Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

IP/07/252

Bruxelles, le 27 février 2007

Une équipe vétérinaire de crise pour l’Union européenne

La Commission européenne a adopté aujourd’hui une décision en vertu de laquelle l’Union européenne disposera désormais d’une équipe vétérinaire de crise. Cette équipe se composera d’experts européens spécialisés dans les maladies animales et sera capable de réagir rapidement, le cas échéant, à l’apparition d’épizooties – de grippe aviaire, de fièvre catarrhale du mouton ou de fièvre aphteuse, par exemple – dans un État membre comme dans un pays tiers. Au besoin, ses experts seront envoyés sur place pour fournir une assistance technique aux autorités locales et coopérer avec elles à l’endiguement des maladies. Par ailleurs, elle collaborera étroitement avec les spécialistes d’entités internationales telles que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ou l’Office international des épizooties (OIE). Sa création, approuvée par les États membres via le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, donne un caractère officiel à un mécanisme de soutien qui existe depuis de nombreuses années et qui, notamment, a permis d’aider la Turquie et la Roumanie à lutter contre la grippe aviaire, l’an passé.

M. Markos Kyprianou, commissaire à la santé, a déclaré à ce propos : « Les graves épizooties qui ont sévi en Europe et ailleurs ont montré qu’il fallait pouvoir compter sur du personnel bien préparé, bien formé et doté des compétences requises pour résoudre ce problème. Le temps est un facteur essentiel lorsqu’il s’agit d’enrayer une épidémie. Grâce à l’équipe vétérinaire de crise, nous pourrons réagir avec rapidité et efficacité aux épizooties sur le territoire de l’Union et offrir une prompte assistance aux pays tiers qui en auront besoin. »

Assistance communautaire aux pays tiers

L’Union européenne envoie régulièrement des spécialistes prêter main-forte à des États membres ou à des pays tiers qui peuvent ne pas disposer de ressources suffisantes pour venir à bout d’une épidémie par leurs propres moyens. En 2006, elle a ainsi dépêché des experts vétérinaires dans de nombreux pays tiers – parmi lesquels la Turquie, la Roumanie, l’Ukraine, la Bulgarie et l’Égypte – touchés par la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire. De même, lorsque la présence de la fièvre catarrhale du mouton en Europe septentrionale a été confirmée, l’année dernière, elle s’est chargée de mettre à la disposition des gouvernements concernés des experts vétérinaires versés dans cette pathologie. La décision prise aujourd’hui confère donc une base juridique formelle à une pratique déjà bien établie.

Un mécanisme de soutien rapide

Face à l’apparition d’un foyer majeur d’une maladie animale – surtout si celle-ci se caractérise par une forte contagiosité et une vitesse de propagation élevée –, il est primordial de réagir très rapidement et l’intervention de spécialistes peut se révéler cruciale pour enrayer la progression de la maladie.

Trouver des personnes compétentes et disponibles sur-le-champ peut toutefois prendre du temps. L’objectif visé par la création de l’équipe vétérinaire de crise est de rassembler sur des experts spécialisés dans des disciplines multiples (sciences vétérinaires, virologie, faune, analyses en laboratoire, gestion des risques, etc.) et prêts à intervenir en cas d’apparition d’une épizootie.

Constitution de l’équipe

Chaque État membre proposera une liste de candidats assortie de curriculum vitæ détaillés. La Commission fera son choix sur la base de ces listes et en informera les États membres par la voix du Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale. La liste des membres sera actualisée une fois par an et publiée sur le site Internet de la Commission.

Pour plus d’informations :
http://ec.europa.eu/food/animal/index_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website