Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/07/1846

Bruxelles, le 4 décembre 2007

Trois citoyens sur quatre dans l'UE favorables au dialogue interculturel

Selon une enquête Eurobaromètre Flash commandée par la Commission européenne, près de trois quarts des citoyens de l'UE (72%) pensent que les personnes d'une autre appartenance (ethnique, religieuse ou nationale) enrichissent la vie culturelle de leur pays; un quart (23%) des citoyens ne souscrivent pas à cette idée. Il a été demandé aux personnes interrogées de décrire leurs relations avec des personnes d'autres cultures, leur comportement général à l'égard de la diversité culturelle et, plus spécifiquement, envers la prochaine Année européenne du dialogue interculturel en 2008.

L'enquête sur le terrain s'est déroulée entre le 13 et le 17 novembre 2007. Plus de 27 000 citoyens âgés de 15 ans et plus, sélectionnés au hasard, ont été interrogés dans les vingt-sept États membres de l'Union européenne. Les principaux résultats de l'enquête peuvent être résumés comme suit:

1. L'interaction quotidienne avec des personnes d'autres horizons culturels est une réalité en Europe.

Les deux tiers des personnes interrogées (65%) dans les 27 États membres de l'UE étaient en mesure de se rappeler une interaction avec au moins une personne d'une autre religion, d'une autre appartenance ethnique ou nationalité que la leur au cours des sept jours précédant celui du sondage. Les taux les plus élevés d'interactions ont été enregistrés au Luxembourg (82%), en Irlande (77%), au Royaume-Uni (76%) et en Autriche (75%). Les pays au taux d'interaction le plus faible étaient l'Estonie (43%) et la Roumanie (44%).

2. Une large majorité de citoyens de l'UE pensent que les personnes d'une appartenance (ethnique, religieuse ou nationale) différente enrichissent la vie culturelle de leur pays.

Les réponses données à cette question reflètent l'importance prise par des minorités ethniques, religieuses ou culturelles dans une société donnée. Les États membres dont les citoyens tendent à avoir les contacts les plus fréquents avec d'autres cultures (Luxembourg, Suède, Irlande, Pays-Bas et Royaume-Uni) sont ceux dans lesquels les citoyens considèrent souvent que ces contacts dynamisent la vie culturelle de leur pays. C'est à Malte, à Chypre, en Bulgarie et en Roumanie que cet avis est le plus contesté. Mais même dans ces pays, plus de la moitié des répondants pensent que les personnes d'horizons culturels différents enrichissent leur vie de tous les jours. Dans l'ensemble, les jeunes, les personnes les plus qualifiées sur le plan de l'éducation et les populations urbaines sont les plus enclins à penser que la diversité culturelle est un atout dans la vie culturelle d'un pays.

3. Le sentiment dominant dans l'UE est que le dialogue interculturel est un avantage, mais qu'il est tout aussi important de préserver les traditions culturelles nationales.

Un nombre considérablement élevé de citoyens européens (83%) apprécient la richesse des contacts interculturels, et deux tiers d'entre eux sont d'avis que la jeune génération devrait suivre les traditions (culturelles) familiales. La combinaison de ces deux résultats montre que 55% des personnes interrogées ont exprimé leur attachement à la diversité culturelle tout en souhaitant sincèrement conserver vivantes leurs racines culturelles, tandis que 25% (essentiellement les plus jeunes Européens) ne ressentent pleinement pas la nécessité de mener de front une ouverture culturelle et la préservation de leurs propres traditions. Le reste de la population soit n'est pas sensible aux avantages des contacts interculturels, soit n'a pas d'idée précise sur la question.

4. Les Européens attribuent une variété de significations à l'expression "dialogue interculturel en Europe"; la plupart d'entre elles sont étroitement corrélées à la notion essentielle de l'expression, et sont positives.

Parmi les significations fréquemment avancées par les personnes interrogées, citons: “conversation”, “coopération”, “échange” et “compréhension mutuelle” entre toutes les nations, les religions et les cultures. L'enquête conclut que:

  • La vision cosmopolite (l'ouverture culturelle ne va pas de pair avec la nécessite consciente de maintenir ses propres traditions) est davantage le fait des citoyens de l'UE-15, et plus particulièrement du Danemark (56%), de la Suède (48%) et des Pays-Bas (46%).
  • Les citoyens des nouveaux États membres affichent une attitude beaucoup plus portée à la diversité, mais ils sont aussi attachés à préserver leur propre culture; c'est une particularité, par exemple, des répondants de Pologne (75%), de la république tchèque et de Chypre (74% dans les deux pays).

5. Intérêt raisonnable pour l'Année européenne du dialogue interculturel

La série d'événements qui se produiront au cours de l'Année européenne du dialogue interculturel en 2008 seront l'occasion de rencontrer des personnes d'horizons culturels différents, d'une autre appartenance ethnique ou religieuse, et d'apprendre beaucoup plus l'un sur l'autre. Selon l'enquête, près des deux tiers des citoyens de l'UE-27 trouveront un certain intérêt dans ces manifestations.
Pour plus d'information:

http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm


Side Bar