Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission européenne propose un doublement de l’aide européenne pour soutenir le Congo démocratique

European Commission - IP/06/1675   04/12/2006

Other available languages: EN DE NL

IP/06/1675

Bruxelles, le 4 décembre 2006

La Commission européenne propose un doublement de l’aide européenne pour soutenir le Congo démocratique

Après plus de 40 ans de dictature et de guerre, la République Démocratique du Congo (RDC) dispose désormais d’un Président élu au suffrage universel direct, d’une Constitution moderne ratifiée massivement et d’un Parlement démocratique représentatif de tous les citoyens. Le Commissaire au développement et à l’Aide humanitaire, Louis Michel, qui se rendra le 6 décembre à Kinshasa pour l’investiture du Président Joseph Kabila, propose un doublement de l’aide au développement européenne pour soutenir la reconstruction de l’Etat congolais. Un premier paquet de €33 millions sera consacré à renforcer la gouvernance et les institutions au service des citoyens.

La Commission européenne a été le principal bailleur de fonds du processus électoral depuis 2001. Le coût total du processus électoral de la transition en RDC s’élève à €397 millions, y compris les coûts logistiques, auquel la Commission européenne a contribué pour un montant de €165 millions. Ce financement est la contribution la plus importante jamais consentie par la Commission européenne pour un processus électoral dans un pays tiers.

A présent, la Commission européenne souhaite confirmer et augmenter son soutien au peuple congolais dans la nouvelle étape qui s’ouvre, suite à l’élection et l’entrée en fonction des institutions démocratiques. Pour cela, la Commission européenne vient de donner le feu vert à un premier paquet de mesures d’appui à la gouvernance en RDC pour un montant global de €33 millions. Le Commissaire Michel s’apprête à proposer aux Etats membres un doublement de l’enveloppe consacrée à la RDC dans le cadre du 10ème Fonds européen de développement, qui couvre la période 2008-2013 et dont la programmation est en cours. L'allocation initiale pour la RDC sous le 9ème FED (2002-2007) était de €201 millions.

Le Commissaire Michel a souligné « l’engagement continu de la Commission européenne à appuyer résolument le processus de transition ». Depuis son soutien à l’ouverture du dialogue inter congolais de Sun City en 2001, « nous n’avons cessé d’encourager les différents acteurs Congolais afin de voir se tenir des élections libres et transparentes, dans lesquelles nous avons été parmi les premiers de la communauté internationale à croire. A présent, il faut investir massivement dans la reconstruction de l’Etat, de ses capacités et des services de base, à fin que les citoyens congolais perçoivent les dividendes de la réconciliation et de la démocratie », a-t-il conclu.

La Commission européenne a en effet soutenu dès 2002 la mise en place et la réhabilitation des institutions de l'Etat. Elle a joué un rôle clé dans la mobilisation du soutien politique et financier des autres partenaires internationaux au processus électoral, notamment les Etats membres européens. La Commission a en outre soutenu les efforts de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUC) et des partenaires africains, en particulier de l'Afrique du Sud. Depuis 2003, la CE a également appuyé la mise en place de la Commission Electorale Indépendante (CEI), qui a joué un rôle fondamental et exemplaire lors des récentes élections, au point que nul ne met en cause aujourd’hui la fiabilité du processus. La Commission tient à rendre hommage aux milliers de témoins, observateurs nationaux et internationaux, et en particulier à la Mission d'observation électorale de l'UE. Cette forte mobilisation a indiscutablement renforcé la transparence du processus.

La Commission européenne a en outre participé à la sécurité du processus électoral, à travers son appui à l'Unité de Police intégrée, sa participation financière au programme de démobilisation et de réintégration multi-bailleurs (MDRP) et à la réforme du secteur de la sécurité, aux côtés des missions EUSEC et EUPOL. "La sécurité est et sera un domaine essentiel pour la stabilisation et le développement durable du pays. L'Union européenne est mobilisée pour continuer à appuyer les efforts du gouvernement dans ce secteur clé", a déclaré Louis Michel.

Les victimes des conflits en RDC ont bénéficié des allocations de la Direction générale Aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), qui opère principalement dans les zones de conflit, avec €45 M en 2004 , €38 M en 2005 et en 2006, et €30M prévus pour 2007.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website