Navigation path

Left navigation

Additional tools

Consommateurs: de nouvelles dispositions européennes pour lutter contre la publicité trompeuse et les pratiques de vente agressives

European Commission - IP/07/1915   12/12/2007

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

IP/07/1915

Bruxelles, le 12 Décembre 2007

Consommateurs: de nouvelles dispositions européennes pour lutter contre la publicité trompeuse et les pratiques de vente agressives

Deux semaines avant Noël (le 12 décembre 2007), de nouvelles dispositions européennes ambitieuses visant à lutter contre la publicité trompeuse et les pratiques de vente agressives – y compris une interdiction des fausses offres «gratuites» et une interdiction des publicités fondées sur le «pouvoir de harcèlement» des enfants (c'est-à-dire qui contiennent des incitations adressées directement à ces derniers) sur l'internet – entreront en vigueur dans l'ensemble de l'Union. Les techniques précitées figurent sur une liste noire détaillée de méthodes interdites par la nouvelle directive sur les pratiques commerciales déloyales, qui comprend notamment douze des pratiques les plus abusives utilisées à l'égard des consommateurs, des publicités appâts aux systèmes pyramidaux en passant par les publireportages et les allégations mensongères sur les propriétés curatives d'un produit. La directive sur les pratiques commerciales déloyales renforce sensiblement les normes européennes existantes en matière de publicité trompeuse et en fixe de nouvelles contre les pratiques commerciales agressives, dont le harcèlement, la contrainte et l'influence injustifiée. Elle vise à accroître la confiance des consommateurs et des entreprises dans le marché unique afin que les citoyens puissent profiter pleinement de la possibilité de faire des achats dans des pays autres que le leur. À ce jour, seuls quatorze États membres ont transposé la directive. La Commission a entamé une procédure à l'encontre des États membres qui n'ont pas encore adopté de dispositions nationales.

La commissaire européenne chargée de la protection des consommateurs, Meglena Kuneva, a déclaré: «Les pratiques déloyales conduisent à l'escroquerie des consommateurs et à la distorsion des marchés concurrentiels. Sur le marché unique européen, il ne peut pas y avoir de place pour les professionnels qui font pression sur les consommateurs, les intimident ou les induisent en erreur, en particulier à Noël, la période de l'année où les achats sont les plus nombreux. C'est la raison pour laquelle l'Europe donne l'exemple; les dispositions qui ont été adoptées concernant la vente trompeuse et forcée font partie des plus sévères au monde.»

Les nouvelles dispositions

La nouvelle directive comprend quatre éléments essentiels:

  • une clause générale d'une grande portée qui définit les pratiques qui sont déloyales et donc interdites;
  • une définition détaillée des pratiques (actions et omissions) trompeuses et des pratiques agressives, les deux principales catégories de pratiques commerciales déloyales;
  • des protections pour les consommateurs vulnérables, sous la forme de dispositions visant à prévenir l'exploitation desdits consommateurs;
  • une liste noire détaillée de pratiques qui sont interdites dans tous les cas.

Douze méthodes déloyales – la liste noire

La liste noire contient plus de trente pratiques qui sont réputées déloyales en toutes circonstances. Elle comprend notamment douze méthodes bien connues pour les préjudices qu'elles causent aux consommateurs.

  • 1. Les publicités appâts – Pousser le consommateur à acheter à une entreprise en faisant de la publicité pour un produit à un prix très bas sans disposer d'un stock raisonnable.
  • 2. Les fausses offres «gratuites» – Donner une impression fausse d'offre gratuite en décrivant un produit comme étant «gratuit», «à titre gracieux», «sans frais» ou autres termes similaires si le consommateur doit payer quoi que ce soit d'autre que les coûts inévitables liés à la réponse à la pratique commerciale et au fait de prendre possession ou livraison de l'article.
  • 3. Les incitations adressées directement aux enfants – Inciter directement les enfants à acheter («Va acheter le livre!») ou à persuader (grâce à leur «pouvoir de harcèlement») leurs parents ou d'autres adultes de leur acheter le produit faisant l'objet de la publicité. «Alice et le livre magique de Fondi sort maintenant en vidéo! Dis à ta maman de l'acheter chez le marchand de journaux!» Les incitations adressées directement aux enfants sont interdites à la télévision; la liste noire étend l'interdiction à tous les médias, y compris – et c'est là le plus important – à l'internet.
  • 4. Les allégations mensongères sur les propriétés curatives d'un produit  Des allergies au surpoids en passant par la chute des cheveux.
  • 5. Les publireportages – Utiliser un contenu rédactionnel dans les médias pour faire la promotion d'un produit, alors que le professionnel a financé celle-ci lui-même, sans l'indiquer clairement.
  • 6. Les systèmes pyramidaux  Un système de promotion pyramidale dans lequel la contrepartie provient essentiellement de l'entrée d'autres consommateurs dans le système plutôt que de la vente ou de la consommation de produits.
  • 7. Les prix – Donner la fausse impression que le consommateur a gagné un prix, alors que, soit il n'existe pas de prix, soit l'accomplissement d'une action en rapport avec la demande du prix est subordonné à l'obligation pour le consommateur de verser de l'argent ou de supporter un coût.
  • 8. Les impressions trompeuses sur les droits des consommateurs  Présenter les droits conférés au consommateur par la loi comme constituant une caractéristique propre à la proposition faite par le professionnel.
  • 9. Les offres limitées – Déclarer faussement qu'un produit ne sera disponible que pendant une période très limitée afin de priver les consommateurs d'une possibilité suffisante d'opérer un choix en connaissance de cause.
  • 10. La langue du service après-vente – S'engager à fournir un service après-vente aux consommateurs et assurer ce service uniquement dans une autre langue sans clairement en informer le consommateur avant que celui-ci ne s'engage dans la transaction.
  • 11. Les fournitures non demandées  Exiger le paiement immédiat ou différé de produits fournis par le professionnel sans que le consommateur les ait demandés, ou exiger leur renvoi ou leur conservation.
  • 12. Les garanties valables dans toute l'Europe – Créer faussement l'impression que le service après-vente en rapport avec un produit est disponible dans un État membre autre que celui dans lequel le produit est vendu.

«Gratuit» doit vraiment vouloir dire gratuit – exemple concret

En septembre 2007, M. Folcini, d'Italie, s'est inscrit pour avoir une nouvelle adresse électronique. Il a remarqué un petit encadré en bas de la page internet, indiquant «5 messages gratuits par jour». Il a cliqué et a été redirigé vers une autre page indiquant «5 MESSAGES GRATUITS PAR JOUR». Il a suivi les instructions et un deuxième message l'a informé qu'il était inscrit et que le coût du service était de trois euros par semaine. Il est retourné vérifier et il était en effet indiqué en petits caractères sur le site qu'il s'agissait d'un service payant.
Pour plus d'informations, voir:
http://ec.europa.eu/consumers/rights/index_en.htm
http://ec.europa.eu/consumers/cons_int/safe_shop/fair_bus_pract/ucp_fr.pdf


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website