Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

IP/07/675

Bruxelles, le 16 mai 2007

GALILEO à la croisée des chemins : mise en œuvre des programmes européens de radionavigation par satellite

La Commission européenne a adopté aujourd’hui une communication sur l’état d'avancement du programme GALILEO. Ce document répond à la demande du Conseil des ministres des transports et le Parlement Européen.La Commission constate que la feuille de route de Galileo doit être adaptée pour respecter l'échéance de 2012 pour la pleine opérabilité de Galileo. Le partenariat public privé pour mettre en œuvre Galileo doit être reprofilé pour permettre la mise en œuvre de Galileo en 2012.

« L'Europe a besoin d'un système de radionavigation par satellite européen comme infrastructure essentielle pour assurer des applications cruciales comme le contrôle des frontières, les logistiques de transport, les opérations financières ou encore la surveillance des infrastructures critiques d'énergie et de communications. La Commission met tout en œuvre pour garantir sa réussite », a déclaré Jacques Barrot, Vice-président de la Commission en charge des transports. « Galileo présent un apport majeur aux politiques communautaires et il porte aussi les ambitions européennes en matière de politique d'espace, de technologie et d'innovation. , a-t-il ajouté.

La radionavigation par satellite est une technologie permettant aux utilisateurs de connaître leur localisation à tout moment dans le monde entier.

Le système de radionavigation européen GALILEO comprend une constellation de 30 satellites, dans des orbites a 24,000 km avec 5 services différentes.

Les efforts portant sur l'établissement des programmes européens de radionavigation par satellite, GALILEO et EGNOS[1], sont parvenus à la croisée des chemins et un choix politique s’impose aujourd'hui sur les modalités de leur mise en œuvre.

L'absence de progrès dans les négociations du contrat de concession, qui prévoyait le déploiement et la gestion de l'infrastructure par le secteur privé, met sérieusement en péril l’achèvement du projet. C'est pourquoi le Conseil des Ministres des Transports du 22 mars 2007 a demandé à la Commission de lui présenter pour sa prochaine réunion du mois de juin un rapport détaillé sur les progrès des négociations avec le consortium candidat ainsi que des scénarios alternatifs pour une mise en œuvre rapide de l'infrastructure spatiale. La Commission conclut, que la feuille de route actuel qui prévoit un implication précoce du secteur privé ne permet pas d'aboutir dans les délais voulus et que cela risque d'entrainer des surcouts considérables pour le secteur public. .La Commission propose d'adapter la feuille de route pour permettre de contrôler mieux les délais et les couts et pour donner une sécurité accrue aux industries des applications et des services de radionavigation, quant à la disponibilité effective des signaux Galileo. La Commission démontre que la mise en place de l’ensemble de l'infrastructure initiale, pilotée et financée par le secteur public, s’avère le plus avantageux, le plus réaliste et, à terme, le moins couteux. A l'opposé de la mise en place de l'infrastructure, l'exploitation du système sera confiée à un concessionnaire privé. .

La Commission, appelle les Etats membres de l'Union européenne à prendre les décisions nécessaires, en termes politiques, financiers et de gestion du programme, afin de garantir l'aboutissement du projet dans les meilleurs délais et répondre en temps utile aux besoins des marchés de la navigation par satellite.

Les applications qui découlent de la radionavigation par satellites dans la vie quotidienne sont multiples, depuis le guidage des véhicules jusqu’à la sécurité dans les transports, en passant par les applications dans diverses activités commerciales (secteur bancaire, géologie, travaux publics, énergie, etc.). La radionavigation par satellite est en train de pénétrer tous les segments de la société, ce qui confère au programme GALILEO une dimension que l’on pourrait qualifier de « citoyenne ».

Pour de plus amples informations sur GALILEO, veuillez visiter les sites:

http://ec.europa.eu/dgs/energy_transport/galileo/index_fr.htm

http://www.esa.int/export/esaSA/navigation.html


[1] EGNOS ou « European Geostationary Navigation Overlay Service » (système européen de navigation par recouvrement géostationnaire) permet d'offrir dès aujourd'hui des services proches de ceux qu'offrira demain GALILEO, notamment par l'émission d'un message d'intégrité. Il est toutefois dépendant du système GPS.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site