Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission publie ses prévisions de rendements des cultures: malgré la sécheresse, la production céréalière européenne reste stable

European Commission - IP/06/994   14/07/2006

Other available languages: EN DE ES IT PT EL

IP/06/994

Bruxelles, 14 juillet 2006

La Commission publie ses prévisions de rendements des cultures: malgré la sécheresse, la production céréalière européenne reste stable

Les analyses scientifiques détaillées, que la Commission a réalisées grâce à son système avancé de prévision du rendement des cultures, montrent que, malgré la sécheresse qui a sévi autour de la Méditerranée, la production céréalière de cette année reste proche de la moyenne des cinq dernières années (-0,5%). Une fois encore, la sécheresse est à l'origine de rendements faibles dans le sud de l'Europe (Espagne, Portugal, France, Italie et Grèce). Les prévisions publiées aujourd’hui par la Commission fournissent des estimations de rendement pour les principales cultures dans l'ensemble de l'Union européenne et comparent les chiffres obtenus à la production de l'année dernière et à la moyenne des récoltes des cinq dernières années. Elles recensent également les régions les plus touchées par la sécheresse cette année et comparent la situation actuelle à de graves sécheresses dans le passé.

Les niveaux de rendement de l'Union européenne souffrent cette année de conditions analogues à celles de 2005, bien que dans une moindre mesure. La sécheresse et les températures très élevées ont eu des répercussions sur les ressources en eau des régions touchées. Si la sécheresse persiste, la zone concernée pourrait s'étendre et les répercussions sur le rendement des récoltes risquent de s’aggraver. Les conséquences sur l'irrigation auraient en outre des incidences sur la production de maïs-grain, de betteraves sucrières et de pommes de terre.

Par rapport aux moyennes de 2001-2005, pour le blé tendre, l'orge d'hiver et le maïs, la Commission prévoit une augmentation potentielle du rendement de 4,3 %, 2,3 % et 3 % respectivement. Pour le blé dur, on prévoit une diminution possible du rendement de -2,3 % tandis que pour l'orge de printemps, la diminution possible envisagée est de -4,4 %.

Les régions concernées par l’actuelle sécheresse sont moins nombreuses que lors de l'extrême sécheresse de 2005 et de 2003. Ainsi, la région productrice de blé touchée par la sécheresse en 2006 représente 14 % de la superficie totale de l'Union européenne, par rapport à 17 % en 2005 et à 23 % en 2003. Toutefois, la situation de certaines des régions touchées – le sud de la France (Languedoc-Roussillon, Provence Côte d’Azur), la Catalogne, en Espagne et en Italie, la Sardaigne et le centre et le nord ouest du pays – s'est aggravée pour ce qui est des réserves en eau accumulées depuis le printemps.

Un élément positif est que le déficit des pluies dans les régions les plus touchées en 2006 est surtout apparu au printemps alors que, en 2005, il avait débuté beaucoup plus tôt (dès l'automne de 2004). Dans les régions les plus septentrionales des zones concernées, les températures élevées sont apparues tard, ce qui a réduit l'effet sur l'humidité du sol par rapport à 2005.

Certaines des régions touchées par la sécheresse en 2006 font partie de celles qui ont été le plus affectées en 2005, ce qui suscite une vive inquiétude quant au niveau des réserves en eau. Par ailleurs, l'analyse des sécheresses survenues au cours des trente dernières années montre que certaines des zones touchées, comme le sud est de l'Espagne, le nord ouest de la France et le centre de l'Italie l'ont été de plus en plus souvent au cours des quinze dernières années.

Des prévisions détaillées par céréale et par pays figurent dans le document MEMO/06/284.
Pour de plus amples informations, voir à l’adresse suivante:

http://agrifish.jrc.it/marsstat/


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website