles de l’Union. Utilisée par les services de traduction des institutions européennes depuis 2005, elle concourt déjà de manière notable à la qualité de la communication écrite des institutions et organes en question. Elle permet d’accéder facilement à une terminologie validée et garantit ainsi la cohérence et la fiabilité du vocabulaire indispensable à la rédaction de textes clairs et univoques, garants, tout à la fois, de la légitimité et de la transparence du processus législatif et de l’efficacité de la communication avec les citoyens européens.

Lors de la cérémonie d’inauguration, à laquelle assistaient des représentants des institutions européennes et de la profession linguistique, le commissaire au multilinguisme, M. Leonard Orban, et l’un des vice-présidents du Parlement européen, M Miguel Ángel Martínez Martínez, ont pris la parole.

« IATE est le résultat d’une fructueuse coopération interinstitutionnelle et répond pleinement aux attentes d’une utilisation efficace et rentable des ressources disponibles. Elle reflète le travail des institutions communautaires au service des citoyens européens », a déclaré M. Orban.

Quant à M. Martínez Martínez, il a estimé que l’ouverture de IATE au public était « l‘expression concrète de l’engagement véritable des institutions envers un multilinguisme intégral », condition indispensable à l’ouverture et à la transparence du processus européen.

L’utilité potentielle de cet outil unique en son genre pour un public beaucoup plus large que les services de traduction des institutions européennes est apparue immédiatement. IATE est accessible gratuitement à tous les citoyens de l’Union qui désirent s'en servir : traducteurs indépendants, chercheurs, étudiants en langues, certes, mais aussi les administrations et les parlements nationaux qui s’occupent de la transposition de la législation européenne dans le droit national et de la diffusion d’informations sur l’Union.

Base terminologique multilingue, IATE permet de rechercher un terme dans une langue source et de trouver ses correspondances dans les langues cibles sélectionnées. À ce jour, elle contient, outre ses 8,7 millions de termes, 500 000 abréviations et 100 000 expressions et fonctionne dans les 23 langues officielles de l’Union. Le thésaurus de chaque langue varie en fonction, principalement, de l’« ancienneté » de celle-ci en tant que langue officielle communautaire. L’objectif à long terme est de doter toutes les langues officielles de thésaurus d’un volume identique.

IATE se distingue de ses prédécesseurs Eurodicautom, Euterpe et TIS à deux égards. Premièrement, elle est interactive : n’importe quel traducteur d’une institution européenne peut ajouter et mettre à jour les informations contenues dans la base. À chacune de ces modifications, un cycle de validation est automatiquement lancé, au cours duquel les terminologues des départements linguistiques vérifient les informations nouvelles ou modifiées, de manière à s’assurer de la qualité des contributions individuelles. Deuxièmement, IATE est interinstitutionnelle : son développement et son entretien sont assurés conjointement par le Parlement européen, le Conseil, la Commission, la Cour de justice, la Cour des comptes, le Comité économique et social européen, le Comité des régions, la Banque européenne d’investissement, la Banque centrale européenne et le Centre de traduction.

Le coût total de la création de la base a été de 1,41 million d’euros pour la période 1999-2003. Pour 2007, les coûts d’entretien s’élèvent à 627 000 euros. L’ensemble de ces dépenses est financé sur le budget des institutions et organes participants.

Pour plus d’informations sur :

- la base de données IATE : http://iate.europa.eu ;

- les langues dans l’Union européenne : http://europa.eu/languages/ ;

- la Direction générale de la traduction : http://ec.europa.eu/dgs/translation/.


Side Bar