Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE IT EL

IP/07/1065

Bruxelles, le 11 juillet 2007

La Commission adopte un livre vert sur la préparation à la menace biologique

Aujourd'hui, la Commission européenne a adopté un livre vert sur la préparation à la menace biologique. Celui-ci vise à susciter un débat et à engager un processus de consultation au niveau européen sur la manière de réduire les risques biologiques et de renforcer les capacités de préparation et de réaction.

Le vice-président Franco Frattini, membre de la Commission chargé de la justice, de la liberté et de la sécurité, a déclaré: «Les attentats récemment déjoués à Londres démontrent que la menace terroriste demeure bien réelle. Les terroristes ont jusqu’ici utilisé des explosifs ou des engins explosifs improvisés, mais ils pourraient bien à l'avenir avoir recours à des moyens non conventionnels, tels que des armes ou matériels biologiques. C’est pourquoi nous devons éviter de relâcher notre vigilance, notamment parce que le bilan de ce type d'attentats serait bien plus lourd, tant en pertes humaines qu’en termes économiques. Il convient donc de réduire les risques liés aux matériels biologiques et agents pathogènes dangereux et de mieux préparer l'Europe à ceux-ci en adoptant une approche globale».

M. Markos Kyprianou, membre de la Commission chargé de la santé, a déclaré: «La protection de la santé et du bien-être des citoyens de l'Union constitue une priorité absolue de la Commission européenne. C'est pourquoi nous invitons toutes les parties prenantes à nous faire part de leurs idées sur la manière de renforcer les instruments existants afin de faire face aux menaces biologiques qui pourraient peser sur la sécurité publique».

Si le risque d'attentats bioterroristes est statistiquement faible, leurs conséquences pourraient en revanche être désastreuses. En outre, à l'heure de l’ouverture des frontières, des déplacements plus fréquents et sur de plus longues distances et de l’extension du fret à l'échelle mondiale, les épidémies naturelles sont une source d’inquiétude croissante. De plus, avec le développement mondial de l'industrie biotechnologique, les entités politiques criminelles et les terroristes pourraient avoir accès aux technologies à double usage et aux connaissances techniques en la matière. Parallèlement, les maladies qui surviennent naturellement, les accidents de laboratoire ou les autres disséminations involontaires d'agents de maladies ou de germes pathogènes constituent une menace qui est également susceptible de déstabiliser nos sociétés et de nuire à nos économies. Par conséquent, les risques inhérents aux matériels biologiques et agents pathogènes dangereux doivent être réduits et la préparation renforcée en Europe par une approche qui tienne compte de tous les risques biologiques (préparation générique).

Une coopération transfrontalière, interservices et intersectorielle est indispensable à toute stratégie de préparation efficace, qu'il s'agisse de prévenir les épidémies ou d'y faire face. Dans ce contexte, la Commission européenne présente un livre vert proposant des options politiques et des objectifs concrets. Elle cherche aussi à connaître le point de vue des parties prenantes sur les mécanismes et cadres existants ainsi que sur leurs failles éventuelles.

Ce livre vert s'adresse à un large éventail d'acteurs, tels que les autorités nationales chargées de la prévention des risques, des enquêtes et des interventions en réaction à ceux-ci, de la santé humaine, animale et végétale, des douanes, de la protection civile, ainsi que les services répressifs, l’armée, la-bio-industrie, les professionnels de l’épidémiologie et de la santé, les universités et les instituts de recherche biologique. La consultation est ouverte jusqu'au 1er octobre 2007, et toutes les réponses seront publiées en ligne, sauf demande contraire de leurs auteurs.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website