Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission propose de faire évoluer les relations entre l'UE et l’Afrique du Sud vers un partenariat stratégique

European Commission - IP/06/869   28/06/2006

Other available languages: EN DE

IP/06/869

Bruxelles, le 28 juin 2006

La Commission propose de faire évoluer les relations entre l'UE et l’Afrique du Sud vers un partenariat stratégique

La Commission européenne a adopté une communication proposant un partenariat stratégique entre l'Union européenne et l'Afrique du Sud. Le document établit un cadre global à long terme pour les relations entre l'UE et l'Afrique du Sud qui tient compte de la position phare du pays dans la région et de son rôle important sur le continent africain et dans les relations internationales. Ce partenariat renouvelé couvre les relations politiques et économiques et s’appuie sur les liens privilégiés entre les deux pays.

Le partenariat stratégique proposé par la Commission vise à faire évoluer le dialogue régulier caractérisant les relations politiques entre l'UE et l'Afrique du Sud vers une coopération stratégique intense, toutes deux poursuivant de nombreux objectifs communs sur des questions régionales, panafricaines et mondiales. Il consolidera également la coopération économique en l’étendant à des domaines liés, notamment aux questions commerciales et aux aspects sociaux, culturels et environnementaux. La proposition de la Commission entend aussi réunir les partenariats entre les États membres, la Communauté et l’Afrique du Sud dans un cadre unique et cohérent poursuivant des objectifs définis de façon claire et conjointe associant l’ensemble des acteurs concernés.

Le commissaire Louis Michel, responsable du développement et de l’aide humanitaire, s’est exprimé en ces termes: «L’Europe et l’Afrique du Sud s’accordent sur bon nombre de questions internationales. Ensemble, nous favorisons, par exemple, la paix, la bonne gouvernance et l’intégration régionale à travers l’Union africaine. Ce partenariat stratégique entre l’UE et l’Afrique du Sud nous permettra de collaborer plus étroitement encore aux niveaux régional, continental et mondial pour aider l'Afrique à atteindre ses objectifs de développement.»

Après avoir rencontré le président sud-africain, Thabo Mbeki, à Pretoria le 28 février 2006, Louis Michel a décidé de proposer de passer à un partenariat stratégique. Il a ainsi déclaré: «L’Afrique du Sud a assumé un rôle de pivot dans l’Afrique australe et à travers le continent, qui se reflète dans son profil international et son engagement pour le multilatéralisme.»

À l'issue des discussions sur ce projet avec les États membres, le Parlement européen et le Comité économique et social, un plan d'action concret pour la mise en œuvre du partenariat stratégique est prévu pour l'automne.

La Commission a aussi adopté ce jour une proposition de mandat de négociation en vue de modifier l’accord sur le commerce, le développement et la coopération entre l’UE et l’Afrique du Sud. Les négociations proposées poursuivent un triple objectif:

  • aligner l’accord sur les nouvelles dispositions politiques de l’accord de Cotonou révisé concernant, par exemple, le terrorisme ou les armes de destruction massive;
  • aller plus avant dans la libéralisation des échanges pour actualiser les dispositions en matière de coopération au développement;
  • instaurer une coopération dans d’autres domaines.

Les relations entre l’Afrique du Sud et la Communauté et ses États membres sont bien établies et remontent à la lutte contre l’apartheid. Elles sont régies par l’accord sur le commerce, le développement et la coopération (ACDC) qui a été signé en 1999 et est entré pleinement en vigueur en mai 2004. L’ACDC comporte des dispositions concernant le libre-échange, l’assistance financière et la coopération au développement, la coopération pour les questions liées au commerce, la coopération économique, sociale et culturelle ainsi que le dialogue politique.

L’UE est le premier partenaire économique de l’Afrique du Sud, représentant plus de 40 % de ses importations et de ses exportations ainsi que 70 % de ses investissements directs étrangers. Les exportations européennes à destination de l'Afrique du Sud ont progressé de 9,5 % par an en moyenne depuis l'application de l'accord sur le commerce, le développement et la coopération (ACDC).

La Commission consacre chaque année une enveloppe de quelque 125 à 130 millions d’euros au financement d’actions de coopération au développement en Afrique du Sud. La Banque européenne de développement a également conclu un accord avec ce pays auquel elle accorde des prêts pour un montant moyen de 120 millions d'euros par an. L’Union européenne est de loin le donateur le plus important: ensemble, la Commission et les États membres apportent environ 70 % du total des ressources fournies par les bailleurs de fonds.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website