Navigation path

Left navigation

Additional tools

IP/06/937

Bruxelles, le 6 juillet 2006

Eurobaromètre standard 65: printemps 2006

L'Eurobaromètre standard du printemps révèle une importante augmentation du soutien à l'appartenance à l'UE parmi les citoyens ainsi qu'une amélioration de l'image de l'UE. En revanche, l'élargissement recueille moins de soutien dans l'opinion publique.

Margot Wallström, vice-présidente de la Commission européenne, responsable des relations institutionnelles et de la stratégie de communication, a déclaré à propos de l'enquête: «La seule manière pour l'Union européenne de regagner la confiance de ses citoyens est d'obtenir des résultats dans les domaines de la sécurité, de l'amélioration des chances sur le marché du travail et de l'amélioration de la qualité de vie. Il s'agit des questions sur lesquelles nous devrions nous concentrer pendant la présidence finlandaise. Les citoyens attendent aussi des dirigeants de l'Union qu'ils expliquent mieux les avantages de l'élargissement. »

Les trois principaux indicateurs qui ont trait à l'attitude générale de la population à l'égard de l'Union européenne montrent une évolution positive claire de l'opinion publique. Par rapport à l'enquête précédente, réalisée durant l'automne 2005, le soutien à l'appartenance à l'Union européenne a progressé de 5 points (passant de 50 % à 55 %), l'image de l'Union européenne de 6 points (passant de 44 % à 50 %) et la perception des avantages de l'appartenance à l'UE de 2 points (passant de 52 % à 54 %). Parallèlement, la proportion d'avis négatifs exprimés pour ces trois indicateurs a diminué, en particulier pour ce qui concerne l'image de l'UE (de 20 % à 15 %).

La première préoccupation des citoyens européens reste, de loin, le chômage (49 %, + 5 % par rapport à l'automne 2005), désormais suivi par l'insécurité (24%, pas de changement) et par la situation économique (23 %, - 3 %), qui recule au troisième rang. En quatrième position, le système de santé est un sujet de préoccupation pour 18 % des Européens (+ 3 %).

Le soutien à l'idée d'une Constitution pour l'Union européenne a légèrement baissé depuis la réalisation de l'enquête précédente à l'automne 2005 (61 %, - 2 %), retrouvant le niveau atteint au printemps 2005. 22 % des citoyens sont opposés à l'idée d'une Constitution européenne et 17 % ne se prononcent pas. Avec 62 % d'avis positifs, la France se situe juste au-dessus de la moyenne européenne, tandis qu'avec 59 % d'avis positifs, les Pays-Bas sont juste en dessous.

Le soutien de l'opinion publique à un élargissement futur diminue. Alors que 45 % des citoyens sont favorables à un élargissement (41 % dans l'UE-15 et 66 % dans les nouveaux États membres), 42 % y sont opposés. À l'automne 2005, partisans et opposants représentaient respectivement 49 % et 39 %. Il convient de noter qu'en Turquie, les opinions favorables à un élargissement futur ont diminué de 7 % et atteignent désormais 45 %.

Les Européens sont plutôt satisfaits du mode de fonctionnement de la démocratie dans l'Union européenne. Le taux de satisfaction atteint 50 % (48 % dans l'UE-15 et 59 % dans les nouveaux États membres, + 1 % par rapport à l'enquête précédente), tandis que le taux d'insatisfaction est de 34 % (- 1 %). Il s'agit là des résultats les plus positifs obtenus pour cette question au cours des dix dernières années. Toutefois, si 36 % (+ 2 %) des citoyens de l'UE adhèrent à l'affirmation «ma voix compte dans l'Union européenne», il y a toujours 54 % des citoyens qui n'y adhèrent pas, bien que cette proportion ait baissé de 5 % depuis l'automne 2005.
Cette enquête «Eurobaromètre standard» a été effectuée par TNS Opinion & Social sur la base d'entretiens individuels. Au total, 29 220 personnes ont été interrogées entre le 27 mars et le 1er mai 2006. Le rapport est publié sur la page Opinion publique du site Europa:

http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm


Side Bar