Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE IT

IP/06/1656

Bruxelles, le 30 novembre 2006

Renforcer la politique globale européenne en matière de migrations et lui donner un nouvel élan

La Commission européenne présente aujourd'hui deux communications relatives aux migrations. La première consolide le cadre pour l'élaboration d'une politique globale européenne dans le domaine des migrations et la seconde porte sur la gestion des frontières maritimes.

«Les communications publiées aujourd'hui renforcent l'approche globale adoptée par l'Union à l'égard des migrations et proposent de nouvelles initiatives concrètes pour gérer les migrations», a déclaré Franco Frattini, membre de la Commission chargé de la justice, de la liberté et de la sécurité, ajoutant que: «Nous devons à cet égard coopérer avec les pays voisins, notamment les États africains, en veillant à adopter une approche commune en matière migratoire et à élaborer des politiques de développement offrant des opportunités attrayantes dans les pays d'origine tout en freinant les aspirations au départ». Nous devons lutter contre l'immigration clandestine et la traite des êtres humains, spécialement pour prévenir la terrible exploitation et les pertes de vies humaines qui en résultent si souvent».

La communication intitulée «L’approche globale de la question des migrations un an après: une politique globale européenne en matière de migrations» fait le point sur le travail considérable accompli cette année avec les États africains et les organisations régionales. Cette approche est limitée sur le plan géographique à l'Afrique car elle fait suite au mandat accordé à la Commission par le Conseil européen. Elle indique toutefois comment des mesures similaires pourraient être transposées, le cas échéant, dans d'autres régions telles que l'Europe orientale, l'Amérique latine et l'Asie.

La communication propose des moyens pour intensifier le dialogue et la coopération avec l'Afrique sur tous les aspects des questions migratoires: les migrations légales et clandestines, le renforcement de la protection des réfugiés et une meilleure exploitation des liens entre la politique de migration et la politique de développement. D'autres propositions consistent à offrir une assistance accrue aux pays africains pour mieux gérer les migrations, y compris en constituant des équipes de soutien qui apporteraient une expertise technique pour améliorer les capacités opérationnelles et administratives. La communication propose en outre de créer des portails européens sur la mobilité de l’emploi qui fourniront aux pays africains des informations sur les possibilités d'emploi en Europe.

D’autres actions devraient faciliter le rapprochement de l’offre et de la demande de main-d'œuvre. La promotion de la formation professionnelle, de programmes de développement des compétences et de cours de langues permet aux migrants potentiels d’accroître leurs chances de trouver un emploi légal. Pour ce faire, des centres de migration spécifiques pourraient être créés dans les pays partenaires avec le concours financier de la Communauté. De tels centres pourraient aussi contribuer à faciliter la gestion des travailleurs saisonniers, les échanges d'étudiants et de chercheurs et d'autres formes de circulation légale des personnes. Tentant de conférer un caractère véritablement global au dialogue avec les pays africains, la Commission propose d'élaborer des programmes de mobilité. Ceux-ci constitueraient le cadre général pour la gestion des diverses formes de circulation légale entre l'UE et les pays tiers et regrouperaient les possibilités offertes par les États membres et par la Communauté européenne, tout en respectant scrupuleusement le partage des compétences prévu par le traité.

La seconde communication est axée sur les activités opérationnelles menées au soutien de la politique de migration de l'Union. Elle porte sur la gestion des frontières maritimes, celles-ci étant soumises à une pression sans cesse croissante de l'immigration clandestine. Cette communication concerne l'exploitation optimale des capacités de FRONTEX. Elle décrit un certain nombre d'outils pour améliorer la gestion européenne intégrée des frontières. Parmi ceux-ci figurent un réseau de patrouilles côtières, un système européen de surveillance et une assistance opérationnelle afin d’améliorer la capacité des États membres à gérer les flux mixtes de migrants clandestins. Enfin, la Commission propose la création d'une équipe d'experts provenant des administrations des États membres. Ceux-ci pourraient être rapidement déployés pour aider les États membres à procéder au premier examen des demandes d'asile, par exemple en assurant la traduction ou en apportant leurs connaissances du pays d'origine du demandeur d'asile.

Pour en savoir plus sur les activités du vice-président Frattini, veuillez consulter son site web http://www.ec.europa.eu/commission_barroso/frattini/index_fr.htm


Side Bar