Navigation path

Left navigation

Additional tools

Mers et océans: la Commission définit une nouvelle vision d’une politique maritime intégrée

European Commission - IP/06/739   07/06/2006

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL

IP/06/739

Bruxelles, le 7 juin 2006

Mers et océans: la Commission définit une nouvelle vision d’une politique maritime intégrée

La Commission européenne publie aujourd'hui un livre vert intitulé «Vers une politique maritime de l’Union: une vision européenne des océans et des mers», dans lequel, lançant un des processus de consultation les plus vastes de l’histoire de l’Union européenne, elle demande aux citoyens de donner leur avis sur la manière de gérer les mers et océans. Cette initiative fait suite à une prise de conscience croissante non seulement du rôle moteur que la mer joue déjà dans la prospérité européenne, mais aussi des possibilités qu’elle offre en matière d’emploi et de bien-être. Les résultats de cette consultation aideront la Commission à définir une nouvelle vision d'une politique maritime intégrée.

Le principale question posée par le livre vert est la suivante: l’Europe peut-elle se permettre de gérer ses mers et océans de manière sectorielle et non coordonnée, ou est-il temps de mettre en place une politique maritime véritablement intégrée qui, tout en renforçant la protection du milieu marin, ouvrira des possibilités inexploitées de croissance et d'emploi? Et si tel est le cas, comment procéder?

«Depuis longtemps, l’Europe tire profit de ses activités maritimes», a déclaré M. José Manuel Barroso, président de la Commission et initiateur du processus. «On pourrait toutefois utiliser nos mers et océans de manière bien plus importante en vue d’accroître la prospérité et le bien-être des citoyens européens. Le livre vert que nous publions aujourd’hui nous donne l’occasion de réfléchir tous ensemble à la manière optimale de le faire. J’exhorte tout un chacun à faire connaître sa conception d’une future politique maritime de l’Union qui puisse favoriser l’emploi tout en protégeant l’environnement.»

Pour M. Joe Borg, membre de la Commission chargé de la pêche et des affaires maritimes, «plus nos activités maritimes se développent et se diversifient, plus une coordination et une planification deviennent nécessaires afin d’éviter les conflits et d’optimaliser les avantages que la mer nous procure. Une approche globale nous permettrait d’allier croissance économique, protection efficace du milieu marin et participation accrue des parties prenantes. Il s’agit d'un projet dans lequel les États membres, les régions, l’industrie, les ONG et le public ont tous intérêt à trouver la meilleure manière de gérer, à l’avenir, notre relation avec la mer.»

Transport, notamment maritime, commerce, industries côtières et portuaires, production d’énergie en mer, traditionnelle ou de substitution, pêche, aquaculture, recherche maritime, tourisme – innombrables sont les activités humaines qui interagissent les unes avec les autres et peuvent avoir une incidence sur nos océans et sur la qualité de la vie qu'ils contribuent à maintenir. Et pourtant, trop souvent, les secteurs qui influent sur le milieu maritime fonctionnent isolément, chacun disposant de ses propres structures, défendant sa propre culture et sa propre vision et obéissant à ses propres règles, alors même qu’ils dépendent tous de la même ressource.

Le livre vert s’efforce de souligner les interactions et interdépendances qui existent entre ces domaines, liens souvent négligés dans les procédures actuelles. Il explique par exemple comment l’extension des infrastructures portuaires doit tenir compte, d’une part, de la protection des écosystèmes locaux, de la promotion de l’aquaculture côtière et du développement touristique et, d’autre part, des bénéfices qu’apporte la croissance économique fondée sur le commerce extérieur. Il montre également, comment, dans nos eaux de plus en plus sollicitées, les navires de pêche, porte-conteneurs, bateaux de plaisance, compagnies pétrolières et parcs éoliens, pour ne citer qu’eux, doivent lutter pour trouver leur place. Il souligne par ailleurs que cette convergence de nombreuses questions différentes constitue non pas l’exception, mais la norme, car elle reflète la richesse et la diversité des mers et océans européens.

La question est donc posée: peut-on réellement continuer à gérer et à développer toutes ces activités, qui parfois se recoupent, indépendamment les unes des autres? N’est-il pas temps que l’Europe s’investisse dans une démarche politique véritablement intégrée, si l'on veut réussir à mettre en place une économie maritime prospère et durable pour le XXIe siècle et au-delà?

Le livre vert fait suite à la décision prise par la Commission, en 2005, de lancer une consultation sur l’avenir des mers européennes. Le président Barroso a alors chargé M. Borg de «piloter une nouvelle Task force “Politique maritime” en vue de lancer une large consultation sur une politique maritime future de l'Union». Le livre vert est le résultat d’un effort collectif, fondé sur la coopération intense et fructueuse de sept membres de la Commission. Outre M. Borg, on trouve, pour les entreprises et l’industrie, M. Verheugen, pour le transport, M. Barrot, pour l’environnement, M. Dimas, pour la politique régionale, Mme Hübner, pour la recherche, M. Potočnik et, pour l’énergie, M. Pielbags. D’autres commissaires ont également participé au processus lorsque les discussions portaient sur des sujets relatifs à leurs compétences.

Les thèmes abordés dans le livre vert seront débattus au cours d'un certain nombre de manifestations organisées dans différents États membres.
Pour en savoir plus sur les manifestations publiques au cours desquelles ces questions seront évoquées et découvrir comment vous pouvez contribuer au débat, veuillez vous rendre à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/maritimeaffairs

MEMO/06/230


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website