Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

IP/06/571

Bruxelles, le 4 mai 2006

La Commission veut améliorer l’étiquetage des produits solaires

L’été, la plage, le soleil, ... Des millions d’Européens se presseront bientôt vers les destinations ensoleillées pour passer leurs vacances d’été. Et ils seront des millions à se demander quel produit choisir pour bien se protéger du soleil. Or, les systèmes actuels d’étiquetage des produits de protection solaire laissent à désirer. Le problème tient essentiellement à l’existence de deux types différents de rayons ultraviolets dangereux pour l’organisme: d’une part les rayons UVB, responsables des coups de soleil, et d’autre part les UVA, qui provoquent un vieillissement cutané prématuré, perturbent le système immunitaire et sont un important facteur de risque de cancer de la peau. Le facteur de protection solaire (FPS ou, en anglais, SPF) n’indique que la protection contre le coup de soleil (rayons UVB). Dans ce contexte, la Commission européenne a lancé une initiative visant à améliorer le système d’étiquetage de ces produits. À l’issue de la consultation qui s’ouvre au public aujourd’hui, la Commission publiera une recommandation pour que l’industrie applique, dès 2007, des règles simples, compréhensibles et uniformes d’étiquetage des produits solaires. Pour en savoir plus, voir le MEMO/06/185.

Pour Günter Verheugen, vice-président de la Commission et commissaire en charge du portefeuille Entreprises et industrie, «la situation actuelle n’est pas tenable. La meilleure façon d’avancer est d’adopter une recommandation pour que les fabricants s’engagent à bien étiqueter les produits de protection solaire. Cette solution présente l’avantage de garantir aux consommateurs des informations claires et cohérentes sans créer de lourdeurs superflues pour les entreprises du secteur.»

Markos Kyprianou, le commissaire responsable de la santé et de la protection des consommateurs, a quant à lui déclaré: «Les consommateurs doivent être prévenus qu’aucun produit solaire ne protège à 100 % des rayons UV dangereux pour la santé. Une protection insuffisante contre les rayons du soleil peut avoir des conséquences graves, comme un cancer de la peau. Les citoyens européens doivent être bien informés du niveau de protection réel des produits solaires qu’ils utilisent.»

Initiative de la Commission pour améliorer l’étiquetage

Soucieuse de remédier à la situation, la Commission entend agir pour améliorer l’étiquetage des produits solaires.

  • Pour que les consommateurs puissent comparer les produits, il faut que le niveau de protection contre les rayons UVA soit indiqué de manière uniforme, sur la base de méthodes d’essai normalisées.
  • Des formules telles que «écran total», qui donnent à croire que l’on peut être entièrement protégé, devraient disparaître.
  • Les étiquettes devraient comporter des avertissements et des indications d’usage clairs et compréhensibles expliquant au consommateur comment bien utiliser le produit solaire.

Pour cela, la Commission adoptera une recommandation donnant aux fabricants des orientations concernant l’efficacité et les propriétés revendiquées des produits solaires. Celles-ci s’appliqueront à l’ensemble des produits de protection solaire mis sur le marché dans l’Union, y compris les produits importés. Cette approche permettra une mise en œuvre rapide par les entreprises du secteur sans créer de lourdeurs administratives superflues.

Problèmes d’étiquetage actuels des produits solaires

Le «facteur de protection solaire» bien connu désigne essentiellement la protection contre les rayons UVB (responsables des «coups de soleil»), mais pas contre les rayons UVA (important facteur de risque de cancer de la peau et de vieillissement cutané). En outre, il n’existe pas encore de méthodes d’essai uniformes pour comparer le niveau de protection contre les UVA. Chaque fabricant applique son propre système de mesure et d’indication de la protection, comme le montrent les exemples suivants:

protection large spectre

spectre d’absorption UVA, UVB extra large


100 % anti UVA/UVB/IR


arrête les UVA courts

indice de protection UVA de 30A

protection renforcée UVA


spectre d’absorption UVB 30/UVA 30



25B 7A

«Écran total» et «protection totale»? Cela n’existe pas. Même si ces formules figurent sur de nombreux produits, aucune crème solaire ne protège vraiment totalement des rayons ultraviolets.

Une protection totale pour les bébés et les jeunes enfants? Les produits solaires ne devraient pas donner l’impression fausse qu’ils offrent un niveau de protection suffisant pour les bébés et les jeunes enfants.

L’application correcte du produit a autant d’importance que le choix du produit en lui-même. Ainsi, pour obtenir le niveau de protection correspondant au facteur de protection solaire, il faut appliquer le produit à raison de 2 mg/cm². La quantité nécessaire pour couvrir le corps entier équivaut dans certains cas au tiers d’un petit flacon. Il faut en outre renouveler fréquemment l’application.

Que retenir pour cet été?

S’il est important, en tout état de cause, d’utiliser des produits solaires, la Commission recommande aux consommateurs de choisir des produits offrant une double protection contre les rayons UVA et UVB.

Les consommateurs doivent aussi être conscients que les produits de protection solaire ne devraient être que l’un des différents moyens permettant de se prémunir contre les effets nocifs du soleil. Ainsi, il est tout aussi important:

  • d’éviter les expositions prolongées durant les heures d’ensoleillement maximum;
  • de porter des protections vestimentaires, un chapeau ou une casquette ainsi que des lunettes de soleil;
  • de ne pas exposer du tout au soleil les bébés et les enfants en bas âge.

Informations sur le secteur des produits solaires

L’Union européenne représente un marché très important et en expansion continue pour les fabricants de produits solaires. En 2004, il s’est vendu, selon les estimations (prix à la vente au détail), pour quelque 1,3 milliard d’euros de produits solaires en Europe et, en 2005, les ventes ont augmenté de 4 % dans l’Union.

Le marché des produits de protection solaire de l’Union est dominé par des firmes européennes: parmi les dix principaux fournisseurs, trois seulement sont des sociétés non européennes, dont la part de marché avoisine les 12 %.

Le texte de la consultation publique sur le projet de recommandation est disponible, pour réactions et commentaires, à l’adresse internet suivante:

http://ec.europa.eu/enterprise/cosmetics/sunscreens/index_en.htm.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site