Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/06/29

Bruxelles, 13 janvier 2006

La Commission annonce l'octroi de 80 Mio EUR pour lutter contre la grippe aviaire dans les pays tiers

Lors de la conférence internationale des donateurs consacrée à la lutte contre l'épidémie de grippe aviaire et humaine, qui se déroulera à Pékin les 17 et 18 janvier, la Commission européenne fera part de son intervention extérieure en réponse au risque de grippe aviaire, en annonçant notamment une aide de 80 Mio EUR pour combattre la propagation du virus dans les pays en développement, principalement asiatiques. Le but de cette conférence est de mobiliser et de coordonner le soutien financier des donateurs pour renforcer les moyens de faire face à la grippe aviaire et à une éventuelle pandémie aux niveaux national, régional et mondial. Les stratégies nationales intégrées des pays tiers se tailleront la part du lion des promesses de contribution, qui viendront soutenir les efforts considérables que ces pays déploient eux-mêmes. La contribution de la Commission, prélevée sur les budgets de relations extérieures et sur le Fonds européen de développement, sera annoncée au nom de la Commission par Markos Kyprianou, le commissaire chargé de la santé et de la protection des consommateurs. Elle s’ajoutera aux contributions des États membres de l’UE et entrera dans le montant total promis par l’ensemble des donateurs participant à la conférence. Cette réunion rassemblera plus de 90 pays et 25 organisations, notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation internationale des épizooties (OIE) et l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Saluant cet effort international, Benita Ferrero-Waldner, commissaire chargée des relations extérieures et de la politique de voisinage, a déclaré: «La conférence de la semaine prochaine constitue un jalon essentiel de la réponse de la communauté mondiale à la propagation de la grippe aviaire. Je suis sûre que les financements importants que consent actuellement la Commission apporteront une aide capitale aux pays les plus démunis en Asie, en Afrique et dans les pays partenaires de notre politique de voisinage - en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord - et qu’ils viendront renforcer les mesures prises par ces pays pour s’attaquer à la grippe aviaire et prévenir le risque d’une pandémie

Louis Michel, le commissaire chargé de la coopération au développement et de l’aide humanitaire, a indiqué, pour sa part: «Nous devons adopter une stratégie globale face à cette pandémie. Il faut que nous anticipions les événements, et non pas que nous nous contentions d’y réagir. Ainsi, la Commission européenne est disposée à aider tous les pays en développement à déjouer cette menace éventuelle. Nous mettons particulièrement l’accent sur l’Afrique pour lutter contre les risques épidémiologiques et sur la vulnérabilité potentielle des dispositifs africains de santé animale. »

Le commissaire Kyprianou a ajouté: «En octroyant des ressources, l’UE joint le geste à la parole. La Commission accordera une aide importante qui viendra s’ajouter aux contributions annoncées par les États membres. Aujourd’hui, nous devons collaborer avec les pays les plus touchés par l’épidémie de grippe aviaire pour renforcer la surveillance, favoriser l’action cohérente des services vétérinaires et des services de santé publique, encourager la planification des mesures d’urgence, assurer une coordination et veiller à l’échange d’informations. C’est ainsi que nous viendrons à bout de cette épidémie de grippe aviaire et que nous l’empêcherons de se transformer en pandémie de grippe humaine d’un nouveau type, qui pourrait être dévastateur.»

La conférence internationale des donateurs est co-organisée par le gouvernement de la République populaire de Chine, la Commission européenne et la Banque mondiale. Dans le prolongement de la conférence de Genève qui s’est tenue en novembre 200[5][1] et qui a fait le point des besoins des pays les plus touchés par la grippe aviaire afin de faciliter leur préparation en cas de pandémie de grippe humaine, la conférence de Pékin définira les modalités financières des actions à mener pour remédier aux difficultés socio-économiques et aux problèmes vétérinaires et sanitaires posés par la grippe aviaire.

Les participants de la conférence devraient annoncer leurs contributions financières pour venir en aide aux pays frappés par ce fléau ou menacés de l’être, et approuver une "déclaration de Pékin" qui exposera les grands principes d'un partenariat international à long terme pour lutter contre la grippe aviaire.

La contribution de 80 Mio EUR de la Commission se composera de 50 Mio EUR provenant du budget 2006 des relations extérieures et de 30 Mio EUR provenant du Fonds européen de développement. Ces 30 Mio EUR doivent encore être approuvés par les pays d'Asie, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), ce qui devrait être le cas vers le mois d’avril 2006.
Pour de plus amples informations, consulter :
http://ec.europa.eu/world/avian_influenza/index.htm


[]

[1] Voir le document IP/05/1376 intitulé “Grippe aviaire: la Commission européenne affecte 30 millions d’euros à l’Asie”.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website