Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission propose un nouveau plan communautaire pour préserver la biodiversité

European Commission - IP/06/667   22/05/2006

Other available languages: EN DE EL

IP/06/667

Bruxelles, 22 mai 2006

La Commission propose un nouveau plan communautaire pour préserver la biodiversité

La Commission européenne a adopté aujourd’hui une communication définissant une ambitieuse stratégie politique visant à enrayer l'appauvrissement de la biodiversité d’ici 2010. Elle prévoit en particulier un plan d’action communautaire proposant des mesures concrètes tout en précisant les compétences respectives des organes de l’UE et des États membres. La communication comporte également des indicateurs de suivi des progrès enregistrés et un calendrier d’évaluations. Les mesures qui s’imposent pour mettre un terme à la perte de biodiversité dans l’UE et répondre aux engagements internationaux dans ce domaine sont clairement énoncées. Un nouveau mécanisme consultatif est créé afin d'aider les décideurs à mieux exploiter les connaissances disponibles.

«La disparition de la faune et de la flore constitue une perte irréversible pour l’humanité. Il nous faut investir dans la préservation de la variété de la vie et de la santé des écosystèmes, qui sont à la base de notre prospérité et de notre bien-être. Nous savons ce que nous avons à faire. La communication visant à enrayer la perte de biodiversité d’ici 2010 nous permettra de rassembler l’ensemble des acteurs concernés et des ressources disponibles afin de remplir nos engagements», a déclaré Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l’environnement.

Quatre domaines d’action clés sont définis dans cette communication: la biodiversité dans l’UE, l’UE et la biodiversité dans le monde, la biodiversité et le changement climatique, ainsi que la base de connaissances. Dix objectifs prioritaires sont proposés en rapport avec ces domaines: habitats et espèces les plus importants; mesures concernant les zones rurales au sens large et l’environnement marin; amélioration de la compatibilité du développement régional avec la nature; réduction de l’impact des espèces allogènes envahissantes; gouvernance internationale efficace; mesures en faveur de la biodiversité dans le développement international; réduction des retombées négatives des échanges internationaux; adaptation au changement climatique; et renforcement de la base de connaissances.

La communication prévoit quatre mesures de soutien concernant un financement adéquat, le renforcement du processus décisionnel de l’UE, la constitution de partenariats et la promotion de l'information, de la sensibilisation et de la participation du public.

Rupture avec le passé

À l'encontre d'une pratique antérieure, la communication prévoit un plan d’action communautaire définissant des mesures concrètes ainsi que les compétences respectives des organes communautaires et des États membres pour chacune d’entre elles. Elle comporte également des indicateurs de suivi des progrès accomplis et un calendrier d’évaluations. Enfin, la communication doit marquer le coup d’envoi d’un débat autour d’une perspective à plus long terme concernant la biodiversité.

La biodiversité sous-tend la circulation des biens et des services liés aux écosystèmes (denrées alimentaires, combustibles, fibres, qualité de l’air, débit et qualité de l’eau, fertilité des sols et cycle des éléments nutritifs). Elle constitue également une ressource clé pour le tourisme. Toutefois, environ deux tiers des services liés aux écosystèmes dans le monde sont en déclin. Dans l’UE, ce phénomène se manifeste sous la forme de l’effondrement des stocks halieutiques, de dommages étendus causés aux sols, de dégâts dévastateurs dus aux inondations et de la disparition de la vie sauvage. À maints égards, la perte de biodiversité constitue une menace plus sérieuse que le changement climatique – lorsque les écosystèmes sont dégradés, ils finissent par atteindre un point de non-retour; l’extinction d'une espèce est un fait irrémédiable.

Dans l’UE, le cadre d’action politique visant à enrayer la perte de biodiversité est déjà largement en place. Natura 2000, réseau communautaire de zones naturelles protégées, couvre désormais environ 18 % du territoire de l’UE des 15 et s’étend maintenant aux nouveaux États membres et aux zones maritimes. D’autres mesures environnementales visent à réduire la pression exercée sur la biodiversité résultant notamment de la pollution ou d’initiatives d'aménagement inconsidérées. Les récentes réformes de la politique agricole commune et de la politique commune de la pêche renforcent les possibilités d'action en faveur de la biodiversité. Des fonds considérables ont été affectés à la recherche en matière de biodiversité.

L'essentiel de la biodiversité mondiale se trouve dans les pays en développement. Ce sont les plus pauvres de la planète qui souffrent également le plus de l'appauvrissement progressif de la biodiversité. La Convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB) de 1992 établit le cadre d’une action au niveau mondial, dont l’UE promeut activement la mise en œuvre. La nouvelle politique de développement de l’UE devrait mettre au premier plan la préservation de la biodiversité dans les programmes de développement internationaux.

En 2001, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE se sont fixé pour objectif d'enrayer la perte de biodiversité d’ici 2010, et un an plus tard, les parties signataires de la CDB et 130 autres dirigeants mondiaux se sont également engagés à réduire sensiblement la perte de biodiversité d’ici 2010. À mi-chemin de la période envisagée, un certain nombre de progrès ont été accomplis dans l’UE mais le rythme et l’étendue de la mise en œuvre des objectifs restent insuffisants. Au niveau mondial, la récente évaluation des écosystèmes pour le millénaire menée sous l’égide des Nations unies a abouti à la conclusion qu’un effort sans précédent était nécessaire pour parvenir d’ici 2010 à un ralentissement significatif du rythme d’appauvrissement de la biodiversité.

Une grande partie de la biodiversité de l’UE demeure fortement appauvrie et continue de décliner. L’objectif fixé par l’UE pour 2010 reste réalisable, mais cela nécessitera une accélération de la mise en œuvre des mesures, tant au niveau communautaire que national. Le commissaire Dimas a souligné que «mettre un terme à l’appauvrissement de la biodiversité constitue une priorité absolue pour l’UE et un objectif essentiel pour l’humanité».

Pour de plus amples informations : MEMO/06/212
Un communiqué de presse vidéo sur la Biodiversité a été réalisé à l’intention des stations et des réseaux de télévision. Il peut être obtenu gratuitement à l'adresse suivante:

http://ec.europa.eu/environment/nature/biodiversity/current_biodiversity_policy/biodiversity_com_2006/index_en.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website